Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Myrtille Méricam-Bourdet et Catherine Volpilhac-Auger, Diderot. Articles de l’Encyclopédie

Paris, Folio classique, 2016. ISBN 978-2-07-044693-3
Marie Leca-Tsiomis
p. 221-223
Référence(s) :

Myrtille Méricam-Bourdet et Catherine Volpilhac-Auger, Diderot. Articles de l’Encyclopédie, Paris, Folio classique, 2016. ISBN 978-2-07-044693-3.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Une nouvelle édition de poche consacrée à un choix d’articles de Diderot dans l’Encyclopédie vient de voir le jour. Que des textes peu connus de Diderot soient à nouveau mis en circulation et, qui plus est, facilement accessibles, est une excellente nouvelle. Les éditrices, Catherine Volpilhac-Auger et Myrtille Méricam-Bourdet, ont choisi cent articles représentatifs de la variété des domaines auxquels la contribution de Diderot s’est attachée : de la cuisine à la philosophie, de l’histoire naturelle à la « grammaire » ou à la divination ; occasion est ainsi donnée à un large public non seulement de découvrir des articles comme Abricots, Aschariouns, Boa, Hebdomadaire, mais aussi de relire quelques textes plus célèbres comme Art, Harmonie, Pyrrhonienne ou Sceptique philosophie, Célibat, Jouissance, par exemple. Cette diversité rend d’ailleurs plus regrettable l’absence d’un des domaines dans lesquels la contribution de Diderot fut pourtant des plus abondantes : pas un article n’évoque, en fait, l’immense travail du descripteur des arts et des métiers que fut Diderot pour l’Encyclopédie. Pourquoi donc cette relégation de la technologie : serait-elle encore perçue comme sans intérêt aux yeux de littéraires ? Pourtant l’importance de l’écriture diderotienne, si novatrice sur ce plan, a bien été montrée par Jacques Proust pour qui le Philosophe fut justement « le premier homme de lettres qui ait considéré la technologie comme une partie de la littérature ».

2La plupart des articles sont finement annotés, fournissant les éclaircissements nécessaires tant sur le plan lexical qu’historique ainsi que des références bibliographiques commodes et actualisées, des passages rétablis par Gordon et Torrey, parfois même des indications de sources. Le long article Célibat offre, quant à lui, la présentation particulièrement détaillée d’une grande part des sources que Diderot cite, et elle fait apparaître les modalités de ses recours au mémoire de Morin sur l’Histoire du Célibat, à l’ouvrage de l’abbé de Saint-Pierre, à Melon, aux pères Alexandre et Thomassin, voire à l’Esprit des lois dont il se sert sans toujours le mentionner. Le sujet de l’article étant l’attaque contre le célibat des prêtres, sujet évidemment dangereux, ce type de notes est tout à fait précieux parce qu’on y voit comment Diderot procède à la mise en cause de l’institution tridentine par l’agencement d’extraits d’ouvrages réputés orthodoxes : bel exemple de sa pratique d’une intertextualité combative, si j’ose l’expression.

3L’ouvrage contient une chronologie de la publication de l’Encyclopédie qui va jusqu’en 1832, car incluant la Méthodique de Panckoucke qui a cependant peu à voir avec l’entreprise dirigée par Diderot.

4Dans leur alerte introduction, les éditrices rappellent, outre « l’idéal encyclopédique », ce qu’a été la démarche de « Diderot correcteur », ses « jeux avec la nomenclature », et enfin ce qu’elles nomment la « morale du philosophe ». Tout y est exact et précis. Me permettrai-je cependant d’exprimer un regret, voire un désaccord : il concerne la place de la politique. À lire cette introduction, on ne peut imaginer en effet que l'Encyclopédie fut un ouvrage deux fois interdit par le pouvoir royal et les dévots, brûlé par le bourreau, prohibé par le pape, qu’il valut l’exil à certains et la publication clandestine à tous, et, surtout, auquel Diderot consacra son combat politique ouvert le plus acharné, affrontant toutes les traverses possibles durant vingt-cinq ans. L’historique des phases de cette lutte est relégué dans la chronologie, le contenu en est rapidement abordé en fin de préface, et absent des notes, ce qui est vraiment dommage. Certes, il y a bien eu chez Diderot, comme on le lit ici, un « bonheur d’écrire » le Dictionnaire raisonné ; mais il ne saurait se séparer de cette ardeur combative, multiforme, qui sous-tend toute sa contribution à l'Encyclopédie, y compris ses articles en apparence les plus anodins : le montrer eût été utile en notre XXIe siècle débutant qui en a plus que jamais besoin.

5On lit, en début d’ouvrage, que le texte publié est celui de l’édition originale ; ce n’est pas tout à fait le cas. Car, si les éditrices ont choisi d’opérer la modernisation de l’orthographe, parti tout à fait défendable, qui est d’ailleurs celui de l’édition des Œuvres complètes DPY, la réforme de la ponctuation est, selon moi, une erreur dont s’est bien gardée l’édition précitée. La ponctuation nous restitue en effet le rythme de la phrase telle qu’elle a été écrite par son auteur. Supprimer des virgules, remplacer les points-virgules par la virgule seule, ou remplacer une interrogation par une exclamation (voir à l’article Poplicain, Populicain, Poblicain, Publicain), c’est substituer au rythme de la prose et de la voix diderotiennes un rythme qui ne correspond qu’à celui d’un individu du XXIe siècle.

6Mais il y a plus gênant : certains articles de cette édition ont été parés de l’étoile qui, en principe, est la marque de Diderot – c’est le cas de Oindre, Puérilité, Remords, Subit -, alors qu’ils ne la portent pas dans l’édition originale de l’Encyclopédie et pour cause, Diderot ayant cessé d’apposer sa marque après la lettre M (à l’article Marbreur de papier précisément), comme on le sait depuis les mises au point de Jacques Proust et John Lough dans les années 1970. Attention, donc : la question des attributions d’articles à Diderot est complexe par elle-même et il faut prendre garde à ne pas y ajouter d’interventions inopportunes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Leca-Tsiomis, « Myrtille Méricam-Bourdet et Catherine Volpilhac-Auger, Diderot. Articles de l’Encyclopédie », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 51 | 2016, 221-223.

Référence électronique

Marie Leca-Tsiomis, « Myrtille Méricam-Bourdet et Catherine Volpilhac-Auger, Diderot. Articles de l’Encyclopédie », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 51 | 2016, mis en ligne le 25 novembre 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rde.revues.org/5430

Haut de page

Auteur

Marie Leca-Tsiomis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org