Navigation – Plan du site
Varia

La sensibilité épistémologie de Diderot: expression matérialiste d’un désir d’éternité

Cyprien Lannoy

Résumés

Pourquoi n’aurions-nous pas foi, comme d’autres ont foi en un être suprême assurant aux hommes le salut et la béatitude pour toujours, en la sensibilité épistémologique, cette vie chimique éternelle proposée par Diderot dans ses écrits philosophiques ? La notion de sensibilité pensée par Diderot est à la fois une réalité chimique (scientifique), une propriété universelle de la matière, un principe matérialiste d’unité, une qualité morale (ou valeur) naturelle, un argument métaphysique non dogmatique et un évident substitut de la religion. Plus besoin alors de Dieu et d’un ennuyeux galimatias métaphysico théologique pour croire en la vie éternelle et pour ériger une morale solide. La sensibilité nous sauve de la mort,nous procure le bien-être, nous incite à faire le bien et à espérer le salut éternel.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyprien Lannoy, « La sensibilité épistémologie de Diderot: expression matérialiste d’un désir d’éternité », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 27 | 1999, mis en ligne le 04 août 2007, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rde.revues.org/911 ; DOI : 10.4000/rde.911

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org