Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Jean-Claude Bonnet, La Gourmandise et la faim. Histoire et symbolique de l’aliment (1730-1830), Paris, LGF, 2015, 451 p. ISBN 978-2-253-15643-7

Marie Leca-Tsiomis
p. 420-421

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1C’est à plusieurs titres que ce livre intéressera les lecteurs de Diderot. L’espèce d’oxymore que constitue son beau titre annonce l’étude des mœurs de table ainsi que celle de la « question chronique de la disette et de la faim » au XVIIIe siècle. Le panorama de cette histoire sociale et littéraire de l’aliment est vaste et le livre nous conduit, après la Civilité d’Érasme, des manuels de civilités jusqu’à Chateaubriand et à Carême (si mal nommé). Au cœur du livre, la partie intitulée « La saveur des mots » est consacrée à Rousseau, à Mercier et bien sûr à Diderot : Bonnet rend compte du « démon de l’appétit » chez le glouton mais gourmand philosophe — « le ventre à table » au Grandval ou en « pic nic » à St-Cloud — aux prises avec les « perfides anguilles », « les petits melons d’astracan », « la fricassée de poulet » ou « l’énorme fromage glacé ». Voici décrit avec bonheur le « festin diderotien » ; plaisir de manger, et malaises de la digestion, voire de l’indigestion, remèdes, diètes ; tout est objet d’intérêt chez Diderot, les auberges, les collations entre amis et les repas intimes, jusqu’au dernier (« C’est une bien belle mort que de mourir avec un goût d’abricot dans la bouche ! »). Mais la partie la plus novatrice de ce chapitre a trait aux réflexions qui surgissent des échanges de Diderot avec l’abbé Galiani sur la question des blés et sur « le spectre de la faim ».

2Pour la première fois, me semble-t-il, l’Apologie de l’abbé Galiani est montrée dans toute sa force originale, à savoir la marque d’une « vraie rupture dans la pensée politique de Diderot » et un moment passionnant de son inventivité littéraire. Il faut lire ces pages lumineuses sur l’évolution de Diderot, ancien admirateur des physiocrates, s’enthousiasmant peu à peu pour les réflexions d’un Galiani qui, dans ses Dialogues, se livre à la démythification en règle de la physiocratie, et, soucieux des disettes et des famines, s’oppose à la libéralisation du commerce extérieur du blé. Les grains, comme l’air et l’eau, ne sont pas une marchandise comme une autre, mais la nourriture du peuple et lorsque le principe de propriété est placé au dessus de « l’utilité générale », il devient, écrit Diderot, « un principe de Tartare, de cannibale, non d’un homme policé ». Cette verte apostrophe adressée au physiocrate Morellet, détracteur de l’abbé Galiani, se double d’un reproche essentiel, celui de ne rien entendre à « l’art du dialogue » : « Vous aimez la dispute et [l’abbé] aime la causerie ; vous êtes toujours sur les bancs de l’école et [...] l’abbé est toujours sur un canapé ».

3Et J.-C. Bonnet, en vrai diderotiste, ne se limite pas à rendre compte du débat politique alors fondamental et toujours si actuel, à l’occasion duquel Diderot « aborda frontalement la question sociale ». Car cette Apologie, rédigée quelque part entre les premières versions du Neveu de Rameau et le Rêve de D’Alembert, atteste, profondément montre-t-il, des formes particulières de la créativité diderotienne : « Si la défense de Galiani fut d’abord inspirée par un mouvement spontané d’amitié et par une incontestable adhésion intellectuelle, on découvre qu’au delà de cet engouement ce sont les intérêts supérieurs de l’œuvre de Diderot qui sont engagés [...]. Il avait décidé de s’approprier résolument et on pourrait dire de vampiriser le personnage de l’abbé [...] qui l’aida à son insu à ouvrir les voies novatrices qui font toute la singularité de son inventivité littéraire ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Leca-Tsiomis, « Jean-Claude Bonnet, La Gourmandise et la faim. Histoire et symbolique de l’aliment (1730-1830), Paris, LGF, 2015, 451 p. ISBN 978-2-253-15643-7 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 50 | 2015, 420-421.

Référence électronique

Marie Leca-Tsiomis, « Jean-Claude Bonnet, La Gourmandise et la faim. Histoire et symbolique de l’aliment (1730-1830), Paris, LGF, 2015, 451 p. ISBN 978-2-253-15643-7 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 29 novembre 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rde.revues.org/5273

Haut de page

Auteur

Marie Leca-Tsiomis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org