Navigation – Plan du site
Varia
2

Le questionnaire de Diderot adressé à Catherine II : quelques précisions

Sergueï Karp

Résumés

Pour la première fois, on présente ici le texte intégral du questionnaire de Diderot sur l’état de l’empire de Russie, adressé à Catherine II et suivi de ses réponses. Ce questionnaire est publié d’après le manuscrit retrouvé en 1999 dans les Archives de Prusse à Berlin. L’introduction retrace l’histoire des publications de ce texte, ainsi que celle du manuscrit de Berlin.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 G. Dulac, « Les manuscrits de Diderot en URSS », Éditer Diderot. Études recueillies par G. Dulac. A (...)

1Quand en 1988 Georges Dulac a publié un important article sur les manuscrits de Diderot conservés en URSS, dans la rubrique « Questionnaires et autres manuscrits » il a bien mentionné le questionnaire de Diderot adressé à Catherine II, tout en précisant qu’il pose un problème de texte1. De quel problème s’agit-il ?

  • 2 P. K. Chtchebalski, « Екатерина II как писательница. VII. Cтатьи ученого и вообще серьезного содерж (...)
  • 3 Ibid., p. 3.

2Les questions de Diderot et les réponses de Catherine II ont été publiées pour la première fois d’après l’autographe de l’impératrice par P. K. Chtchebalski, historien et journaliste russe, dans la revue Zaria [Aurore] à Saint- Pétersbourg, en 18702. Le texte français était accompagné dans cette publication par la traduction de quelques fragments en russe. Chtchebalski a signalé que l’original intitulé « Questions et Réponses » se trouve parmi les papiers de A. V. Khrapovitski, qui fut un des secrétaires d’État de Catherine II de 1783 à 1793. Sans savoir qui avait posé les questions, il a supposé que c’était probablement le comte Louis-Philippe de Ségur3.

  • 4 « О состоянии России при Екатерине Великой. Вопросы Дидерота и ответы Екатерины [De l’état de la Ru (...)
  • 5 Ibid., p. 1 (note).

3Dix ans plus tard, en 1880, P. I. Bartenev a publié le questionnaire dans les Archives russes4 (en français et en russe). Il a alors affirmé que sa source était « le manuscrit autographe conservé aux Archives d’État »5.

  • 6 « Вопросы Дидро императрице Екатерине II (Questions de M. Diderot à l’Impératrice Catherine II) », (...)
  • 7 « Questions de Diderot et réponses de Catherine II sur la situation économique de l’empire Russe », (...)
  • 8 CORR, t. 13, pp. 162-191.
  • 9 G. Dulac, o. c., p. 31.

4C’est Bartenev qui a attribué le texte des questions à Diderot. Cependant il n’a pas mentionné la publication de Chtchebalski, dont il ignorait sans doute l’existence. En 1884, V. A. Bilbassov a reproduit un extrait de l’édition de Bartenev — les questions de Diderot à Catherine sans ses réponses — dans son ouvrage sur Diderot à Pétersbourg6. Il a précisé à cette occasion que le manuscrit publié par Bartenev n’était pas conservé aux Archives d’État, mais au Musée public et Roumiantsev de Moscou, parmi les papiers de Khrapovitski, sous le numéro 1349. Pendant longtemps personne n’accorda vraiment d’importance à cette remarque. Le texte édité par Bartenev fut repris sans autre recherche par M. Tourneux en 18997, puis par G. Roth et J. Varloot en 19668. G. Dulac fut le premier à comparer le texte publié par Bartenev avec l’autographe de Catherine, mentionné par Bilbassov. Il a constaté que certaines différences les séparaient et a émis l’hypothèse qu’en fait Bartenev avait une autre source — le manuscrit provenant des Archives d’État dont il avait fait mention. Après avoir comparé les deux versions, il est arrivé à la conclusion que le manuscrit du fonds Khrapovitski — autographe incontestable de Catherine — est un texte « bien meilleur que celui de Bartenev, qui comporte plusieurs phrases incompréhensibles et une longue interpolation d’origine inconnue »9.

  • 10 N. V. Souchkov est mort le 7/19 juillet 1871 (Русский биографический словарь [Dictionnaire biograph (...)
  • 11 A. Viktorov, « Бумаги Н. В. Сушкова в Московском публичном Музее » [« Les papiers de N. V. Souchkov (...)

5Il ne faut pas oublier, cependant, que Bartenev prétendait avoir publié lui aussi un « manuscrit autographe ». Mais de qui ? De Diderot ? Ou de Catherine II ? Revenons au manuscrit de Catherine du fonds Khrapovitski. Que savons-nous de lui ? Il est parvenu au Département des manuscrits du Musée public et Roumiantsev, vers la fin de 1871, parmi les pièces d’une collection reçue à la mort de N. V. Souchkov, écrivain réputé, après la donation faite par la veuve du défunt, D. I. Souchkova10. Une partie importante de la collection était constituée par des documents autographes, des lettres, des oukazes, des oeuvres littéraires de Catherine II, que N. V. Souchkov avait trouvés dans l’héritage de A. V. Khrapovitski , son oncle du côté de sa mère, M. V. Souchkova, elle-même écrivain renommé11.

  • 12 Bilbassov, comme on s’en souvient, avait lui aussi déjà mentionné le numéro 1349 (voir plus haut).

6Actuellement, ce manuscrit intitulé « Questions et réponses » est conservé à Moscou, au Département des manuscrits de la Bibliothèque d’État russe (qui inclut les collections de l’ancien Musée public et Roumiantsev), dans le fonds Khrapovitski (323), carton 1349, numéro 2. Le manuscrit se présente sous la forme d’un cahier de 16 feuillets (195 x 313 mm) avec des versos non numérotés formant 29 pages écrites sur deux colonnes. Papier « Pro Patria ». Marque : figure féminine (« de Hollandsche Maagd ») assise, casquée, de profil, tenant une lance coiffée d’un chapeau, accompagnée d’un lion rampant brandissant un sabre et des flèches ; le tout entouré d’une palissade en arc-en-cercle ; au-dessus du lion, la devise « Pro Patria ». Contremarque : les initiales « GR » couronnées au-dessus du nom du fabricant — « G. Pannekoek »12.

7Après avoir collationné l’autographe du fonds Krapovitski avec la publication de Bartenev, je suis arrivé à la conclusion que c’est bien ce manuscrit qu’il a publié. Les différences qui les séparent peuvent se ramener globalement à ceci :

81. Dans la publication de Bartenev, l’orthographe et la ponctuation ont été modernisées.

  • 13 « De l’état de la Russie sous Catherine la Grande », p. 6.

