Navigation – Plan du site
Diderot

Le musée imaginaire de Diderot

Diderot’s imaginary museum
Élise Pavy-Guilbert
p. 15-44

Résumés

Cette étude est née de la curiosité suscitée par l’évocation, dans les Salons, de nombreuses œuvres d’art en marge des œuvres exposées, et que la mémoire visuelle des abonnés à la Correspondance littéraire, comme celle du lecteur moderne, devait convoquer. Lorsqu’il critique les œuvres de ses contemporains, Diderot se réfère à des modèles, chefs-d’œuvre les plus célèbres des siècles passés. Que le philosophe soit dépendant de l’histoire de l’art, voilà qui est certain. Ce qu’il en est de l’orientation de son regard, sous l’angle de schèmes mémoriels, c’est là une question moins étudiée. Quelles sont les œuvres choisies pour développer l’univers imaginaire des Salons ? À quoi servent les analogies créées ? Qu’il y ait chez Diderot la volonté d’évaluer l’art de son temps au prisme d’un « musée imaginaire », qu’il assume ce dédoublement entre exposition réelle et confrontations inventées, que ce soit là même que se joue le sens de sa critique, c’est ce que nous souhaiterions prouver.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

« Musée imaginaire » et circulation de l’art
Voir/échanger
Penser/classer
Le « musée imaginaire », théorie et fiction
Confrontations
Imagination créatrice

Aperçu du début du texte

Cette recherche est née de la curiosité suscitée par l’évocation, dans les Salons, de nombreuses œuvres d’art en marge des toiles et des sculptures exposées, et que la mémoire visuelle des abonnés à la Correspondance littéraire, comme celle du lecteur moderne, devait parvenir à convoquer. Lorsqu’il se rend à l’exposition royale au Salon carré du Louvre, qu’il critique les tableaux, sculptures, dessins et gravures de ses contemporains, Diderot se réfère sans cesse à des modèles, les chefs-d’œuvre les plus célèbres de l’école italienne et française, ainsi que des écoles du nord. Il examine l’œuvre exposée à travers une image mentale, souvent floue et imprécise, jugeant ainsi à l’aune du souvenir. Les toiles de Vien, Deshays, van Loo et tant d’autres sont comparées et confrontées à celles de Raphaël, du Corrège, de Rubens, Berghem et Rembrandt, de Poussin et Le Sueur. Ces peintres et leurs images instruisent le procès des œuvres exposées et obnubilent la pensée du salonnier. Les plus g...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élise Pavy-Guilbert, « Le musée imaginaire de Diderot », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 50 | 2015, 15-44.

Référence électronique

Élise Pavy-Guilbert, « Le musée imaginaire de Diderot », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 25 novembre 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://rde.revues.org/5282 ; DOI : 10.4000/rde.5282

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org