Navigation – Plan du site
Diderot, philosophie, matérialisme

Matérialisme et scepticisme chez Diderot

Jean-Claude Bourdin

Résumés

En bon rationaliste, Diderot ne peut que rejeter le scepticisme d’École ou de système, comme étant étranger à la raison (article PHILOSOPHIE PYRRHONIENNE). Cependant il a aussi reconnu tout au long de sa vie, dans le scepticisme des « idéalistes » berkleyens, un défi que ne peuvent relever la philosophie rationnelle ni le matérialisme d’un d’Holbach. La pensée philosophique spéculative, non celle qui cherche à se régler sur les sciences positives, ne serait-elle pas intrinsèquement pathologique, à l’image de la folie des sceptiques « idéalistes » ? Le « clavecin sensible » n’en vient-il pas, lui aussi, à délirer ? Il est ici fait l’hypothèse que Diderot a voulu assumer pleinement cette dimension délirante de la pensée philosophique y compris dans l’expression de son matérialisme. Il apparaît alors que le « matérialisme » de Diderot pris dans une atmosphère sceptique, cherche moins à affirmer des thèses qu’à élargir les facultés de l’esprit pour les rendre aptes à s’ouvrir à l’immensité des possibles d’une nature « perpétuellement à l’ouvrage ».

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Bourdin, « Matérialisme et scepticisme chez Diderot », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 26 | avril 1999, mis en ligne le 04 août 2007, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/971 ; DOI : 10.4000/rde.971

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Bourdin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org