Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Sylvie Bouissou, Jean-Philippe Rameau, musicien des Lumières, Paris, Fayard, 2014, 1024 p. ISBN 978-2-213-63786-0

Catherine Kintzler
p. 413-416

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Avec ce magistral volume, Sylvie Bouissou signe la somme consacrée à Jean-Philippe Rameau dont le XXIe siècle a besoin. Elle y brasse le savoir historique et musical aujourd’hui disponible sur le grand musicien philosophe. Considérablement augmenté et affiné depuis la grande monographie de C. Girdlestone publiée en 1957, ce savoir mobilise les plus récentes découvertes dues à nombre de chercheurs scrupuleusement cités, au sein desquels l’auteur elle-même a bien raison de « revendiquer sa part ». Tout l’outillage critique nécessaire à un chercheur, mais aussi à un connaisseur ou à un amateur, est mis à disposition du lecteur, également dans de substantielles et très utiles Annexes (arbre généalogique établi par E. Kocevar, synopsis tabulaire monumentale — pas moins de 12 doubles pages — des œuvres de Rameau, synopsis des parodies, considérable bibliographie classée où les documents d’archives abondent, index, table des exemples).

2La conduite de l’ouvrage a été dictée par son objet — la vie et la production de Rameau dans leur contexte historique, musical et intellectuel. La chronologie s’imposait donc, à l’exception de l’activité théorique du musicien, « monument de son intellectualité musicienne », traitée dans une cinquième et dernière partie. Les quatre grandes divisions qui la précèdent, se déployant en quelque 20 chapitres, scandent la vie et les œuvres de Rameau en périodes dont le découpage est déjà à lui seul éclairant.

3Première partie, « Le maître organiste. 1699-1722 ». À suivre les nombreuses charges d’organiste assurées par Rameau dans différentes villes, analysées notamment à l’aide de documents d’archives (contrats, conventions), on se représente la vie instable des musiciens professionnels d’Église au début du XVIIIe siècle. Loin de susciter l’ennui, c’est à un jeu de piste que S. Bouissou convie son lecteur. On avait pu mesurer ses talents de détective dans son livre de 1992 sur Les Boréades ; elle les exerce toujours avec délectation, et succès. Un exemple : le célèbre épisode des dissonances faites exprès à l’orgue pour résilier le bail conclu à Clermont- Ferrand sort définitivement de la légende (on le regretterait presque !), corroboré par un croisement d’informations. Dans cette impitoyable recherche de la moindre pièce de puzzle, jusqu’au filigrane des papiers, l’histoire de Rameau ne perd rien de sa dimension et ne subit aucun aplatissement banal. L’analyse de la musique vocale profane en bénéficie tout autant. S. Bouissou, scrutant une note de bas de page de la thèse d’Isabelle Rouard, y ajoute même un objet fabuleux : le canon Frère Jacques. On peut donc se livrer sans réticence à ces moments de détection où l’auteur excelle, et on se surprend même à les rechercher comme des friandises.

4Deuxième partie « Rameau, bourgeois de Paris. 1723-1732 ». Avec l’installation de Rameau à Paris, ce sont les Suites pour clavecin, la poursuite de la réflexion théorique, puis les premières et fortes relations de Rameau avec le théâtre, tout particulièrement ici la culture de la Foire et le théâtre comique (notamment en collaboration avec Piron). Chemin faisant, l’auteur rectifie la date de la rencontre de Rameau avec le mécène La Pouplinière, la reculant en 1736 — dommage, on aurait aimé qu’un autre épisode légendaire, le fameux billet de l’avance de 500 livres pour le poème d’Hippolyte et Aricie que l’abbé Pellegrin aurait ostensiblement détruit en entendant une répétition, ait eu lieu dans son salon !

5Troisième partie « Rameau ‘‘opérateur’’ à Paris. 1733-1744 ». C’est le début des grandes œuvres lyriques, à commencer par « le choc esthétique » d’Hippolyte et Aricie, puis la première collaboration avec Voltaire avec l’échec de Samson, ensuite Les Indes galantes, Castor et Pollux — dont le caractère autobiographique, naguère évoqué par Jean Malignon, est discuté et pris au sérieux —, Les Fêtes d’Hébé, Dardanus. Est-il besoin de préciser que chaque œuvre est passée au crible d’un commentaire musical très précis et dynamique, qui s’attache en particulier à souligner les nouveautés et les audaces ? Les remarques poétiques et littéraires qui émaillent le propos sont cependant parfois déroutantes. Avancer, à propos de Dardanus (p. 302), que les topiques mythologiques font place au merveilleux, comme si le mythologique et le merveilleux s’excluaient, laisse perplexe. Parler de « dérogation aux conventions » (p. 318) au sujet du poème d’Hippolyte, c’est laisser croire au lecteur que la tragédie lyrique était assujettie aux règles de la tragédie parlée (règles qui du reste ne sont pas des « conventions »), ce qui n’est nullement le cas, et la citation extraite de la préface de Pellegrin le dit bien. Cette superbe préface et nombre de commentaires tout au long de l’histoire de l’opéra français de cette époque montrent la commune structuration des deux scènes (parlée et lyrique), y compris et surtout dans leur opposition qui ne peut donc pas être comprise comme « dérogation », mais bien davantage comme régularité. La fin de cette 3e partie, avec le chapitre 14 consacré à l’analyse des Pièces de clavecin en concert renoue avec l’excellence de l’investigation réfléchie chère à S. Bouissou et soulève des problèmes passionnants d’interférence entre clavecin et opéra, objets problématiques brillamment exposés et récapitulés en tableau (p. 527-529).