92. Comme cela arrivait parfois, lors de la publication de textes à la fin du XIXe siècle, Bartenev s’est permis de modifier certaines phrases de Catherine, en s’imaginant probablement avoir contribué à éclaircir le sens de ses propos. Or il est loin d’avoir toujours atteint ce but. Ainsi, dans la partie « Propriétés de terres et Agriculture », Catherine expliquait à Diderot pourquoi elle avait interdit en 1763 aux manufactures d’acquérir des terres en toute propriété. Nous lisons dans son manuscrit : « parcequ’ils tiroit les hommes de la charue pour leurs faire devider dela laine ou dela soye et que les terres restoit en friche » (fol. 6v°). Bartenev avait transformé par erreur le mot « charue » en « chance », puis s’était hasardé à réécrire toute la proposition subordonnée. Finalement, l’argumentation de l’impératrice avait été totalement transformée jusqu’à devenir méconnaissable et inintelligible : « parce qu’ils fesaient les hommes de la chance pour leur faire devider de la laine et de la soye et que les terres restaient en friche »13

103. Il existe quelques différences dans le contenu des informations fournies par les deux textes. C’est principalement cette dernière catégorie de divergences qui a amené G. Dulac à penser qu’il s’agissait de deux manuscrits distincts. Je mentionnerai deux exemples de ces différences qui me paraissent essentielles pour établir le lien entre l’autographe de l’impératrice et la publication de Bartenev. Répondant à la deuxième question de Diderot sur le nombre de moines et de religieuses en Russie, Catherine lui communique des données statistiques. Dans le manuscrit du fonds Khrapovitski, Catherine répond :

  • 14 Questions et réponses, Moscou, Bibliothèque d’État russe, Département des manuscrits (RGB Mss), F. (...)
  • 15 “ De l’état de la Russie sous Catherine la Grande ”, p. 2.

11« Le nombre des Couvent d’hommes en Ukraine est de 62. dans le reste de la Russie il y en a 163. ainsi la Russie entiere n’a que 101. Couvent d’hommes de plus que la seule Province de l’Ukraine. Le nombre de Couvent de filles de cette pieuse Province monte a 18. dans le reste de la Russie il y en a 68. entout 281. Couvent. La Russie Blanche non comprise dans ce calcul. »14 Dans la publication de Bartenev, nous lisons : « Le nombre des couvents d’hommes en Ukraïne est de 62 ; dans le reste de la Russie il y en a 163. Ainsi la Russie entière n’a que 101 couvents d’hommes de plus que la seule province de l’Ukraïne. Le nombre des couvents de filles de cette pieuse province monte à 18 ; dans le reste de la Russie il y en a 68 ; en tout 311 couvents. La Russie Blanche (est) non comprise dans ce calcul. »15

  • 16 A la différence de Bartenev, Chtchebalski reproduit correctement le chiffre 281, tout en exprimant (...)

12Comment Bartenev est-il arrivé au nombre de 311 ? La réponse est simple : il a obtenu ce nombre en additionnant les chiffres avancés par Catherine (62+163+18+68 = 311). Prenant en compte sa réserve (« La Russie Blanche non comprise dans ce calcul »), Bartenev a probablement supposé que l’impératrice, en déduisant préalablement du nombre total des couvents et monastères de Russie le nombre de ces monastères en Biélorussie, avait obtenu un certain résultat, puis s’était tout simplement trompée en additionnant ces chiffres avec le nombre total de monastères d’Ukraine. En fait la réserve de Catherine ne s’appliquait qu’au résultat final de l’addition (311) et elle voulait dire qu’en Russie et en Ukraine réunies (sans compter la Biélorussie), il n’y avait que 281 monastères. D’ailleurs, parmi les mots exprimant cette réserve, folio 2 v° du manuscrit, quelqu’un a souligné au crayon noir « Russie Blanche » et a tracé à gauche, avec le même crayon des mots actuellement à peine lisibles : « между 1- и 2 роздност ? » [« différence entre 1 et 2 ? »]. Il est fort possible que nous ayons là une trace des réflexions de Bartenev sur le résultat incompréhensible des calculs de Catherine. Quoi qu’il en soit, il n’avait pas saisi le cheminement de sa pensée et avait décidé de rectifier légèrement la réponse de l’impératrice : il n’était pas question de laisser voir aux lecteurs la faiblesse en arithmétique de la souveraine éclairée de toutes les Russies16.

  • 17 « De l’état de la Russie sous Catherine la Grande », pp. 4-5.
  • 18 On ne trouve pas ce fragment dans la publication de Chtchebalski.
  • 19 M. Tourneux a publié ce document (communiqué par É. Charavay) en 1877 dans AT, t. 20, p. 45-48. Il (...)
  • 20 V. A. Bilbassov, o. c., p. 107.

13La divergence la plus significative entre le manuscrit du fonds Khrapovitski et la publication des Archives russes est constituée par un fragment plus conséquent, inexistant dans le manuscrit : il apparaît chez Bartenev dans la réponse de l’impératrice à la quatrième question de Diderot sur la structure de la société russe. Au début, aussi bien dans le manuscrit que dans la version de Bartenev, Catherine mentionne quatre « classes » : « L’Église, la Noblesse... les habitans des Villes... et les paysans » et explique en détail leur composition en Russie. Puis, chez Bartenev commence un passage où il n’est plus question que de trois classes, sans rapport avec la Russie : « Les trois classes d’hommes font retentir les noms les plus imposans pour la défense de leurs prétentions : le seigneur de terre invoque les droits de la propriété, le marchand ceux de la liberté, le peuple ceux de l’humanité... »17. Ce texte mystérieux s’étire dans les Archives russes sur presque deux pages de la revue et constitue le principal trait caractéristique de la publication de Bartenev18. Si j’avais choisi l’autographe de Catherine du fonds Khrapovitski comme texte de base pour l’édition critique du questionnaire de Diderot et si j’avais considéré le texte publié par Bartenev comme fournissant une autre version, j’aurais bien entendu reproduit cet étrange fragment dans son intégralité et j’aurais essayé de l’analyser. Cependant, il n’en est nul besoin, car ce morceau est entièrement emprunté par Bartenev au dossier « Notes et extraits de Catherine II » qui n’a aucun rapport avec le questionnaire de Diderot, mais se trouve conservé à côté, sous le n° 6, dans le même carton du fonds Khrapovitski du Département des manuscrits de la Bibliothèque d’État russe. Ce document est un texte apparemment recopié par Catherine elle-même, d’après un traité politico-juridique non identifié pour le moment. Il est parfaitement clair que Bilbassov avait raison et que Bartenev, pour éditer le questionnaire adressé à Catherine II, était parti d’un manuscrit provenant non des Archives d’État, mais du Musée public et Roumiantsev. Il a pris beaucoup de libertés avec ce texte, notamment en indiquant un lieu de conservation erroné et en introduisant dans sa publication un fragment totalement étranger, qui se trouvait simplement à proximité et qui lui a paru avoir un contenu assez proche. Après avoir démêlé la confusion engendrée par la négligence de Bartenev, nous pourrions sans hésitation considérer le manuscrit du fonds Khrapovitski comme le texte de base à adopter pour une édition critique. Cependant le problème est plus complexe. Comme on le sait depuis la publication du questionnaire dans les Archives Russes, Catherine II était loin d’avoir répondu à toutes les questions de Diderot. Souvent, elle s’est montrée évasive (d’où des réponses telles que : « Je ne crois pas », « Je n’en sais rien »). De plus, ne sachant que répondre à telle ou telle question, concernant la situation industrielle et commerciale de la Russie, elle avait, dans de nombreux cas, renvoyé Diderot au comte Johann Ernst von Münnich, (1770-1773), directeur des péages de toutes les douanes de l’Empire depuis 1763, président du Collège du commerce en 1774, « qui par sa place sait tout cela au bout de ses doigts ». Diderot, suivant ses recommandations, avait regroupé toutes les questions qui n’avaient pas reçu de réponse satisfaisante et les avait en partie reformulées pour les adresser par courrier au comte Münnich, le 31 janvier 177419. V. A. Bilbassov les a comptées et a indiqué qu’il y en avait quarante. C’est également lui qui a fait remarquer que le questionnaire de Diderot à Catherine II, publié par Bartenev, ne contenait que vingt-huit questions auxquelles Diderot n’a pas reçu de réponse pertinente20. Bilbassov ne tire aucune conclusion de cette divergence, car il a probablement supposé que Diderot avait adressé à Münnich non seulement ses questions antérieures, mais aussi quelques questions supplémentaires, qu’il n’avait pas posées à la souveraine. Cependant les questions adressées à Münnich portent un intitulé général : « Questions renvoyées par Sa Majesté Impériale à M. le comte de Munich », auquel Bilbassov n’a pas accordé d’attention particulière. Il serait donc plus logique de supposer qu’il existait une autre version du questionnaire adressé à l’impératrice, distincte de celle de Bartenev et plus complète.

