Navigation – Plan du site
"Celui qui prendrait ce que j'écris pour la vérité serait peut-être moins dans l'erreur que celui qui le prendrait pour une fable"

De la vérité comme adæquatio à la vérité comme processus dans la philosophie de Diderot

Paolo Quintili
p. 17-33

Résumés

Selon le Crétois Epiménide (VIIe siècle av J.-C.), dont le célèbre paradoxe ne sera rationnellement réfuté qu’à partir du XIVe siècle, la vérité est une révélation divine, que l’on « possède » (aletheia). À sa suite, la philosophie occidentale (Aristote, Saint Thomas) tend à la présenter comme correspondance, adæquatio entre la chose et l’esprit. Alors que les modernes (Descartes, Leibniz) renversent cette relation substantialiste en une conception plus fonctionnaliste, Diderot, dans le même esprit, va plus loin. Il défend la position selon laquelle la vérité se réalise dans un processus diachronique de construction du sens. L’analyse de l’Interprétation de la nature, puis l’étude des occurrences de vérité et vrai dans Le Neveu de Rameau, permettent d’étayer et de préciser ce point de vue original et fécond.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paolo Quintili, « De la vérité comme adæquatio à la vérité comme processus dans la philosophie de Diderot », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 30 | 2001, 17-33.

Référence électronique

Paolo Quintili, « De la vérité comme adæquatio à la vérité comme processus dans la philosophie de Diderot », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 30 | avril 2001, mis en ligne le 17 juin 2006, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rde.revues.org/68

Haut de page

Auteur

Paolo Quintili

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org