Navigation – Plan du site
"Celui qui prendrait ce que j'écris pour la vérité serait peut-être moins dans l'erreur que celui qui le prendrait pour une fable"

Diderot et l’hiéroglyphe musical

Alessandro Arbo
p. 65-80

Résumés

Par la notion d’hiéroglyphe, Diderot cherche à démontrer que dans l’audition de la poésie et de la musique est en jeu une indication schématique qui, comme dans le cas de l’esquisse, favorise la production d’images. Le plaisir est généré dans le mécanisme de reconnaissance d’une représentation idéogrammatique qui s’imprime dans la mémoire grâce aux rapports qu’elle instaure entre les sons. C’est à ce niveau que se stabilise l’unité de l’expérience et que la perception peut être entendue comme une totalité disposée à une projection de sens. L’hiéroglyphe musical, trace subtile et fugace, met en évidence l’intervention, dans l’organisation du donné sensible, d’un résidu intermédiaire qui se limite à suggérer. De fait, la croissance de l’expression s’accompagne d’une perte inévitable : un écart ou une dérive du sens, une insolubilité de la structure qui ouvre le son à une multiplicité de fonds.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessandro Arbo, « Diderot et l’hiéroglyphe musical », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 30 | 2001, 65-80.

Référence électronique

Alessandro Arbo, « Diderot et l’hiéroglyphe musical », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 30 | avril 2001, mis en ligne le 17 juin 2006, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rde.revues.org/60

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org