  • 21 Cote actuelle : Berlin, Geheimes Staatsarchiv Preussischer Kulturbesitz (GStA), I. HA Rep. 92, Lucc (...)
  • 22 E. Tortarolo, « Un inedito di Diderot a Berlino. Le Questions à Catherine II e Girolamo Luccechisin (...)
  • 23 E. Tortarolo, o. c., pp. 248, 258, n. 38.

14Cette hypothèse a été confirmée par la découverte d’Edoardo Tortarolo dans les Archives Centrales de RDA, à Merseburg, dont les fonds sont retournés à Berlin, aux Archives secrètes de Prusse, après la réunification de l’Allemagne. Parmi les documents du marquis Girolamo Lucchesini (1751-1825), bibliothécaire et lecteur de Frédéric II, son chambellan depuis mai 1780, notre collègue de Turin a trouvé un résumé des questions de Diderot et des réponses de Catherine, rédigé par le marquis et daté de novembre 178021. En 1992, Tortarolo a publié sa découverte22, en la confrontant aux publications de Tourneux (1899) et de Roth-Varloot (1966), toutes deux issues de la version de Bartenev. Il a observé que parmi les questions de Diderot et les réponses de Catherine citées par Lucchesini, beaucoup ne figuraient pas dans les publications mentionnées. Après avoir fait ce constat et pris connaissance de l’étude déjà citée de Dulac sur les manuscrits de Diderot en URSS, Tortarolo a compris que le texte publié dans les Archives russes ne reproduisait qu’une partie du questionnaire : il exprima le regret de ne pas avoir la possibilité d’examiner le texte « bien meilleur » offert par le manuscrit du fonds Khrapovitski23. Pourtant il n’a pas pu expliquer quelle copie du questionnaire était parvenu jusqu’à Lucchesini, et par quelle voie.

  • 24 Selon P. S. Maltsov, chargé d’affaires de Russie auprès du roi de Prusse (Moscou, Archives de la po (...)
  • 25 Grimm à Nesselrode, le 5 et 27 juin 1774 : Moscou, Archives d’actes anciens de l’Etat russe (RGADA) (...)
  • 26 Voir Kölving U., Carriat J. Inventaire de la Correspondance littéraire de Grimm et Meister, Oxford, (...)

15Certaines indications qui permettent de répondre à ces interrogations se trouvent dans la correspondance (en partie publiée) échangée entre le prince Henri de Prusse, Catherine II et Friedrich Melchior Grimm. Après avoir séjourné avec Diderot à Pétersbourg, Grimm a pris la route de retour le 30 avril 1774. Il accompagnait les jeunes frères N. P. et S. P. Roumiantsev, qui se rendaient à l’Université de Leyde. Après être passés par Königsberg, Varsovie et Dresde, ils étaient arrivés le 10 juin à Berlin et le 17 juin avaient rendu visite à Frédéric II à Postdam24. Sans être accompagné des Roumiantsev, Grimm passa les 24 et 25 juin à Rheinsberg25, chez le frère cadet du roi, Henri de Prusse : le prince, qui avait été abonné à la Correspondance littéraire en 1753-175426, voyait en lui une personnalité bénéficiant d’une confiance particulière de Catherine II. Il informa luimême l’impératrice de la visite de Grimm, dans une lettre du 29 juin. On y apprend que Grimm avait brièvement montré au prince la copie du questionnaire de Diderot adressé à Catherine II, ou qu’il avait éveillé d’une autre manière sa curiosité, en lui faisant comprendre qu’il disposait de ce texte, mais ne pouvait le lui communiquer sans une autorisation explicite de l’impératrice. Le prince écrivait notamment :

  • 27 Briefwechsel zwischen Heinrich Prinz von Preussen und Katharina II von Russland, éd. par R. Krauel, (...)

Je ne lui ai pas laissé un moment de loisir, je dévorais tout ce qu’il m’a dit d’intéressant et j’avais la consolation de parler à un homme sincèrement et respectueusement attaché à V. M. I. Mais, Madame, que dira-t-Elle de mon indiscrétion, de ma curiosité et de ma supplique, quand je Lui demande d’ordonner au Mr. Grimm de me donner copie des questions que le Sr. Diderot a osées Lui faire et des réponses que V. M. I. a faites à ces demandes singulières ? Je n’ai pu les voir, quelques instances que j’en ai faites, et loin de blâmer le Sr. Grimm, je le loue et l’approuve. N’est ce pas trop présumer des bontés de V. M. I., en m’adressant à Elle ? ne dois-je pas craindre de passer pour présomptueux dans Son esprit, ou ne puis-je espérer que Vous lisez dans mon coeur qui s’intéresse à tout ce que Vous faites et que ma curiosité devient par là légitime ? Enfin je remets mon espoir à V. M. I., et Ses bontés pour moi m’ont enhardi sans doute à Lui faire une prière, laquelle, si je l’obtiens, sera pour moi une preuve bien consolante de Sa bienveillance27.

16Dans sa réponse du 5/16 juillet, Catherine donna une suite favorable à la requête du prince :

  • 28 Ibid., p. 131.

Ce sont les bontés de V. A. R. pour le Sr. Grimm et l’intérêt que celuici sait mettre à tout ce qui se passe par ses mains, qui auront donné du relief à mes réponses aux questions du Sr. Diderot. Grimm, qui est un ricaneur de profession, s’est beaucoup moqué de moi au sujet de ces réponses, et ne voilà-t-il pas qu’il va les produire aux yeux de V. A. R., devant qui j’avoue très franchement que je ne les crois aucunement dignes de paraître. Mais enfin, puisque j’ai commis ce pêché, il faut que j’en porte la peine, il dépend absolument de V. A. R. d’en prendre copie chez le Sr. Grimm28.

  • 29 Ibid., p. 133.
  • 30 RGADA, F. 5, opis 1, n° 152 (1), fol. 14r° ; Cборникимператорскогорусскогоисторическогообщества[Rec (...)

17Le prince fut enchanté de cette réponse et le 15 août, il en remercia l’impératrice : « J’écris avec empressement au Sr. Grimm, il ne peut assez tôt remplir mes espérances. J’assure qu’il ne m’a rien montré, mais il m’a inspiré la curiosité la plus grande »29. Le 30 septembre/11 octobre, Catherine, en écrivant à Grimm, décida de lui donner directement ses instructions à ce sujet : « Donnés s’il Vous plait les questions ou bien les reponses au question de Socrate au Pri[nce] Henry »30. N’en étant pas encore informé, le 25 novembre, le prince se hasarda à rappeler sa demande à l’impératrice :

  • 31 Briefwechsel zwischen Heinrich Prinz von Preussen und Katharina II, p. 140.

Je suis encore dans l’attente de recevoir du Sr. Grimm les répliques que V. M. I. a faites aux questions du Sr. Diderot. Je ne blâme nullement le premier et quoique je lui écris que j’ai la permission de les demander, il me paraît que, sans un ordre de Sa part, je resterai toujours dans l’attente de les recevoir31.

