Navigation – Plan du site
Diderot

La Boussole nationale d’Alexandre Pochet et les Mélanges philosophiques pour Catherine II (la Russie des années 1770)

Alexandre Pochet’s La Boussole nationale and Diderot’s Mélanges philosophiques pour Catherine II (Russia in the 1770s)
Georges Dulac
p. 87-105

Résumés

On a souvent écrit que Diderot n’avait rien vu de la Russie, et que sa forme d’esprit, trop spéculative, ne lui avait pas permis d’appréhender les réalités du pays. S’il est vrai que dans ses propos à Catherine II, il a souvent jugé bon d’user de généralités ou de raisonner à partir d’exemples pris hors de Russie, il a plusieurs fois indiqué qu’il avait beaucoup enquêté sur place. Seules ses Observations sur le Nakaz et ses contributions à l’Histoire des deux Indes donneront un aperçu de la « calamité générale » qu’il avait observée depuis Pétersbourg. Un roman publié en 1790 peut révéler avec plus de détails les images masquées que contient virtuellement le discours qu’il a tenu à l’impératrice : dans La Boussole nationale sont abordés de manière très incisive la plupart des thèmes qui ont retenu son attention, qu’il s’agisse des institutions, des mœurs, des mentalités ou des entreprises civilisatrices de Catherine. Ce roman, en partie autobiographique, est l’œuvre d’Alexandre Pochet, négociant, puis comédien et entrepreneur de spectacles, qui a séjourné en Russie approximativement de 1763 à 1781 et paraît représentatif des Français bien informés que le philosophe a pu interroger à Pétersbourg.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Le luxe des seigneurs russes et les profits qu’il peut procurer aux marchands étrangers
Les périls du commerce pour les étrangers
L’absence de protection légale pour les négociants ; méfaits de la police et des magistrats, qui dépouillent les étrangers qui veulent quitter le pays fortune faite
Les étrangers à Pétersbourg
Les Russes et l’Occident
Les établissements d’éducation et le Corps des cadets
Les bonnes intentions de Catherine II et leur échec prévisible
Les colons de Saratov
Les « colons entrepreneurs » qui ont reçu des fonds de la couronne pour créer des industries

Aperçu du début du texte

Réagissant jadis contre ce qu’il qualifiait de « lieu commun de la critique diderotiste », le slaviste André Monnier notait : « On a trop souvent écrit que Diderot n’avait rien vu de la Russie, […] et que de toutes façons, sa forme d’esprit, essentiellement spéculative, ne lui aurait pas permis d’appréhender les réalités russes dans toute leur ampleur et leur âpre vérité ». Si depuis lors le paysage de la critique a sensiblement changé, il faut avouer que de tels égarements avaient quelques excuses : à plusieurs exceptions près, d’ailleurs remarquables, les observations et suggestions politiques présentées à Catherine II lors du séjour du philosophe à Pétersbourg se fondent sur des réflexions générales et des exemples choisis hors de Russie. Sans doute est-ce l’effet des fortes contraintes qui ont pesé sur les propos adressés en tête à tête à l’impératrice. Mais si Diderot a dû pratiquer une sorte d’autocensure, qui n’a laissé apparaître que très partiellement et souvent de façon in...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Dulac, « La Boussole nationale d’Alexandre Pochet et les Mélanges philosophiques pour Catherine II (la Russie des années 1770) », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 51 | 2016, 87-105.

Référence électronique

Georges Dulac, « La Boussole nationale d’Alexandre Pochet et les Mélanges philosophiques pour Catherine II (la Russie des années 1770) », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 51 | 2016, mis en ligne le 25 novembre 2018, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rde.revues.org/5388 ; DOI : 10.4000/rde.5388

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org