Navigation – Plan du site
L'Encyclopédie

Le Mercure galant (1672-1710) : un jalon significatif sur la voie de l’encyclopédisme des Lumières

Le Mercure galant (1672-1710), an important step on the road to Enlightenment encyclopaedias?
Barbara Selmeci Castioni et Adrien Paschoud
p. 143-167

Résumés

Cet article propose déménager une place au Mercure galant (1672-1710) dans les territoires intellectuels qui ont rendu possible l’avènement de l’Encyclopédie, en soulignant de la part de son fondateur et directeur, Donneau de Visé, des préoccupations intellectuelles et des choix éditoriaux qui entrent en résonance avec les éléments programmatiques définis par Diderot et D’Alembert : entreprise collaborative, mais aussi raisonnée et critique, concédant aux arts mécaniques une place inédite à la faveur, notamment, d’un usage novateur des planches gravées. En tenant compte des différences entre les deux entreprises, sur le plan textuel (l’ouverture du périodique s’oppose au principe de clôture alphabétique du dictionnaire) et épistémologique (en contrepoint du périodique galant, l’Encyclopédie s’accompagne d’une véritable réflexion sur les langages porteurs de connaissances), le présent article cherche à mettre au jour un parallèle néanmoins surprenant, comme une invitation à des études plus approfondies.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Collaborations : de la galanterie à l’encyclopédisme
Pour l’amour des arts : « le besoin de figures »

Aperçu du début du texte

Source documentaire privilégiée notamment par les historiens, les historiens de l’art et les musicologues du Grand Siècle, le Mercure galant, fondé par Jean Donneau de Visé en 1672, est encore largement considéré par la critique comme un périodique culturel mondain, réputé pour sa bigarrure, sa légèreté et sa complaisance politique. l’voir un jalon significatif sur la voie de l’encyclopédisme des Lumières peut sembler déroutant. À l’évidence, les ambitions du périodique, en termes de diffusion des savoirs et de démolition des préjugés, sont sans commune mesure avec celles de « la machine de guerre » que constitue l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert. Toutefois, la lumière que celle-ci jette rétrospectivement sur celle-là permet de souligner certaines caractéristiques inédites du Mercure galant, qui en font un témoin privilégié du laboratoire encyclopédique que constitue aussi le XVIIe siècle.

Il ne s’agit pourtant pas de considérer le Mercure galant comme un nouveau gisement de so...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Selmeci Castioni et Adrien Paschoud, « Le Mercure galant (1672-1710) : un jalon significatif sur la voie de l’encyclopédisme des Lumières », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 51 | 2016, 143-167.

Référence électronique

Barbara Selmeci Castioni et Adrien Paschoud, « Le Mercure galant (1672-1710) : un jalon significatif sur la voie de l’encyclopédisme des Lumières », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 51 | 2016, mis en ligne le 25 novembre 2018, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rde.revues.org/5394 ; DOI : 10.4000/rde.5394

Haut de page

Auteurs

Barbara Selmeci Castioni

Fonds national suisse de la recherche scientifique

Adrien Paschoud

Université de Bâle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org