  • 32 Contrairement au fragment de la lettre du prince Henri à Grimm, conservé au RGADA, la lettre de Gri (...)

18Enfin, le prince Henri reçut la copie désirée. Il en accusa réception dans une lettre à Grimm du 21 janvier 1775. Celui-ci transmit un fragment de cette lettre à Catherine, joint à sa propre lettre32 :

19Extrait d’une Lettre du Prince Henri de Prusse, du 21 Janvier de Berlin.

  • 33 RGADA, F. 30, opis 1, n° 10 (3), fol. 213 r°, copie ; l’intitulé est de la main de Grimm.

Enfin j’ai lu ce Dialogue d’une Impératrice avec un philosophe. C’est le moment où j’ai été convaincu que la philosophie s’est emparée du trône. Les questions sont hardies, les réponses charmantes et souvent lumineuses. C’est un vrai trésor. Je trouve que l’Impératrice l’épargne trop. Cette piece imprimée ferait honneur à l’esprit humain, et je me trouve heureux d’être convaincu que les Souverains pensent. La condition de Prince consiste souvent à remplir de petits devoirs, dans l’abandon des affaires sérieuses et utiles, pour s’occuper de l’étiquette et de la chasse. Ces êtres destinés au travail, au bonheur de faire la félicité de leurs sujets, ignorent la plupart tout ce qu’il faut pour remplir ce noble devoir. Si dans les siècles à venir il s’en trouve un où tous les états soient gouvernés par l’esprit de Catherine, c’est alors que les hommes seront heureux, c’est dans ce siècle que vous ne serez pas un homme rare, mais il y aura un empressement général à se rendre des services réciproques. N’ayant pas le bonheur de vivre dans ce siècle chimérique, j’ai toujours celui de vous connaitre &c.33

20De Berlin, le 11 février 1775, le prince informa personnellement Catherine de la réception du manuscrit :

  • 34 Briefwechsel zwischen Heinrich Prinz von Preussen un Katharine II, pp. 143-144.

Le Sr. Grimm m’a envoyé les questions du philosophe avec les réponses de V. M. I. J’ai lu et relu cette pièce avec cet intérêt qu’Elle donne à ceux qui Lui sont dévoués. Pénétration, gaieté, instruction, connaissances, Vous réunissez dans Vos réponses, Madame, tous ces différents caractères de l’esprit. Il est impossible d’en porter un autre jugement. Je dois au Sr. Grimm d’avoir excité ma curiosité, je dois une reconnaissance éternelle à V. M. I. de la bonté et confiance qu’Elle a eues de permettre que j’en reçoive une copie34.

  • 35 Je suis reconnaissant au Forschungszentrum Europäische Aufklärung (Postdam) de m’avoir offert la po (...)

21Ainsi, la copie qui se trouvait entre les mains du prince avait été préparée et expédiée à Berlin par les soins de Grimm. C’est probablement cette copie que Lucchesini avait vue en 1780. Etant donné que le manuscrit appartenait à Henri de Prusse et que le résumé de Lucchesini était conservé aux Archives secrètes de Prusse à Berlin, la copie en question pouvait se trouver dans cet établissement. A l’automne 1999, j’ai eu la chance d’y travailler35. Un des premiers résultats de ces recherches fut la découverte, dans le fonds d’Henri de Prusse, de la version intégrale des questions de Diderot et des réponses de Catherine sur l’état de la Russie.

  • 36 U. Kölving, « Les copistes de la Correspondance littéraire », Éditer Diderot, p. 179.
  • 37 Idem., p. 185 ; ill. 8, p. 200.
  • 38 Voir une lettre de Mme d’Épinay à Galiani du 24 octobre 1774 (Ferdinando Galiani, Louise d’Épinay, (...)

22Le manuscrit (GStA, I. HA Rep. 92 Prinz Heinrich B IV Nr. 16) se présente sous la forme de quatre cahiers non reliés et non foliotés de 22 feuillets (183 x 233 mm), formant 43 pages sur deux colonnes. Les cahiers gardent les traces d’un double pliage, ce qui prouve que le manuscrit est arrivé sous enveloppe. Papier « D & C Blauw ». Marque : cornet dans un écu couronné à pendentif en fleur de lys renversée, au dessus : « D & C Blauw ». Contremarque : « D & C Blauw ». Dans la mesure où Grimm était directement impliqué dans la préparation de cette copie, il paraît important que ce soit justement ce papier qui a été largement utilisé pour les manuscrits de la Correspondance littéraire en 1774-177636. Le travail d’identification des copistes de la Correspondance littéraire réalisé par Ulla Kölving permet d’avancer l’hypothèse selon laquelle la copie a été écrite de la main d’un scribe, dont le nom n’est pas encore établi, qui a été engagé chez Meister vers la fin de 1774 ou le début début de 1775 et a travaillé chez lui jusqu’en 178537. Il paraît évident que cette copie a été élaborée entre la dernière décade d’octobre 1774 (Grimm était revenu à Paris le 20 octobre38) et le début janvier 1775 : comme nous l’avons vu, le prince a confirmé la réception du manuscrit le 21 janvier.

23Quelles sont les particularités du manuscrit de Berlin par rapport à la version de Moscou, que nous connaissons d’après l’autographe de Catherine du fonds Khrapovitski ?

24La copie de Berlin est deux fois plus longue. Elle comporte des rubriques entières qu’on découvre pour la première fois : « Mines » ; « Commerce des matières d’or et d’argent » ; « Ouvrages de fer et de cuivre » ; « Sel » ; « Pêche » ; « Manufactures en général » ; « Etoffes de laine » ; « Étoffes de soie » ; « Toiles de lin et de coton » ; « Chapellerie » ; « Savon » ; « Raffinerie de Sucre » ; « Verrerie » ; « Bas et ouvrages tricotés » ; « Papeterie Librairie » ; « Imprimerie Librairie » ; « Administration du Commerce » ; « Jurisprudence » ; « Roulage » ; « Navigation extérieure » ; « Navigation intérieure » ; « Assurances » ; « Foires » ; « Poids et mesures » ; « Monnayes » ; « Papiers de crédit » ; « Revenus publics » ; « Dette publique » ; « Richesse » ; « Luxe et Mendicité, deux extrêmes qui se touchent » ; « Change ».

  • 39 Diderot, Mélanges philosophiques, historiques, etc. (Archives d’État de la Fédération de Russie, Mo (...)

25Ainsi, nous pouvons disposer d’informations complémentaires sur ce que Diderot savait exactement sur la Russie en janvier 1774, et sur ce qu’il tentait d’apprendre. Désormais, les chercheurs seront plus à même d’évaluer ses sources d’information et de juger de la valeur des réponses de Catherine à ses questions. On remarque aussi que le titre d’une des rubriques : « Luxe et Mendicité, deux extrêmes qui se touchent » est formulé sous forme de principe, ce qui marque une prise de position du philosophe qui rappelle le morceau « Du luxe » écrit peu auparavant pour l’impératrice39.

