Navigation – Plan du site
Lecteurs de Diderot

Claude Lévi-Strauss, lecteur de Diderot

Alain Paschoud
p. 183-195

Résumés

L’œuvre de Lévi-Strauss n’a accordé qu’une importance mineure aux écrits de Diderot, alors même qu’elle convoque abondamment la culture philosophique, esthétique et littéraire des Lumières. Les références sont éparses en effet ; elles portent sur le récit fictionnel (Supplément au Voyage de Bougainville) et les écrits esthétiques (Lettres sur les sourds et muets, article BEAU de l’Encyclopédie, Salons), et sont réparties avant tout dans Tristes tropiques (1955) et Regarder écouter lire (1993). Malgré leur écart chronologique et générique, ces ouvrages présentent à Diderot une objection commune : celle de reconduire abusivement des dichotomies. Au lieu d’envisager conjointement les phénomènes (qu’il s’agisse de l’origine des sociétés ou du sentiment esthétique), Diderot les séparerait. La cécité de pensée que Lévi-Strauss prête à Diderot surprendra. De fait, l’ethnologue met à l’épreuve les idées de Diderot en contrepoint des modèles rousseauistes et kantiens qui en surdéterminent l’interprétation.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Qui aborde la pensée de Lévi-Strauss ne manquera d’être surpris par la faible présence des écrits de Diderot, et ce alors même que l’ethnologue accorde une place prépondérante, sinon essentielle, aux Lumières françaises et européennes. Les références sont rares en effet. Renvoyant au récit fictionnel (Supplément au Voyage de Bougainville) et aux écrits esthétiques (Lettres sur les sourds et muets, article BEAU de l’Encyclopédie, Salons), elles se trouvent réparties avant tout dans Tristes tropiques (1955) et Regarder écouter lire (1993), les deux textes qui nous occuperont ici. Malgré leur écart chronologique et générique, ces ouvrages présentent à Diderot une objection commune : celle d’accorder au sujet le privilège exorbitant de gouverner graduellement un ordre du sens, favorisant ainsi des antinomies irréductibles. À l’idée que les phénomènes du monde seraient saisis de manière linéaire Lévi-Strauss en oppose une autre selon laquelle les formes sociales ou esthétiques, dans leur...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Paschoud, « Claude Lévi-Strauss, lecteur de Diderot », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 50 | 2015, 183-195.

Référence électronique

Alain Paschoud, « Claude Lévi-Strauss, lecteur de Diderot », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 25 novembre 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rde.revues.org/5298

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org