6La quatrième partie, « Rameau compositeur du roi. 1745-1764 », parcourt, toujours avec de judicieuses mises au point historiques et des commentaires musicaux détaillés, les commandes officielles auxquelles Rameau dut faire face, rythmées par les événements politiques et protocolaires. Période marquée par la production de ballets et, au-delà d’une deuxième collaboration avec Voltaire, par la rencontre avec Louis de Cahusac dont on sait combien elle fut décisive, et qui relance par ailleurs la question de l’influence maçonnique abordée à plusieurs reprises. Période aussi de remise en question et de déstabilisation avec la disgrâce auprès de La Pouplinière et la Querelle des Bouffons. Elle comprend des œuvres maîtresses — Platée, Naïs, Zaïs, Zoroastre, Les Paladins où Rameau « chamboule tous les codes ». Et c’est aussi l’occasion pour l’auteur de présenter des hypothèses sur des œuvres perdues comme Lisis et Délie et la tragédie Linus. Sans oublier, bien sûr, l’ultime tragédie Les Boréades, répétée mais jamais représentée avant la fin du XXe siècle. Là encore, les remarques de théorie esthétique et de poétique appellent quelques réserves. Situer le « naufrage de l’esthétique baroque » en 1748 est surprenant, car il y a longtemps que le glas de cette esthétique a été sonné notamment par les grands auteurs dramatiques du XVIIe siècle (y compris Quinault) et du début du XVIIIe siècle. Et comment comprendre l’affirmation selon laquelle (p. 752) Jean-Jacques Rousseau « annonce l’esthétique classique et même romantique », sinon à la faveur d’un malentendu récurrent de vocabulaire entre théorie poético-littéraire d’une part et analyse musicologique de l’autre ? Une simple note de bas de page aurait pu le dissiper, en précisant que les termes « baroque » et « classique » changent de sens en changeant de champ conceptuel, et que « esthétique » et « style » ne coïncident pas toujours.

7Avec la cinquième partie, consacrée à la réflexion théorique de Rameau, l’auteur quitte le plan strictement chronologique. On soulignera une heureuse analyse de l’activité d’enseignement de Rameau, ainsi que la discussion sur la genèse du traité de L’Art de la basse fondamentale — édité par I. Rouard — et sur le devenir de ses deux copies, dont l’une est passée par les mains de Rousseau et l’autre par celles de d’Alembert : elle passionnera tous ceux qui s’intéressent à l’Encylopédie. S’agissant de l’œuvre théorique de Rameau, et notamment de la « convocation de la physique » en 1726, on aurait pu souhaiter qu’elle soit éclairée par une réflexion épistémologique plus fine donnant au concept de corps sonore comme objet naturel toute sa dimension, et soulevant la question d’un passage au modèle expérimental que Rameau eût été bien inspiré d’effectuer en ce moment newtonien de l’histoire des sciences. L’auteur s’étend davantage, à juste titre tant l’obstination de Rameau fut grande, sur son attachement maniaque, à partir de 1750, à un modèle démonstratif de la théorie musicale, modèle qu’il finit, malgré les avertissements réitérés de d’Alembert (et sa magistrale leçon d’épistémologie publiée en tête de la seconde édition, en 1762, des Éléments de musique théorique et pratique selon les principes de M. Rameau) par ériger en fondement logique puis ontologique. Idée fixe « dévastatrice » sur laquelle Rameau s’éteint « la plume à la main », à la fois dérisoire et sublime, et qui injecte son poison dans les rapports déjà conflictuels qu’il entretenait avec les Encyclopédistes dès 1747. En lisant cet épisode, on sent bien la passion de l’auteur qui lui fait un peu malmener Rousseau (« amateur de seconde zone », dont le Dictionnaire de musique continue d’être pillé) et enrôler d’Alembert parmi « les chiens » hurlant à la curée de Rameau. Comme s’il fallait, pour exalter la puissance intellectuelle de Rameau, rabaisser les esprits de premier ordre auxquels il s’est frotté, et qui, même au plus fort de leurs querelles, n’ont jamais douté de sa grandeur.

8Les rares réserves — littéraires, poétiques, épistémologiques — émises çà et là, loin de discréditer l’immense travail de S. Bouissou, attestent au contraire combien cette lecture, toujours instructive, est stimulante, et ne sauraient en rien atténuer le jugement favorable et même admiratif sur lequel je tiens à conclure cette recension. Avec ce monumental Rameau, musicien des Lumières, fruit d’une inlassable recherche, Sylvie Bouissou ne nous offre pas seulement un outil de référence indispensable, mais aussi, en consonance avec son sous-titre, un travail réfléchi et éclairé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Kintzler, « Sylvie Bouissou, Jean-Philippe Rameau, musicien des Lumières, Paris, Fayard, 2014, 1024 p. ISBN 978-2-213-63786-0 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 50 | 2015, 413-416.

Référence électronique

Catherine Kintzler, « Sylvie Bouissou, Jean-Philippe Rameau, musicien des Lumières, Paris, Fayard, 2014, 1024 p. ISBN 978-2-213-63786-0 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 29 novembre 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rde.revues.org/5268

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org