26Nous ignorons tout du manuscrit qui a servi de base à la copie de Berlin (B). Les différences qui la séparent de l’autographe de Catherine conservé à Moscou (C) peuvent tenir aux aléas ordinaires de la transmission des textes mais résultent surtout, du moins en ce qui concerne les réponses de l’impératrice, de l’intervention de Grimm : entre ces deux catégories de variantes, la distinction est généralement aisée, mais pas toujours. Ainsi il n’est pas exclu qu’avant de le confier à Grimm, Catherine ait chargé un de ses secrétaires de le corriger, mais nous n’en avons aucune preuve. On peut seulement constater que par rapport à l’autographe C, le texte de B a été retravaillé, et nous savons que ce travail a été en fin de compte contrôlé par Grimm. Le français des réponses de Catherine a été rectifié, des mots isolés et même des groupes de mots ont été ajoutés, certains détails secondaires, éliminés. Mais, toutes les modifications observées restent dans le cadre d’une correction de rédacteur tout à fait acceptable, même par rapport aux normes actuelles, et ne servent qu’à éclaircir le sens des propos de Catherine. Il est difficile de dire dans quelle mesure elle aurait approuvé de telles corrections. Il est peu probable que Grimm se serait hasardé à les introduire s’il n’avait été certain d’aller au devant des souhaits de l’impératrice. De toutes façons, il a pris très au sérieux la mise au point de cette copie. Comme lors de la préparation des livraisons de la Correspondance littéraire, il a de nouveau revu et corrigé le texte mis au net : j’ai compté six cas de corrections de sa main. Cinq d’entre elles rétablissent des lettres ou des mots omis lors de la copie. Une sixième (dans la réponse de Catherine à la troisième question de Diderot) rectifie le nom d’un tsar russe : « Téodor » est corrigé en « Féodor ». D’autre part il semble que B donne parfois un texte plus proche de l’original que C, comme nous allons le voir.

27Les questions de Diderot déjà connues par C comportent peu de variantes : quelques divergences de B, peut-être dues aux interventions de Grimm, sont purement orthographiques. Cependant dans plusieurs cas B, qui n’a pas C comme source, donne un meilleur texte que la copie impériale, car vraisemblablement plus proche de ce qu’avait écrit Diderot : ainsi en {bj}, le texte de C comporte une inversion maladroite qui est sans doute le fait de Catherine, qui comme tout scribe, a fait des erreurs de copie ; en {bt} le texte de C (« Importations » pour « impôts ») est fautif ; inversement en {ds} l’omission de « verts » est une faute de B, car il est évident que la question ne porte sur les cuirs en général mais sur les cuirs non travaillés, ou « verts ».

  • 40 J’exprime toute ma reconnaissance à la Fondation pour le soutien de la recherche scientifique russe (...)

28Le manuscrit de Moscou comporte deux corrections au crayon (je n’irais pas jusqu’à affirmer qu’elles sont de la main de Catherine), qui résultent probablement d'une confrontation de C avec un manuscrit antérieur, peut-être la source commune aux deux manuscrits subsistants. En réponse à la première question de Diderot sur la population de la Russie (fol. 2r°), Catherine énumère les peuples répartis dans l’empire. A cet endroit, nous observons à gauche une addition marginale au crayon noir : « Les Basquirs du Gouvernement d’Orenbourg ». Dans la section « Huiles » (fol. 10r°), en réponse à la question de Diderot sur l’huile importée en Russie, Catherine avait répondu notamment que « le comun peuple mange de l’huile faite en Russie » et avait énuméré plusieurs sortes d’huiles. Initialement, elle y avait fait figurer « l’huile de lin ou de noisette », par la suite, quelqu’un a rayé au crayon noir le mot « lin » et a inscrit à gauche « pavots, de genevote ». Ces deux annotations n’ont pas été signalées dans la publication de Bartenev ; néanmoins, on en trouve le texte dans le manuscrit B préparé pour le prince Henri. Nous ne pouvons pas affirmer qu’elles ont été faites « à chaud », c’est-à-dire peu de temps après que Catherine ait mis un point final à sa copie des questions et réponses, qui s’est ensuite trouvée chez Khrapovitski. Quoi qu’il en soit, nous sommes certains qu’en dépit de l’incontestable valeur de l’autographe de Catherine, il ne représente, en fin de compte, qu’une version partielle et parfois même fautive ou entachée d’omissions. C’est dans cette perspective que j’ai rédigé les notes textuelles qui accompagnent la publication du questionnaire d’après le manuscrit de Berlin40.

  1. Note d’établissement du texte.

291. Dans le texte de base, j’ai conservé toutes les particularités de l’orthographe et de la ponctuation de l’original, à l’exclusion du s long que j’ai traduit par une minuscule dans les cas où cette lettre ne se trouve pas en tête de phrase ou dans une position impliquant d’ordinaire l’usage de la majuscule. Dans le cas du s long, il est souvent impossible de discerner s’il s’agit ou non d’une majuscule ; en fait la distinction n’est pas pertinente dans ce cas.

  • 41 Voir sa lettre à Grimm du 1/12 septembre 1776 : « il faut que je Vous donne un Conseil, plaçé les V (...)

302. Dans les notes textuelles, j’ai signalé tous les cas de divergences entre le texte de base du manuscrit B et la version moscovite C, sauf les variantes purement orthographiques, qui sont très nombreuses et n'ajoutent rien à notre compréhension de la relation entre les deux manuscrits. En matière d’orthographe et de ponctuation, l’impératrice agissait presque toujours, comme elle le reconnaissait d’ailleurs elle-même41, d’une manière très inconséquente et arbitraire, au point que la clarté du sens des phrases en souffrait parfois.

31Exceptions :

32* On ne signale pas les différences de disposition des questions de Diderot à l’intérieur de la colonne correspondante (en ligne ou en colonne).

33* On n’a pas fait apparaître les différences de numérotation des questions de Diderot et des réponses de Catherine : dans le manuscrit C, les numéros ne sont mentionnés que jusqu’à la rubrique « Tabac » (incluse), alors que dans B toutes les questions sont rigoureusement numérotées du début jusqu’à la fin.

34* Le manuscrit C comporte sept interventions au crayon postérieures au travail de copie : ce sont des notes marginales, des corrections et des soulignements de mots. Nous ignorons de quand datent ces interventions et si elles sont de la main d’une ou plusieurs personnes. En établissant les caractéristiques du manuscrit C par rapport au texte de base B, nous avons signalé toutes ces particularités à l’exception d’une seule annotation en langue russe, dont il a été question plus haut et qui appartient sans nul doute à une période ultérieure.

353. Quelques notes explicatives très lapidaires ont pour but de rendre le texte immédiatement intelligible au lecteur français. Une étude des faits, lois ou institutions auxquels se réfèrent Diderot et Catherine, aussi que l’identification des sources de Diderot demanderaient des recherches qui n'entrent pas dans le cadre de cette publication. On envisage de reprendre ces questions ulterieurement.

    1. Questions philosophiques.

361. On estime la population de la Russie, les uns à dix huit millions d’ames, les autres à vingt millions. D’où vient cette variété ? Quelle est la population ? Réponses impériales.

  • 42 Apellation officielle de la côte russe de la mer Noire depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle ju (...)
  • 43 Borysthène, ancien nom grec du Dniepr.

