Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Michel Delon, Cul par-dessus tête

Paris, Albin Michel, 2013. ISBN 9-782226-248558
Odile Richard-Pauchet
p. 195-198
Référence(s) :

Michel Delon, Cul par-dessus tête, Paris, Albin Michel, 2013. ISBN 9-782226-248558

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’année « Diderot 2013 » a connu une floraison d’ouvrages sur le philosophe, chose dont le diderotiste n’a pu que se réjouir. Nous n’avons toutefois pour cette raison même pas pu rendre compte de tous les ouvrages à la fois, notamment au rayon « Biographies » (voir nos précédentes recensions de biographies, dans RDE n° 48 (2013), du livre de Gerhardt Stenger, Diderot, le combattant de la liberté, Paris, Perrin, 2013 et de Jacques Attali, Diderot ou le bonheur de penser, Paris, Fayard, 2012). Nous avions évoqué plus anciennement, dans RDE n° 45 (2010) et RDE n° 40-41 (2006), celle, romancée, de Sophie Chauveau, Diderot, Le Génie débraillé, Paris, Télémaque, 2010 – en 2 tomes : I, Les Années Bohème ; II, Les Encyclopédistes – ainsi que celle de Raymond Trousson, Denis Diderot, Paris, Tallandier, coll. « Biographie », 2005. Cette abondance nous donne enfin l’occasion, avec le recul et en tenant compte cette fois-ci du bel opus de Michel Delon, paru aussi en 2013, de revenir sur la question épineuse de la méthode biographique.

2Quand le regretté Raymond Trousson, de l’université libre de Bruxelles, publie en 2005 une énième biographie littéraire de Diderot en y brossant à plaisir de truculentes anecdotes, il cherche de fait à réconcilier les deux genres biographiques, la grande biographie scientifique dite « à l’américaine », et celle qui vise un plus large public. Or cette réconciliation, déjà tentée par le même auteur à propos de Rousseau (Raymond Trousson, Jean-Jacques Rousseau, Paris, Tallandier, coll. « Biographie », 2003) ne va pas sans poser certains problèmes méthodologiques, voire déontologiques. Pour n’en citer qu’un, il s’agit de savoir s’il ne faut prélever, dans la bio-chronologie dont on va se servir, que les faits avérés, ou bien, se fondant sur les nécessités du pittoresque pour obtenir l’effet de réel, évoquer également récits et témoignages à valeur plus incertaine. C’est dans cette voie que s’engouffre Sophie Chauveau, intitulant toutefois prudemment son ouvrage Roman, ce qui l’autorise à combler les vides de la chronologie par d’audacieuses (et souvent savoureuses) envolées tirées de son imagination : ainsi l’enfance de Diderot à Langres, au milieu d’une fratrie turbulente, ou encore ses derniers voyages, notamment la jolie séquence de « Diderot à la plage », émouvante page évoquant le philosophe à La Haye, découvrant les bains de mer et l’immensité océanique.

3C’est évidemment une tout autre méthode qu’a retenue Michel Delon, en cette année 2013 où il s’agissait de mettre à la disposition du plus grand nombre des idées justes et précises sur la vie et les œuvres du philosophe, en une quantité raisonnable de pages. Et peut-être aussi est-ce la méthode la plus juste, compte tenu de l’extrême difficulté de cet exercice de vulgarisation, mais aussi de la gageure consistant à retracer la vie de celui qui n’eut de cesse de se dire en se masquant, auteur exubérant et secret, ennemi de tout système. On se souvient de l’indépassable somme d’Arthur M. Wilson, dont Raymond Trousson avait tenté une réactualisation (Arthur M. Wilson, Diderot, sa vie, son œuvre, Paris, Laffont-Ramsay, pour la trad, française, 1985, réédition Paris, Robert Laffont, 2013). Ce qui en faisait à la fois le génie et l’exactitude, outre bien entendu l’information irréprochable, c’était le style, ce ton inimitable restituant à la fois la bonhomie du sujet et sa rigueur scientifique, capable d’épouser toutes les sinuosités, tous les avatars d’une vie bouleversante et bouleversée par l’événement, la politique, la science et la vie intime. Cet ouvrage, nous l’avons toujours à portée de main. Michel Delon invente autre chose : le roman de la vraie vie de Denis Diderot, vie passée au crible de son lecteur, pour autant que ce lecteur a passé lui-même sa vie avec l’œuvre du philosophe. On aboutit donc à une osmose intéressante entre vie et œuvre, lecture et lecteur : un ensemble improbable, peut-être aussi personnel, aussi intime que ce projet qui tenait au cœur de Sainte-Beuve, mais dans un style infiniment contemporain et alerte.

