Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Clorinda Donato and Ricardo López (Eds), Enlightenment Spain and the Encyclopédie méthodique

Oxford University Studies in the Enlightenment, Oxford, Voltaire Foundation, 2015. ISBN 978-0729411 707
Martine Groult
p. 225-227
Référence(s) :

Clorinda Donato and Ricardo López (Eds), Enlightenment Spain and the Encyclopédie méthodique. Oxford University Studies in the Enlightenment, Oxford, Voltaire Foundation, 2015. ISBN 978-0729411 707.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Clorinda Donato et Ricardo Lopez, éditeurs et traducteurs, réalisent un ouvrage fortement original que l’on pourrait qualifier de première étude géopolitique de l’Encyclopédie méthodique. Il s’agit plus exactement de l’étude de l’article Espagne, pays dont la politique humaine et religieuse a pesé gravement sur les relations entre les pays européens. On apprend que d’une part l’article Espagne avait déclenché une polémique qui révélait en fait un conflit entre l’Europe et l’Espagne et que, d’autre part, une Encyclopedia metodica espagnole répondait à celle de Panckoucke. On connaissait la querelle franco-suisse de l’article Genève de l’Encyclopédie, beaucoup moins celle de l’article Espagne (1782) écrit par Masson de Morvilliers dans le Dictionnaire de Géographie moderne de l’Encyclopédie méthodique (3 tomes, 1782-1788).

2De fait la virulence de l’article est étonnante et nous interroge sur notre liberté d’aujourd’hui : il serait impossible d’écrire actuellement en France un tel texte sur un pays ou sur une religion. Panckoucke, qui avait supprimé les renvois pour ne pas porter atteinte à la religion comme l’avait fait Diderot, n’avait pas relu cet article ! On sait que l’Encyclopédie méthodique a pour point de départ l’amélioration de l’Encyclopédie. On retrouve donc chez Masson des phrases du chevalier de Jaucourt, auteur de l’article Espagne en 1755. Par exemple, la phrase suivante : « Enfin l’inquisition, les moines, la fierté oisive des habitants, ont fait passer en d’autres mains les richesses du Nouveau Monde. Ainsi ce beau royaume, qui imprima jadis tant de terreur à l’Europe, est par gradation tombé dans une décadence dont il aura de la peine à se relever ». Outragée, l’Espagne répond en réfutant l’article à travers une traduction espagnole dans l’Encyclopedia metodica, Geografia moderna de 1792. L’article Espana (1792) est rédigé par Julian de Velasco. Ce sont ces deux articles qui sont présentés dans ce livre.

3Pour la traduction on a donc l’article en français de Masson traduit en anglais, puis l’article en espagnol de Velasco traduit en anglais. On pourrait penser qu’il est désormais possible de comparer les deux articles dans la seule langue qu’est l’anglais, sauf qu’il s’agit d’une polémique de grande ampleur. On s’aperçoit sans tarder que Velasco a écrit une réponse virulente et très détaillée. Il n’est pas question d’avoir traduit Masson en espagnol mais de lui avoir donné une leçon de géographie, d’histoire et d’économie sur l’Espagne ! Dès la fin de la première phrase la longitude est corrigée. La traduction de l’Encyclopedia metodica aboutit à un article deux fois plus long, et ce n’est pas en raison de la langue mais bien du développement de la critique qui entend répondre à ce qui est une insulte irrespectueuse aux monarques et à la nation espagnole. Quelques passages feront vite comprendre pourquoi la censure inquisitoriale avait demandé le retrait de l’article.

4Les rois tout d’abord : Philippe II jugé « plus propre à marchander de loin des esclaves qu’à combattre de près ses ennemis » désola la France, puis sous Philippe III, superstitieux, la grandeur espagnole ne fut qu’un vaste corps sans substance. Ensuite, aux gouvernements faibles s’ajoute l’inquisition qualifiée « d’odieux tribunal », de « barbare tribunal qui commet des crimes horribles sous le voile respectable de la religion ». Les 130 000 à 180 000 religieux sont la cause de la langueur de cette monarchie. Et Masson de s’exclamer : « Que peut-on espérer d’un peuple qui attend d’un moine la liberté de lire & de penser ? » Enfin, les arts sont déclarés d’une grande infériorité, excepté la peinture. Seule la dernière phrase de l’article français est « géographique ». Lisons sa toute fin : « Madrid en est la capitale », soit en anglais « Madrid is the capital ». Mais lisons la « traduction » de la version espagnole : « These puerilities, these base and ridiculous harangues are unworthy of a philosopher’s consideration, and they tarnish the memory of Masson more than the ignorant ravings of the stupidest individuals ».

5Toutefois, il y a bien parfois une traduction littérale de Velasco et le travail du traducteur a consisté aussi à adapter en anglais les changements plus subtils que celui que nous venons de citer, insérés par Velasco dans sa traduction de Masson. Le lecteur a, pour la première fois, me semble-t-il, grâce à cette compilation minutieuse de dix ans de travail, une vision réelle des écrits dans une relation triangulaire de la langue, des disciplines et des divisions entre l’Europe du Nord, l’Europe du Sud et la péninsule ibérique.

6Côté langue, il y a le défi de travailler avec trois langues – le français, l’espagnol et l’anglais – que Clorinda Donato explique dans une longue note précédant l’introduction. Masson de Morvilliers, ajoute-t-elle, n’était pas un ignorant. Il avait déjà écrit une géographie du Portugal et de l’Espagne en 1776 et avait déjà subi des critiques quant à ses faibles qualités scientifiques. On pourrait dire qu’il avait subi les mêmes critiques que celles qu’il avait prodiguées envers de Jaucourt dans son discours préliminaire, à savoir de manquer de connaissances géographiques indispensables et de trop s’étendre sur les controverses. Reste, et là se loge l’intérêt de l’ouvrage de C. Donato, que tous ces textes permettent une meilleure compréhension du contexte dans lequel ont été écrits les articles de l’Encyclopédie méthodique et de l’Encyclopedia metodica, leurs dialogues ou leurs coups portés. Tout ceci révèle le rôle qu’une certaine sorte d’écrits géographiques a eu dans la perception des uns et des autres, cela dans une période de grands changements entre les États de 1782 à 1792. L’objectif était de situer ces textes dans le monde de la connaissance où la géopolitique commençait à connaître les mouvements d’une nouvelle période de réflexion.

7Signalons après les notes bibliographiques importantes (p. 227-278), un court « essai bibliographique » de Brittany Anderson-Cain qui fait le point sur les dialogues et les échanges rédigés en plusieurs langues au XVIIIe siècle. Les futures études sur les Lumières devront tenir compte de ce multiculturalisme linguistique de l’époque et nous saluons dans cet ouvrage une démonstration de la richesse qu’il apporte. Souhaitons que ce livre soit un modèle pour beaucoup d’autres sur l’importance de la géopolitique dans les discours encyclopédiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Groult, « Clorinda Donato and Ricardo López (Eds), Enlightenment Spain and the Encyclopédie méthodique », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 51 | 2016, 225-227.

Référence électronique

Martine Groult, « Clorinda Donato and Ricardo López (Eds), Enlightenment Spain and the Encyclopédie méthodique », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 51 | 2016, mis en ligne le 25 novembre 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rde.revues.org/5436

Haut de page

Auteur

Martine Groult

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org