371. Cette variation vient de ce que personne ne sait au juste la population de l’Empire. Mais voici un à peu près qui pourra servir de guide pour former un résultat{b}. Il y a neuf millions d’hommes qui paient la capitation, les femmes ne la paient point{c}. Les provinces et les peuples suivants ne la paient pas non plus : savoir, la Livonie{d}, l’Esthionie, Narva et son territoire, le Gouvernement de Petersbourg ou l’Ingrie, les Lappons, les Samoïedes, la Finlande, la petite Russie42 ou Ukraine, la nouvelle Russie au delà du Boristhene43, tous les Cosaques de quelque nom qu’ils soient, tous les peuples pasteurs de la Sibérie, les Basquirs du Gouvernement d’Orembourg{e}, les Calmouks du Royaume d’Astrakan, les Colons étrangers établis nonseulement dans ce Royaume là, mais dans toute l’étendue de l’Empire, et leur nombre n’est pas petit{f}. En outre tout noble est exempt de la capitation, de même que les familles étrangeres domiciliées dans l’Empire, roturieres ou postérieurement ennoblies{g}. On fait tous les vingt ans un nouveau cadastre{h} qu’on appelle Revision des Capitables. On comprend dans ce Cadastre depuis l’enfant né tous les hommes en vie. On paie pour ceux qui sont couchés sur le cadastre, soixante-dix sous{i} par tête, et cela jusqu’à la nouvelle Revision{j}. Par conséquent on paie pour les morts ; en revanche les nouveaux nés pendant les vingt années d’un cadastre à l’autre aident leurs parens dans le travail, sans que ceux-ci paient pour eux{k}. Il est difficile d’apprécier la population des grandes villes autrement que par la consommation annuelle des grains dans ces Villes{l}.

382. On évalue le nombre des religieux à 7 300, celui des religieuses à 5 300. On dit que ce nombre diminue. Cela est-il vrai ? Cette diminution est elle la suite de la loi de Pierre premier qui fixe l’age des voeux à trente ans pour les hommes, à cinquante pour les femmes ?

  • 44 Piotr Aleksandrovitch Roumiantsev (1725-1796), comte (1744), feld-maréchal (1770), vainqueur des Tu (...)

392. Le nombre des Couvens d’hommes est en Ukraine de 62, dans le reste de la Russie il y en a 163. Ainsi la Russie entiere n’a que 101 Couvents d’hommes de plus que la seule province d’Ukraine. Le nombre des Couvents de filles de cette pieuse province monte à 18 ; dans le reste de la Russie il y en a 68 ; en tout 281 Couvents, la Russie blanche non comprise dans ce calcul. Le nombre des Moines et des Religieuses est prodigieusement diminué depuis dix ans. Un Moine ou une Religieuse ne reçoit pas plus pour son entretien qu’un soldat{m} ; et comme leur nombre dans chaque Couvent est fixé, ils ont intérêt à en avoir moins, parceque l’argent des places vacantes tourne au profit des places occupées{n}. Il y a très peu de Couvents d’hommes où le nombre des Moines aille à 50, en Russie s’entend ; dans la plupart leur nombre ne passe pas la dixaine{o}. La loi de Pierre le Grand a sans doute opéré{p} une grande réforme, mais pendant les vingt années{q} du regne de sa fille on s’en était écarté. Depuis que les terres des Moines sont régies par un College, et qu’il est très difficile d’avoir des permissions pour faire des voeux, le nombre des moines diminue{r} et le zele se réfroidit{s} en Russie. L’Ukraine est une province à privileges, la ferveur en profite. Cependant la vigilance du Maréchal Comte de Roumanzoff{ t}44 qui en a le Gouvernement avait fait grand bien à cette Province jusqu’à l’epoque de la guerre où il quitta sa province pour aller commander une armée.

403. L’entrée de la Russie a été défendue aux Juifs en 1764, puis cette défense fut abrogée{u}. Y at- il ici des Juifs ? S’il y en a, à quelles conditions ? Sont-ils traités comme les autres étrangers, et combien y a-t-il à peu près de Juifs ?

413. Les Juifs ont été chassés de Russie par l’Impératrice Elizabeth au commencement de son regne, à peu près en 1742. En 1762 il fut question de les faire revenir ; mais comme la proposition en fut faite mal à propos, elle n’eut point de suite{v}. En 1764 les Juifs furent déclarés marchands et habitans de la nouvelle Russie au delà du Boristhene. Toute la Russie blanche en fourmille. Il y en a trois ou quatre à Pétersbourg depuis huit ou neuf ans. J’avais un Confesseur chez lequel ils étaient logés. Ils sont tolérés malgré la loi, on fait semblant d’ignorer qu’ils y sont. Au reste leur réintroduction en Russie pourrait faire grand tort à nos petits Marchands, car ces gens là attirent tout à eux, et il se pourrait qu’il y eût plus de cris que de profit à leur rentrée.

424. Les auteurs distribuent les habitans de la Russie en quatre classes, l’Eglise, la Noblesse, les Odnodworzi ou hommes libres, et les Paysans. Cette distribution est elle exacte ? Quelle est la population calculée d’après ces classes ?

  • 45 Allusion au mot célèbre d’Henri IV, qui souhaitait que les paysans puissent mettre une poule au pot (...)

434. Je ne sais pourquoi il a plu aux auteurs de distribuer ainsi les habitans de la Russie. On pourrait tout aussi raisonnablement, je pense, les distribuer de la maniere suivante{w} : l’Eglise, la Noblesse qui seule a le droit de posseder des terres, les habitans des Villes qui seuls ont le droit de faire le commerce, et les paysans qu’on peut partager en deux sortes, l’une possédant des{x}terreins et les cultivant de leurs mains, l’autre les paysans sujets de la Noblesse et dépendans d’elle{y}. On rangerait ainsi les paysans de la Noblesse dans la seconde classe, et dans la premiere serait rangés{z} tous les paysans immédiats de l’Empire, ceux de la Couronne ou des Domaines, les vétérans ou Odnodworzi, ce qui veut dire possesseur d’une maison, et cela se dit par abus, car ils sont terriers et fort à leur aise. Il y en a des cantons entiers. Ces gens là ne se mettent jamais à table sans avoir un dindon dans leur pot, la poule est pour eux une chose trop commune45. J’en ai vu dont les greniers étaient remplis de bled de six années de récolte, et qui ne le vendaient pas, parceque le prix en avait baissé{aa}. La population d’après ces classes pourrait être estimée à peu près suivant les indices ci après{ab} : Les paysans et habitans domiciliés dans les Villes{ac}, payant capitation, comme ci dessus. Le clergé ne pourrait être estimée{ad} à peu près que par paroisses dont il existait{ae} en 1763 un compte pas trop exact, mais dont le résultat allait pour la Russie, sans l’Ukraine et les provinces conquises à 19 000. Il y a bien des paroisses qui ont plusieurs prêtres ; il n’y en a aucune qui n’ait un prêtre et un ou deux diacres ou lecteurs{af}. La noblesse possédant des terres et n’en possédant pas serait la plus difficile à compter. Mais assurément il y a plus de dix mille gentilshommes au service. Dans les seuls régimens des Gardes il y en a près de trois mille{ag}. Les Corps des Cadets{ah}, au nombre de trois, savoir celui de terre, celui de la marine, celui de l’artillerie, font ensemble au delà de mille têtes, et{ai} il y a continuellement des plaintes de ce qu’ils ne reçoivent pas tout ce qui se présente. L’armée, la marine, l’artillerie fourmillent de Gentilshommes, sans compter la Cour et l’état civil avec tout ce qui en dépend{aj}. Un nombre encore bien plus grand vit sur ses terres dans les Villes de province{ak}, dans les capitales, mais surtout à Moscou et à Kasan.

445. Les auteurs disent que les marchands étrangers éprouvent beaucoup de difficultés à s’établir en Russie, et beaucoup d’embarras et d’obstacles dans l’exercice de leur Commerce. Cela est-il vrai ? D’où cela vient-il si cela est ? Pense-t-on à faire cesser ces abus ?

