Navigation – Plan du site
Lecteurs de Diderot

Le Diderot de Lessing : de « douces larmes » pour servir à la purification du goût national

Lessing’s Diderot : ‘soft tears’ to purify national taste
Nikolas Immer et Olaf Müller
p. 121-140

Résumés

Cet article porte sur la traduction des œuvres poético-dramatiques et théoriques de Diderot réalisée par Lessing dans les années 1759-1760, et sur ses enjeux. Dans un premier temps, les motivations de Lessing sont envisagées à partir du contexte de la réception des pièces de Diderot en Allemagne. Cette réflexion est suivie d’une étude de la traduction qui permet de dégager les tendances esthétiques du traducteur. La seconde partie examine dans quelle mesure le projet d’adaptation peut être envisagé comme un prolongement des activités littéraires de Lessing.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Une première version de cette étude des mêmes auteurs a paru en allemand sous le titre « Lessings Diderot : « süssere Thränen » zur Läuterung des Nationalgeschmacks », in Helmut Berthold (dir.), « Ihrem Originale nachzudenken ». Zu Lessings Übersetzungen, Tübingen, Niemeyer, 2008 (Wolfenbütteler Studien zur Aufklärung. Hg. von der Lessing-Akademie. Bd. 31), p. 147-163.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Alors que les traductions des textes de Diderot par Lessing sont considérées comme des témoignages majeurs de l’établissement du drame bourgeois en Allemagne, elles n’avaient jamais été, avant notre édition, publiées dans leur version initiale avec les textes originaux.

C’est dans le cadre de la préparation de la réédition de Das Theater des Herrn Diderot (Le Théâtre de Monsieur Diderot) de Lessing que nous avons été amenés à nous poser une nouvelle fois les questions, déjà maintes fois soulevées par la recherche, des raisons qui ont conduit Lessing à travailler aussi intensément à la traduction des œuvres poético-dramatiques et théoriques de Diderot dans les années 1759 à 1760, à savoir Le Fils naturel ou les Épreuves de la vertu suivi des Entretiens sur Le Fils naturels (1757) et Le Père de famille suivi de l’essai De la poésie dramatique (1758).

Il s’agira ici d’aborder cette problématique selon différents points de vue, en commençant par la réception des pièces de Diderot en Alle...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nikolas Immer et Olaf Müller, « Le Diderot de Lessing : de « douces larmes » pour servir à la purification du goût national », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 50 | 2015, 121-140.

Référence électronique

Nikolas Immer et Olaf Müller, « Le Diderot de Lessing : de « douces larmes » pour servir à la purification du goût national », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 25 novembre 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://rde.revues.org/5290 ; DOI : 10.4000/rde.5290

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org