Skip to navigation – Site map
Diderot

Les larmes de Suzanne

La sensibilité entre moralité et pathologie dans La Religieuse de Diderot
Suzanne’s tears. Sensibility between morality and pathology in Diderot’s La Religieuse
Marco Menin
p. 19-39

Abstracts

The novel La Religieuse represents a crucial moment in Diderot’s philosophical reflection on sensibility. The work’s narrative construction, in particular the apparent contradiction between Suzanne the character and Suzanne the narrator, can be seen as a conscious application of the doctrine of sensibility developed by the Montpellier school. According to those vitalists, the active side of sensibility should be studied through its pathological manifestations which, by over-stimulating the physical organism, bring out its moral implications. This close link between the psychopathological and the moral aspects of sensibility can be seen in the representation of tears, which are the most important demonstration of the mysterious link between body and soul.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
http://www.cairn.info/revue-recherches-sur-diderot-et-sur-l-encyclopedie-2016-1-page-19.htm

Outline

Les péripéties d’un corps sensible
« Disposer de moi sans moi » : la duplicité de Suzanne
Le laboratoire de la sensibilité
La revanche de l’économie animale
La théorie épigastrique des larmes
La contagion morale des larmes

First lines

« J’avais un cœur de chair et les autres un cœur de pierre » : cette affirmation de Suzanne Simonin, la jeune protagoniste infortunée de la Religieuse, résume toute l’histoire du roman de Diderot. Corps et sensibilité, ces deux termes s’impliquent réciproquement mais ne sont pas réductibles l’un à l’autre. Si la sensibilité ne peut faire abstraction de la base matérielle, physiologique, qui préside à l’activité de l’organisme humain, seule sa force vitale, énigmatique, qu’évoque l’opposition d’un cœur de chair palpitant et d’un organe inanimé – fait de pierre, symbole de matérialité pure – peut expliquer le caractère exceptionnel de Sœur Suzanne. C’est sa sensibilité, physique et morale, qui détermine son durable isolement et son incapacité à instaurer des rapports interpersonnels concrets, mais sa sensibilité établit aussi le pouvoir extraordinaire de son corps sur tous ceux qui l’approchent.

Les péripéties d’un corps sensible

Ce roman peut être considéré comme un véritable récit du ...

Top of page

References

Bibliographical reference

Marco Menin, « Les larmes de Suzanne », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 51 | 2016, 19-39.

Electronic reference

Marco Menin, « Les larmes de Suzanne », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [Online], 51 | 2016, Online since 25 November 2018, connection on 22 September 2017. URL : http://rde.revues.org/5381 ; DOI : 10.4000/rde.5381

Top of page

About the author

Marco Menin

Université de Turin

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo CNL
  • Revues.org