Navigation – Plan du site
Diderot

L’ekphrasis dans la théorie dramatique de Diderot

Ekphrasis in Diderot’s dramatic theory
Nicolas Olszevicki
p. 63-73

Résumés

Dans les Entretiens sur Le Fils naturel (1757) et De la poésie dramatique (1758), Diderot propose une réforme globale du drame dans le but de revaloriser la dimension visuelle de la représentation au détriment des aspects strictement discursifs. Alors que la tradition critique a noté que ce « pictorialisme littéraire » est l’une de ses plus importantes innovations, et qu’elle a établi sa relation avec la tradition rhétorique de l’actio, elle n’a pas fait suffisamment attention à une autre filiation : celle qui relie Diderot à une tradition de la rhétorique qui valorise les vertus persuasives et émotionnelles du discours ekphrastique. Cette étude, en retraçant la dimension historique de l'ekphrasis, et en examinant brièvement deux ouvrages très présents dans la culture française du XVIIIe siècle, le Traité sur le sublime du Pseudo-Longin (traduit par Boileau en 1674) et les Dialogues sur l’éloquence de Fénelon, souligne l’importance de la conception traditionnelle de Yekphrasis - dérivée de la rhétorique et non des beaux-arts - dans la réflexion de Diderot.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Le dramaturge et l’orateur
Diderot et la tradition de l’ekphrasis

Aperçu du début du texte

Dans un siècle éclairé, dans un siècle où chaque citoyen peut parler à la nation entière par la voie de l’impression, ceux qui ont le talent d’instruire les hommes, ou le don de les émouvoir, les gens de lettres, en un mot, sont, au milieu du public dispersé, ce qu’étaient les orateurs de Rome et d’Athènes au milieu du peuple assemblé.

À quarante ans, après avoir privilégié pendant des années l’Encyclopédie, Diderot est revenu au théâtre, une passion qui chez lui remonte à l’enfance et ne l’a jamais quitté. « Isolé sur la surface de la terre, maître de mon sort, libre de préjugés, j’ai voulu une fois être comédien », raconte-t-il dans les Entretiens sur le Fils naturel. Si les conditions économiques difficiles de son arrivée à Paris rendirent ce rêve illusoire, une fois installé dans le « champ intellectuel », Diderot put se faire dramaturge et prendre part aux controverses théâtrales. Les deux pièces qu’il publie en 1757 (Le Fils naturel) et 1758 (Le Père de famille), proposent des ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Olszevicki, « L’ekphrasis dans la théorie dramatique de Diderot », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 51 | 2016, 63-73.

Référence électronique

Nicolas Olszevicki, « L’ekphrasis dans la théorie dramatique de Diderot », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 51 | 2016, mis en ligne le 25 novembre 2018, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://rde.revues.org/5384 ; DOI : 10.4000/rde.5384

Haut de page

Auteur

Nicolas Olszevicki

Universidad de Buenos Aires-CONICET

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org