Skip to navigation – Site map
Comptes Rendus

Luigi Delia, Droit et philosophie à la lumière de L’Encylopédie

Oxford University Studies in the Enlightenment, Oxford, Voltaire Foundation, 2015. ISBN 978 0 7294 1164 6
Stéphanie Roza
p. 223-225
Bibliographical reference

Luigi Delia, Droit et philosophie à la lumière de L’Encylopédie, Oxford University Studies in the Enlightenment, Oxford, Voltaire Foundation, 2015. ISBN 978 0 7294 1164 6.

Index terms

Top of page

Full text

1Dans cet ouvrage, Luigi Delia procède à une enquête sur la « question du droit dans l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert » (p. 1). À partir d’une étude minutieuse des différents articles relatifs aux questions juridiques, l’auteur s’efforce de résoudre deux questions majeures. Premièrement, il s’agit d’établir avec rigueur les différentes sources d’inspiration des encyclopédistes, ainsi que les perspectives dans lesquelles ceux-ci s’inscrivent en écrivant, et qui confèrent à cet ouvrage emblématique des Lumières son caractère irréductiblement polyphonique. Les prismes successifs des questions du droit naturel, du droit de la guerre, de l’esclavage, de la peine de mort, du crime de lèse-majesté, et de la torture, mettent nettement en lumière l’opposition entre deux approches du droit. L’une, portée par les juristes, est essentiellement descriptive, et se distingue par son érudition historique et juridique : elle est notamment à l’œuvre dans les articles de Boucher d’Argis. L’autre est celle des philosophes réformateurs : elle s’autorise de l’idée d’une justice naturelle pour mener la critique des usages établis et des autorités illégitimes. Sa figure de proue est le Chevalier de Jaucourt, qui se révèle le « véritable jusnaturaliste de l’Encyclopédie » (p. 47). À une telle enseigne, l’Encyclopédie apparaît comme le point de jonction des deux cultures juridiques du siècle des Lumières, le lieu d’une mise en relation entre l’esprit de réforme et l’idéologie conservatrice.

2Dans les premiers chapitres de l’ouvrage, Luigi Delia montre ainsi de façon convaincante comment, afin de contribuer à la réforme du système juridique, Jaucourt met au point une stratégie discursive basée sur un usage complexe des thèses et des arguments de l’école moderne du droit naturel, mais aussi et surtout de L’Esprit des lois (1748). Les prédécesseurs, par le jeu des citations, sont enrôlés dans la lutte en faveur de l’autonomie de la raison, contre les différentes formes d’oppression et la dilution de la justice dans la force.

3À travers la restitution de la démarche de Jaucourt, l’auteur apporte des éléments de réponse à sa deuxième grande interrogation, qui concerne le rôle des encyclopédistes dans l’évolution de la culture juridique en Europe au XVIIIe siècle, et notamment dans l’émergence d’un discours hostile aux multiples formes d’assujettissement portées par l’absolutisme. Contre les abus des fauteurs de guerre, des esclavagistes, comme face aux démonstrations des défenseurs de la peine de mort ou de la question, les droits naturels de l’homme s’imposent sous la plume de Jaucourt comme la limite que nulle autorité ne peut plus prétendre franchir. Celui-ci s’élève notamment contre le « crime atroce » de l’esclavage et affirme l’unité du genre humain, avec Rousseau et Buffon, mais contre l’auteur de l’article Nègre. Les textes de ce contributeur majeur constituent donc un important argument dans le débat qui oppose jusqu’à nos jours « contempteurs et défenseurs de l’héritage humaniste des Lumières » (p. 95) : pour Luigi Delia, les prises de position du Chevalier en faveur des droits imprescriptibles de l’humanité ont incontestablement « contribué à la formation d’une opinion publique naissante de plus en plus sensible aux raisons de l’humanité » (p. 96), ayant rendu possible aussi bien l’abolition de la torture judiciaire (1780) que de l’esclavage colonial sous la Convention jacobine (1794).

4L’attention portée aux mutations du droit pénal à la fin du XVIIIe siècle et à leurs « origines culturelles », pour parler comme Roger Chartier, entraînent la réflexion au-delà de l’Encyclopédie elle-même. Dans une deuxième partie de l’ouvrage sont examinées plusieurs réflexions, souvent menées dans le cadre de projets encyclopédiques plus tardifs, qui entrent en discussion avec le fameux ouvrage de Beccaria, Des délits et des peines, paru en 1764, donc après la publication du grand œuvre de Diderot et D’Alembert. Elles attestent de l’immense écho rencontré par les thèses du Milanais, même si ses épigones ne vont pas jusqu’à adopter toutes ses conclusions, et même si, là encore, la pluralité des prises de position demeure la règle. L'Encyclopédie suisse d’Yverdon, par exemple, reprend les arguments hostiles à la peine de mort de Beccaria dans l’article Assassinat de son éditeur Fortunato Bartolomeo De Felice (1723-1789), tandis que d’autres articles de la même encyclopédie se font au contraire les défenseurs de la peine capitale ; Jacques-Vincent Delacroix (1743-1831), collaborateur du Dictionnaire de jurisprudence de l’Encyclopédie méthodique, se montrera lui aussi, dans plusieurs de ses ouvrages, profondément influencé par le réformisme beccarien, même s’il ne reprend pas forcément la revendication abolitionniste à son compte. Certains arguments de ces différents auteurs sont judicieusement rapportés par Luigi Delia à des débats toujours en cours sur la peine de mort ou l’usage de la torture dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, montrant au passage qu’ils n’ont rien perdu de leur actualité.

5Ces études de cas convergent finalement vers une conclusion forte : selon Luigi Delia, on peut à bon droit réinsérer le mouvement encyclopédiste, dans sa complexité et sa polyphonie antidogmatique mêmes, au sein du grand mouvement pluriséculaire de « transformation des droits naturels de la théologie en droits de l’homme de la philosophie » (p. 243). En ce sens, l’ouvrage plaide avec vigueur en faveur de la thèse d’une continuité entre l’Encyclopédie et l’esprit de la Déclaration des droits de l’homme de 1789 : la solidité et la force démonstrative de ce plaidoyer sont incontestables.

Top of page

References

Bibliographical reference

Stéphanie Roza, « Luigi Delia, Droit et philosophie à la lumière de L’Encylopédie », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 51 | 2016, 223-225.

Electronic reference

Stéphanie Roza, « Luigi Delia, Droit et philosophie à la lumière de L’Encylopédie », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [Online], 51 | 2016, Online since 25 November 2016, connection on 22 October 2017. URL : http://rde.revues.org/5433

Top of page

About the author

Stéphanie Roza

Top of page

Copyright

Propriété intellectuelle

Top of page
  • Logo CNL
  • Revues.org