455. Si ces difficultés existent, elles ne peuvent venir que de l’ignorance de la langue, des loix, du pays &c, et des entraves et de la jalousie des étrangers établis, car les loix ne sont rien moins que contraires{al} aux étrangers. Elles leur laissent le Commerce en gros et ne réservent que le Commerce en détail aux nationnaux{am}. Mais si un étranger se fait inscrire parmi les marchands du pays, ce qu’il peut faire toutes les fois que l’envie lui en viendra, il peut faire ce Commerce en détail qui est d’ailleurs{an} défendu aux étrangers. Malgré cela{ao} il n’y a presque pas un perruquier ou tel autre Français comme Gouverneur, Gouvernante &c, qui ne fasse ce commerce sous main, au risque d’encourir la confiscation au profit des marchands détailleurs du pays{ap}. C’est peutêtre ce danger d’un commerce défendu qui a fait dire à ceux{aq} qui l’ont exercé et qui y ont perdu, que l’exercice du commerce est sujet{ar} en Russie à beaucoup d’obstacles et d’embarras. D’un autre côté il est assez usité en Europe de regarder la Russie et le commerce que les étrangers y font, comme un autre Pérou où il ne s’agit que de venir puiser pour s’enrichir{as}.

    1. Propriétés de terres et Agriculture.

461. La Noblesse est elle seule propriétaire des terres ? Y a-t-il des biens nobles et biens roturiers ?

471. La Noblesse seule a droit{at} d’avoir des terres. Les grandes manufactures avaient autrefois le droit{au} d’acheter des terres ; mais en 1763 cette loi fut restreinte et l’on défendit aux manufactures d’en acheter désormais{av}, parcequ’elles tiraient les hommes de la charrue pour leur faire devider de la laine ou de la soie, et que les terres en restaient en friche, chose à laquelle il n’y avait aucun profit pour l’Etat.

482. Quels sont les privileges des propriétaires des terres ?

492. Par écrit il n’en existe guere{aw}, excepté celui de la brasserie de l’eau de vie ; mais dans le fait ils font dans leurs terres tout ce que bon leur semble, excepté justice de mort qui leur est défendue.

503. Quelles sont les conditions entre le maitre et l’esclave pour la culture des terres ?

  • 46 Ivan IV Vassilievitch, dit le Terrible (1530-1584), grand-duc de la Moscovie, premier tzar russe (à (...)
  • 47 Fedor Ivanovitch (1557-1598), second fils d’Ivan IV, tzar (à partir de 1584).

513. Il y a une loi de Pierre le Grand qui défend de nommer esclaves les sujets de la noblesse. Anciennement tous les habitans de la Russie étaient libres ; à leur{ax} origine ils étaient composés de deux sortes de gens, ceux qui descendaient des peuples pasteurs et ceux qui furent faits prisonniers à la guerre par ces peuplades. A la mort du Czar Iwan Basilowitz46, son fils Féodor{ay} Iwanowitz47, par une Ordonnance, attacha ou fixa tout paysan à la terre qu’il cultivait et qu’un autre possédait {az}. Il n’y a point de condition {ba} entre les maitres et leurs sujets ; mais tout maitre qui a le sens commun, loin d’exiger trop de son sujet le ménage en vertu de la noble maxime qu’il faut traire la vache doucement pour la traire longtemps{bb}. Quand une chose n’est pas réglée par une loi expresse, la loi naturelle en prend à l’instant la place{bc}, et souvent dans cet état les choses n’en vont{bd} pas plus mal, parce qu’elles s’arrangent tout naturellement selon leur essence{be}

524. La servitude des cultivateurs n’influe-t-elle pas sur la culture ? Le défaut de propriété dans les paysans ne produit-il point de mauvais effet ?

534. J’ignore{bf} s’il y a un pays où le cultivateur aime plus sa terre et son foyer qu’en Russie. Nos provinces libres n’ont guere plus de grains que celles qui ne le sont pas. Chaque état de choses a ses défauts{bg}, ses vices et ses inconvéniens.

545. A quel denier se vendent les terres ou à combien d’années du revenu est égal le capital fond ou la somme nécessaire pour l’achat d’une terre ?

555. Le revenu d’une terre qu’on achete fait ordinairement six pour cent du capital qu’on en donne. Les terres sont singuliérement montées en prix depuis douze à quinze ans. Aussi les revenus des terres ont augmenté prodigieusement. Une terre, par exemple, qui donnait{bh} il y a soixante ans 400 roubles en donne 8 000 à l’heure qu’il est. L’augmentation de la masse de la monnoie monnoyée, celle du commerce, de la culture, et des fabriques de matieres du crû du pays, enfin l’exportation des grains y ont contribué{bi}. En revanche le prix de toutes choses est allé en augmentant.

Haut de page

Notes

1 G. Dulac, « Les manuscrits de Diderot en URSS », Éditer Diderot. Études recueillies par G. Dulac. Avant-propos de J. Varloot. Oxford, 1998 (SVEC 254), p. 30-31.

2 P. K. Chtchebalski, « Екатерина II как писательница. VII. Cтатьи ученого и вообще серьезного содержания » [« Catherine II en tant qu’écrivain. VII. Les articles savants et sérieux], Заря [Aurore], livre VI (juin), 1870, partie 2, p. 1-40, plus particulièrement p. 4-17.

3 Ibid., p. 3.

4 « О состоянии России при Екатерине Великой. Вопросы Дидерота и ответы Екатерины [De l’état de la Russie sous Catherine la Grande (1773). Questions et réponses »], Русский архив [Archives russes], livre III, 1880, p. 1-29.

5 Ibid., p. 1 (note).

6 « Вопросы Дидро императрице Екатерине II (Questions de M. Diderot à l’Impératrice Catherine II) », V. A. Bilbassov, Дидро в Петербурге (1773-1774) [Diderot à Pétersbourg (1773-1774)], Saint-Pétersbourg, 1884, pp. 198-205.

7 « Questions de Diderot et réponses de Catherine II sur la situation économique de l’empire Russe », M. Tourneux, Diderot et Catherine II, Paris, 1899, pp. 532-556.

8 CORR, t. 13, pp. 162-191.

9 G. Dulac, o. c., p. 31.

10 N. V. Souchkov est mort le 7/19 juillet 1871 (Русский биографический словарь [Dictionnaire biographique russe], 1912, vol. 20, pp. 215-217). Ainsi P. K. Chtchebalski qui a publié le questionnaire en juin 1870, a pris connaissance du manuscrit du vivant de Souchkov et lorsque les papiers de Khrapovitski se trouvaient encore chez lui.

11 A. Viktorov, « Бумаги Н. В. Сушкова в Московском публичном Музее » [« Les papiers de N. V. Souchkov dans le Musée Publique de Moscou »], Московские ведомости [Journal de Moscou], 107, 1 mai 1872, pp. 2-3 ; Отчет Московского публичного и Румянцевского Музеев за 1870-1872 г., представленный Директором Музеев Министру Народного Просвещения [Rapport du Musée publique et Roumiantsev de Moscou pour les années 1870-1872, présenté par le Directeur du Musée au Ministre de l’Instruction publique], Moscou, 1873, pp. 45, 49.

12 Bilbassov, comme on s’en souvient, avait lui aussi déjà mentionné le numéro 1349 (voir plus haut).

13 « De l’état de la Russie sous Catherine la Grande », p. 6.

14 Questions et réponses, Moscou, Bibliothèque d’État russe, Département des manuscrits (RGB Mss), F. 323, carton 1349, n° 2.

