Navigation – Plan du site
Diderot

Les larmes de Suzanne

La sensibilité entre moralité et pathologie dans La Religieuse de Diderot
Suzanne’s tears. Sensibility between morality and pathology in Diderot’s La Religieuse
Marco Menin
p. 19-39

Résumés

Le roman La Religieuse représente un moment crucial de la réflexion philosophique de Diderot sur la sensibilité. La construction narrative de La Religieuse, en particulier la contradiction apparente entre le personnage de Suzanne et la Suzanne narratrice, peut être considérée comme une application romanesque consciente de la doctrine de la sensibilité formulée par les auteurs de l’École de Montpellier. Selon les vitalistes, l’aspect actif de la sensibilité doit être examiné à partir de sa manifestation pathologique qui, sur-stimulant l’organisation physique, rend plus évidente la résonnance morale. Ce lien étroit entre l’aspect physico-pathologique et l’aspect moral de la sensibilité se retrouve dans la représentation des larmes, lesquelles sont la manifestation privilégiée du lien mystérieux entre le corps et l’âme.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les péripéties d’un corps sensible
« Disposer de moi sans moi » : la duplicité de Suzanne
Le laboratoire de la sensibilité
La revanche de l’économie animale
La théorie épigastrique des larmes
La contagion morale des larmes

Aperçu du début du texte

« J’avais un cœur de chair et les autres un cœur de pierre » : cette affirmation de Suzanne Simonin, la jeune protagoniste infortunée de la Religieuse, résume toute l’histoire du roman de Diderot. Corps et sensibilité, ces deux termes s’impliquent réciproquement mais ne sont pas réductibles l’un à l’autre. Si la sensibilité ne peut faire abstraction de la base matérielle, physiologique, qui préside à l’activité de l’organisme humain, seule sa force vitale, énigmatique, qu’évoque l’opposition d’un cœur de chair palpitant et d’un organe inanimé – fait de pierre, symbole de matérialité pure – peut expliquer le caractère exceptionnel de Sœur Suzanne. C’est sa sensibilité, physique et morale, qui détermine son durable isolement et son incapacité à instaurer des rapports interpersonnels concrets, mais sa sensibilité établit aussi le pouvoir extraordinaire de son corps sur tous ceux qui l’approchent.

Les péripéties d’un corps sensible

Ce roman peut être considéré comme un véritable récit du ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marco Menin, « Les larmes de Suzanne », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 51 | 2016, 19-39.

Référence électronique

Marco Menin, « Les larmes de Suzanne », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 51 | 2016, mis en ligne le 25 novembre 2018, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://rde.revues.org/5381 ; DOI : 10.4000/rde.5381

Haut de page

Auteur

Marco Menin

Université de Turin

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org