Navigation – Plan du site
Diderot

Faut-il étouffer Sade ? Les avatars du « raisonneur violent » chez Rousseau et Sade

Should we smother Sade ?
Gilles Gourbin
p. 61-81

Résumés

Le « raisonneur violent », personnage conceptuel imaginé par Diderot dans l’article DROIT NATUREL, est une arme rhétorique à double détente : visiblement conçu afin de récuser le contractualisme volontariste de Hobbes, l’argumentaire du raisonneur violent est de surcroît une manière oblique d’entrer en confrontation avec la pensée politique de Rousseau. Indirectement visé par Diderot au travers de Hobbes, Rousseau, de son côté, à la même période, reprend dans le Manuscrit de Genève le personnage du « raisonneur violent » dans le but évident d’invalider l’argumentation de Diderot et les résultats auxquels ce dernier parvient en matière de droit politique. Voulant faire valoir sa propre solution contractualiste comme la seule issue envisageable au problème politique, Rousseau, par le truchement de son « homme éclairé et indépendant » prend le risque de donner au point de vue pré-sadien de La Mettrie la puissance spéculative maximale. Héritier de cette double conception critique de la théorie du droit naturel, Sade peut alors être lu comme un auteur qui utilise Rousseau contre Diderot avant de se débarrasser de son involontaire complice. De « l’homme éclairé et indépendant » de Rousseau au « libertin scélérat » de Sade, la confrontation des avatars du « raisonneur violent » de Diderot pourrait ainsi constituer non seulement une approche comparative des théories politiques de ces trois auteurs, mais encore une manière de rendre apparente l’une des stratégies d’écriture favorites du marquis : le détournement ou la subversion philosophiques des penseurs qu’il admirait.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

La seconde partie de cet article sera publiée dans le prochain no des RDE

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

« Il faut qu’il y ait une certaine dignité attachée à la nature de l’homme, que rien ne peut étouffer. » Diderot, Le Neveu de Rameau.

« ‘‘Je sens que je porte l’épouvante et le trouble au milieu de l’espèce humaine’’ dit l’homme indépendant que le sage étouffe. » Rousseau, Manuscrit de Genève.

— Juliette : « Il vaudrait donc mieux qu’on nous eut étouffés en naissant. » — M. Dubourg : « À peu près, mais laissons cette politique où tu ne dois rien comprendre. » Sade, Les infortunes de la vertu.

Je sens que je porte l’épouvante et le trouble au milieu de l’espèce humaine ; mais il faut ou que je sois malheureux, ou que je fasse le malheur des autres ; et personne ne m’est plus cher que je me le suis à moi-même. Qu’on ne me reproche point cette abominable prédilection ; elle n’est pas libre. C’est la voix de la nature qui ne s’explique jamais plus fortement en moi que quand elle parle en ma faveur. Mais n’est-ce que dans mon cœur qu’elle se fait entendre avec la même violence ? Ô hommes ! ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Gourbin, « Faut-il étouffer Sade ? Les avatars du « raisonneur violent » chez Rousseau et Sade », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 50 | 2015, 61-81.

Référence électronique

Gilles Gourbin, « Faut-il étouffer Sade ? Les avatars du « raisonneur violent » chez Rousseau et Sade », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 25 novembre 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rde.revues.org/5284

Haut de page

Auteur

Gilles Gourbin

Articles du même auteur

  • Faut-il étouffer Sade ? [Résumé | Accès restreint]
    Les avatars du « raisonneur violent » chez Rousseau et Sade (2e partie)
    Paru dans Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 51 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org