15 “ De l’état de la Russie sous Catherine la Grande ”, p. 2.

16 A la différence de Bartenev, Chtchebalski reproduit correctement le chiffre 281, tout en exprimant son embarras par un point d’interrogation entre crochets.

17 « De l’état de la Russie sous Catherine la Grande », pp. 4-5.

18 On ne trouve pas ce fragment dans la publication de Chtchebalski.

19 M. Tourneux a publié ce document (communiqué par É. Charavay) en 1877 dans AT, t. 20, p. 45-48. Il fut aussi publié par P. I. Bartenev : « Дидерот к графу Миниху » [« Diderot au comte von Münnich »], Русский архив [Archives russes], livre XII, 1878, pp. 409-412. Dans l’introduction de Bartenev on trouve la remarque suivante (nous traduisons) : « …un vrai Français, c’est à dire un homme qui a toujours son idée derrière la tête, Diderot n’a pas voulu quitter la Russie sans se procurer quelques renseignements utiles à la France dans ses relations commerciales avec la Russie. Il a sollicité auprès de la Souveraine la permission d’obtenir les réponses du comte Münnich, à cette époque président du collège du commerce, à ses questions pratiques. La lettre autographe de Diderot publiée ci-dessous se trouve dans les archives du comte S. D. Cheremetev qui nous l’a communiquée pour notre édition. Malheureusement, nous ignorons les réponses du comte Münnich, provoquées par les questions importunes du philosophe français. » (p. 408). Cette lettre de Diderot est arrivée avec les autres documents de la collection de Cheremetev dans les archives de ses parents, les princes Viazemski, conservées dans leur domaine d’Ostafievo. Actuellement elle se trouve à Moscou, aux Archives d’État de littérature et d’art, F. 195, section 13, n° 6062.

20 V. A. Bilbassov, o. c., p. 107.

21 Cote actuelle : Berlin, Geheimes Staatsarchiv Preussischer Kulturbesitz (GStA), I. HA Rep. 92, Lucchesini’s Nachlass, Nr. 40. Fasz. 1 (1777-1790). fol. 27r°-31 v°.

22 E. Tortarolo, « Un inedito di Diderot a Berlino. Le Questions à Catherine II e Girolamo Luccechisini », Rivista Storica Italiana, 104/1, 1992, pp. 246-258.

23 E. Tortarolo, o. c., pp. 248, 258, n. 38.

24 Selon P. S. Maltsov, chargé d’affaires de Russie auprès du roi de Prusse (Moscou, Archives de la politique extérieure de l’Empire de Russie, F. 74, opis 6, n° 226, fol. 10r°, 20v°).

25 Grimm à Nesselrode, le 5 et 27 juin 1774 : Moscou, Archives d’actes anciens de l’Etat russe (RGADA), F. 1292, n° 276z, fol. 99r°, 107r°.

26 Voir Kölving U., Carriat J. Inventaire de la Correspondance littéraire de Grimm et Meister, Oxford, 1984, vol. 1 (SVEC, 225), p. xviii.

27 Briefwechsel zwischen Heinrich Prinz von Preussen und Katharina II von Russland, éd. par R. Krauel, Berlin, 1903, p. 130.

28 Ibid., p. 131.

29 Ibid., p. 133.

30 RGADA, F. 5, opis 1, n° 152 (1), fol. 14r° ; Cборникимператорскогорусскогоисторическогообщества[Recueil de la Société impériale russe d’histoire], 1878, t. 23, p. 9.

31 Briefwechsel zwischen Heinrich Prinz von Preussen und Katharina II, p. 140.

32 Contrairement au fragment de la lettre du prince Henri à Grimm, conservé au RGADA, la lettre de Grimm à Catherine n’a pas été sauvegardée. Cependant nous connaissons la réponse de Catherine, datée du 27 février / 10 mars 1775 : « Je trouve dans l’extrait de la lettre du Prince Henry tout le poid de la solidité de son jugement mais malgré cela je dispute contre lui mes reponses ne valent point le prix que Vos genies ont la bontés d’y attacher… ». RGADA, F. 5, opis 1, n° 152 (1), fol. 34r°, orig. aut. ; Recueil de la Société impériale russe d’histoire, t. 23, p. 19 ; CORR, t. 14, p. 135.

33 RGADA, F. 30, opis 1, n° 10 (3), fol. 213 r°, copie ; l’intitulé est de la main de Grimm.

34 Briefwechsel zwischen Heinrich Prinz von Preussen un Katharine II, pp. 143-144.

35 Je suis reconnaissant au Forschungszentrum Europäische Aufklärung (Postdam) de m’avoir offert la possibilité de travailler dans les archives et bibliothèques d’Allemagne. Je remercie également Christoph Frank : sans son aide amicale j’aurais eu du mal à déchiffrer les inventaires « gothiques » des Archives de Prusse.

36 U. Kölving, « Les copistes de la Correspondance littéraire », Éditer Diderot, p. 179.

37 Idem., p. 185 ; ill. 8, p. 200.

38 Voir une lettre de Mme d’Épinay à Galiani du 24 octobre 1774 (Ferdinando Galiani, Louise d’Épinay, Correspondance. Prés. de G. Dulac, texte établi par D. Maggetti et annoté par G. Dulac et D. Maggetti, Paris, 1996, t. IV, pp. 194-195).

39 Diderot, Mélanges philosophiques, historiques, etc. (Archives d’État de la Fédération de Russie, Moscou, F. 728, opis 1, n° 127, fol. 185-203 ; voir Diderot, Mémoires pour Catherine II, éd. P. Vernière, Paris, 1966, pp. 145-160.

40 J’exprime toute ma reconnaissance à la Fondation pour le soutien de la recherche scientifique russe qui m’a généreusement offert son appui au cours de ce travail. Je remercie également Georges Dulac pour ses conseils et pour les renseignements précieux qui m’ont aidé à préparer cette publication.

41 Voir sa lettre à Grimm du 1/12 septembre 1776 : « il faut que je Vous donne un Conseil, plaçé les Virgules et les points dans mes lettres la ou il convient pour l’intelligence du texte », RGADA, F. 5, opis 1, n° 152 (1), fol. 60r°.

42 Apellation officielle de la côte russe de la mer Noire depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle jusqu’à 1917.

43 Borysthène, ancien nom grec du Dniepr.

44 Piotr Aleksandrovitch Roumiantsev (1725-1796), comte (1744), feld-maréchal (1770), vainqueur des Turcs, gouverneur général de l’Ukraine (de 1764 jusqu’à sa mort), père des Nikolaï et Sergueï Roumiantsev que Grimm accompagnera de Pétersbourg à Leyde au printemps 1774, puis en Italie en 1775-1776.

45 Allusion au mot célèbre d’Henri IV, qui souhaitait que les paysans puissent mettre une poule au pot le dimanche. Au cours de ses entretiens avec Catherine, Diderot s’était référé plusieurs fois à l’exemple du « bon roi ».

46 Ivan IV Vassilievitch, dit le Terrible (1530-1584), grand-duc de la Moscovie, premier tzar russe (à partir de 1547).

47 Fedor Ivanovitch (1557-1598), second fils d’Ivan IV, tzar (à partir de 1584).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sergueï Karp, « Le questionnaire de Diderot adressé à Catherine II : quelques précisions », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 33 | 2002, document 2, mis en ligne le 03 mars 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rde.revues.org/76 ; DOI : 10.4000/rde.76

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org