Navigation – Plan du site
Diderot

Le goût de Diderot : une expérience du seuil

Diderot’s taste
Stéphane Lojkine
p. 45-59

Résumés

Le goût bascule au XVIIIe siècle d’une conception objective (le Beau universel) vers une conception subjective, appuyée sur une expérience esthétique intime. Le rapport de Diderot au goût, envisagé ici depuis l’article Beau de l’Encyclopédie jusqu’à l’Essai sur les règnes de Claude et de Néron, reflète cette mutation tout en constituant une alternative au compromis kantien de la troisième Critique. Diderot suit d’abord Hutcheson ; il est ensuite influencé par le débat anglais (Pope et Hogarth), qui définit le goût comme expérience du seuil. Dans les Essais sur la peinture, le va-et-vient du goût et du dégoût, articulé aux expériences d’anamorphose, fait émerger au centre du dispositif l’œil et la vision de l’aveugle. Le goût n’est plus alors simplement ce qui juge ; il crée l’œuvre. Il devient le principe organisateur des Pensées détachées sur la peinture. L’enjeu n’est plus alors d’élaborer un traité d’esthétique : l’énergie créatrice du goût et du dégoût est destinée à être mobilisée comme révolte politique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

On pourrait traiter la question du goût de Diderot à partir de l’acception triviale, moderne du goût : ce que Diderot aime en peinture et dans les arts en général, ce qu’il n’aime pas. Mais la notion de goût a elle-même toute une histoire, et engage une, des positions philosophiques. Elle entre dans un réseau de notions et d’affinités qu’il n’est pas possible d’ignorer, même si Diderot lui-même n’en prend la mesure que tardivement.

On cite par exemple la formule de l’abbé Batteux, que « le Goût est une connoissance des Regles par le sentiment », qui semble fonder et légitimer notre compréhension moderne de la notion de goût. Mais se souvient-on que la formule est placée en tête d’un chapitre intitulé « Qu’il y a des regles particulieres pour chaque Ouvrage, & que le Goût ne les trouve que dans la Nature », ce qui limite singulièrement la marge de manœuvre d’un sentiment personnel, ce que nous appellerions aujourd’hui la subjectivité du goût ?

Du Beau au jugement de goût

Ce n’est pas pa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Lojkine, « Le goût de Diderot : une expérience du seuil », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 50 | 2015, 45-59.

Référence électronique

Stéphane Lojkine, « Le goût de Diderot : une expérience du seuil », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 25 novembre 2017, consulté le 24 juin 2017. URL : http://rde.revues.org/5283 ; DOI : 10.4000/rde.5283

Haut de page

Auteur

Stéphane Lojkine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org