4L’épigraphe, d’abord, nous signale le genre résolument non-conformiste de cette biographie, engageant son auteur sans équivoque : « Diderot fut, pour moi qui n’eus jamais de maître, la figure qui s’en approche le plus » (Stéphane Audeguy). On est ensuite reconnaissant à l’auteur d’une première trouvaille : partir, non pas de Langres, l’éternel lieu d’origine du philosophe, cet espace qui d’emblée ne se dévoile pas sans ressentiment, sans malaise au regard des relations qui furent celles de l’intéressé avec son lieu de naissance ; mais plutôt du « Boulevard Diderot », cette artère qui mène à la Gare de Lyon, d’où le voyageur parisien part ensuite pour Langres, à la découverte du passé diderotien. Ce mouvement rétrospectif, ce « retour à Langres », qui mime les quelques voyages pleins d’émotion du philosophe devenu adulte, de l’adulte devenu philosophe, nous est plus éclairant que la pure chronologie. De plus, cette optique à la fois généalogique, scientifique et légère, primesautière, anachronique, qui nous place d’emblée dans une position active d’enquêteur, de chercheur, mais aussi de touriste, voire de badaud, est de nature à drainer vers soi le plus rétif des lecteurs. Enfin cette approche contemporaine du passé, voire du présent littéraire par le biais de l’espace et du territoire, n’est pas sans évoquer d’autres démarches anthropologiques très actuelles, qui se distinguent avec pertinence dans le paysage critique du moment (voir ainsi l’ouvrage de Jean-Paul Kaufmann, Remonter la Marne, Paris, Fayard, 2013, qui a connu précisément un certain succès dans la région de Langres durant l’année « Diderot 2013 », ainsi que, plus théoriques, les travaux de Bertrand Westphal, auteur de La Géocritique, réel, fiction, espace, Paris, Minuit, 2007, et du Monde plausible, espace, lieu, carte, Paris, Minuit, 2011).

5Viennent ensuite des chapitres plus attendus comme « Langres », « Portraits », écrits toutefois sur ce mode souple et allègre qui nous berce et nous guide, en remontant la Marne. Les premiers textes du philosophe, qualifiés non pas d’œuvres mais de simples « Papiers » (chap. 7), soulignent la façon elle aussi non-conformiste, non-possessive, indisciplinaire dont Diderot conçoit l’écriture. Passim, un certain nombre de pages nous ont particulièrement marquée par leur caractère poétique : la sensibilité de l’écrivain aux états météorologiques et aux grands ciels (p. 34), bien visible dans les Entretiens sur le Fils naturel (ce Fils que Delon surnommera avec justesse le « Neveu de Rousseau ») ; sa sensibilité aussi à la qualité minérale du site langrois (p. 100), dont sa pensée matérialiste et un certain nombre d’images philosophiques resteront marquées (deux éléments constitutifs de la scénographie du film de Gérard Leblanc, Langres, Diderot et nous, consacré au philosophe en 2014, déjà évoqué dans nos colonnes).

6Dans les « Portraits », on retient la belle intuition de M. Delon qui veut que la critique du pastel de Rousseau par La Tour soit un éloge déguisé du frère ennemi – que Diderot aurait préféré voir en Épictète, plutôt qu’en Devin du village « bien poudré, et ridiculement assis sur une chaise de paille ». Au chapitre « Rousseau », précisément (p. 166), nous aimons aussi le parallèle, décalé, anachronique, iconoclaste peut-être, mais éclairant, du couple formé par nos deux philosophes, avec d’autres paires animées de sentiments d’amour-haine (Breton/Aragon, Sartre/Merleau-Ponty, Godard/Truffaut, etc.) Sur le plan romanesque, les analyses à l’emporte-pièce, dans le chapitre « La Soustraction » (grâce à la méthode expérimentale du même nom), qui aurait conduit l’écrivain à l’élaboration tant de La Religieuse que de Jacques le Fataliste, insolites, inattendues, sont convaincantes et mémorables (à propos de ces deux jeunes gens à qui l’on soustrait leur liberté, et chez qui l’on observe ce qu’il en advient, p. 290-291).

7À ce rythme à sauts et à gambades, on en vient à regretter que l’auteur ne se soit pas attardé plus longtemps, comme Diderot lui-même, à La Haye et tout au long du mémorable voyage de Russie. Car dans ce livre écrit au rebours de biographies plus conventionnelles ou décevantes, l’anecdote devient leçon, le détail devient apologue, la transposition devient méthode d’analyse. Et Michel Delon devient… le philosophe lui-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Richard-Pauchet, « Michel Delon, Cul par-dessus tête », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 51 | 2016, 195-198.

Référence électronique

Odile Richard-Pauchet, « Michel Delon, Cul par-dessus tête », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 51 | 2016, mis en ligne le 25 novembre 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rde.revues.org/5407

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org