Navigation – Plan du site
Lecteurs de Diderot

Le Diderot de Thomas Bernhard et Urs Widmer

Diderot according to Thomas Bernhard and Urs Widmer
Muriel Brot
p. 226-241

Résumés

L’Autrichien Thomas Bernhard (1931-1989) et le Suisse Urs Widmer (1938-2014) ont lu Diderot, comme en attestent leurs romans qui mentionnent le Philosophe par la bouche des personnages et des narrateurs. C’est d’ailleurs grâce au père de Widmer, Walter Widmer (1903-1965), qui le traduisit en allemand (1950), que plusieurs générations de Suisse et de germanophones découvrirent Jacques le Fataliste. Outre qu’il mentionne Diderot dans certains romans, Thomas Bernhard est l’auteur d’un Neveu de Wittgenstein qui doit beaucoup au Neveu de Rameau. Chacun de ces écrivains s’est fait forgé une image de Diderot. Tandis que Widmer célèbre sa générosité et son esprit d’opposition, Bernhard lui oppose l’impossibilité absolue d’améliorer l’humanité.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

La fortune de Diderot dans les pays germanophones commença du vivant du Philosophe lorsque certaines de ses œuvres furent présentées aux lecteurs allemands, autrichiens et suisses, avant d’être proposées au public français. Elle fut entretenue par plusieurs auteurs qui saluèrent ou critiquèrent l’œuvre et l’écrivain. Lorsque les romanciers autrichien et suisse Thomas Bernhard (1931-1989) et Urs Widmer (1938-2014) se tournent vers Diderot après Herder, Goethe et Schiller, ils cultivent une influence établie en même temps qu’ils utilisent le Philosophe dans leurs processus de signification. Comme les lettrés du XXe siècle, Bernhard et Widmer ont eu une connaissance directe de Diderot qui leur fut en outre recommandé par des personnes chères. Bernhard était un lecteur assidu de Franz Grillparzer (1791-1872), lui-même grand liseur de Diderot comme en témoigne son œuvre riche d’emprunts et de commentaires. Widmer était le fils d’un traducteur de Diderot.

Thomas Bernhard, qui se disait lib...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Brot, « Le Diderot de Thomas Bernhard et Urs Widmer », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 50 | 2015, 226-241.

Référence électronique

Muriel Brot, « Le Diderot de Thomas Bernhard et Urs Widmer », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 25 novembre 2017, consulté le 01 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/5304 ; DOI : 10.4000/rde.5304

Haut de page

Auteur

Muriel Brot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org