Navigation – Plan du site
Varia

La place du théâtre de Diderot sous la Révolution

Pascale Pellerin

Résumés

Le nombre important des représentations du Père de famille (191) constitue la seule présence ininterrompue de Diderot de 1789 à 1800. Le succès de la pièce durant la Constituante et jusqu’en 1793 tient sans aucun doute à la figure symbolique du père, image du roi, qui voit son fils se révolter contre lui puis se réconcilier, justification de la monarchie constitutionnelle. La même pièce connaît un succès non négligeable sous la Terreur malgré la haine de Robespierre contre les encyclopédistes. On peut y lire l’exaltation de la vertu des humbles, lecture officielle proprement robespierriste, tout autant qu’un rejet du régime instauré par la Terreur qui pouvait confondre Robespierre et le personnage repoussoir du Commandeur qui possédaient un trait commun, le célibat. Durant le Directoire, on donne également une représentation du Fils naturel et une adaptation de Jacques le fataliste qui ne constituent pas véritablement le lieu d’un enjeu politique important. Les attaques contre Diderot se portaient sur d’autres de ses textes alors publiés. Mais, si Diderot devient la cible privilégiée des contre-révolutionnaires, son théâtre est parfois utilisé par les adversaires de la république. C’est dire que, par son théâtre, Diderot s’est multiplement inscrit dans l’époque révolutionnaire.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Pellerin, « La place du théâtre de Diderot sous la Révolution », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 27 | 1999, mis en ligne le 04 août 2007, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rde.revues.org/941 ; DOI : 10.4000/rde.941

Haut de page

Auteur

Pascale Pellerin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org