Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Sergueï V. Korolev, La Bibliothèque de Diderot. Vers une reconstitution, Centre international d’Études du XVIIIe siècle, Ferney-Voltaire, 2014, 132 p. ISBN 978-2-8455-9093-9

Pierre Chartier
p. 393-395

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En 1765 prenait fin le labeur intense pour l’Encyclopédie. Afin d’accéder à une aisance financière qui lui permit notamment de doter sa fille, Diderot souhaita vendre son seul bien négociable, sa bibliothèque, riche en littératures grecque, latine, française, italienne et anglaise, sans oublier les ouvrages historiques et scientifiques ainsi que les dictionnaires. Par l’entremise de Grimm, il aliéna à Catherine ces quelque trois mille volumes réunis depuis son arrivée à Paris. L’Impératrice se comporta en mécène éclairé : généreusement doté, le Philosophe en garda très librement l’usufruit sa vie durant, à charge pour ses héritiers de les faire parvenir après sa mort à leur lointaine propriétaire.

2Les vingt caisses envoyées par Madame de Vandeul à Saint- Pétersbourg en 1785 étaient accompagnées d’un catalogue très détaillé, élaboré par Villière, le factotum de Grimm. Hélas, ce précieux document a disparu. Peut-être la colère éprouvée par Catherine lorsqu’elle prit connaissance des Observations sur le Nakaz n’est-elle pas étrangère à cette disparition. Quoi qu’il en soit, contrairement à ceux, beaucoup plus nombreux, de Voltaire, les livres de la bibliothèque de Diderot n’étaient pas, semble-t-il, destinés à rester réunis ; ils n’ont bénéficié sur place ni d’un traitement cohérent ni d’un classement systématique.

3Il est de ce fait impossible de repérer la trajectoire suivie par chacun d’entre eux. Certains ont été déplacés à Tsarskoe Sélo, la résidence impériale, ou plus tard, sous Nicolas Ier, à l’Institut du Génie civil. D’autres ont été intégrés à la bibliothèque de Voltaire, d’autres encore ont pu être vendus comme doublons. La plupart ont été transférés au cours du XIXe siècle avec le plus gros du fonds étranger de l’Ermitage à la Bibliothèque publique impériale, aujourd’hui Bibliothèque Nationale de Russie, où ils ont été dispersés. Les signalisations techniques disposées sur la page de garde sont d’une efficacité très limitée. Bref, le résultat d’ensemble est chaotique. La bibliothèque de Diderot a disparu comme telle. La reconstituer est donc un travail très ardu, très aléatoire.

4Les diderotistes ne l’ont pourtant pas jugé impraticable. Ils s’en sont préoccupés de manière suivie, par étapes successives, surtout après un article décisif de Jacques Proust en 1958. Dans le très beau volume confectionné par les soins du Centre international d’Études du XVIIIe siècle de Ferney-Voltaire pour sa collection « Archives de l’Est », qui a bénéficié du soutien du projet Sinergia du Fonds national suisse de la recherche scientifique, Sergueï V. Korolev décrit et salue cet effort collectif dans lequel il s’inscrit de manière délibérément optimiste, ainsi que l’indique son sous-titre : « Vers une reconstitution ». On en est loin encore ? Du moins des progrès notables ont-ils été accomplis : 882 titres, soit un bon quart de l’ensemble, ont pu être répertoriés de manière sûre et détaillée ; ils sont accompagnés d’explications utiles sur la méthodologie mise en œuvre pour les repérer. Ce souci, non moins que l’engagement de l’auteur, laisse bien augurer de l’avenir.

5La sobre introduction du volume donne à cet égard toutes les précisions souhaitables, et nous y renvoyons les lecteurs, mais non sans insister sur l’apport original de S. V. Korolev, qui explique les résultats qu’il nous propose, à la suite des travaux de Larissa L. Albina et de Anna A. Polyakina. Dix pages d’une excellente tenue en termes de finition et d’esthétique (papier, typographie, mise en page), à l’instar de la totalité de ce volume, reproduisent des reliures en couleurs et des ex libris qui illustrent la liste des titres retrouvés et permettent d’apprécier la méthode suivie. Parmi les nombreux critères retenus pour la détection de volumes ayant appartenu à Diderot, la nature des reliures est en effet une donnée particulièrement efficace. Elle complète et recoupe les autres sources mises à contribution : les indications bibliographiques internes aux textes de Diderot, notamment le Plan d’une université et les Éléments de physiologie, le Livre de dépense et recette des libraires associés pour l’Encyclopédie, les comptes rendus de la Correspondance littéraire, certains témoignages de contemporains, relatés dans les correspondances. L’étude minutieuse et savante des reliures françaises de la seconde moitié du XVIIIe siècle présentes dans les fonds russes qu’il a examinés a permis à S. V. Korolev de retrouver par exemple des ouvrages offerts au philosophe (une dédicace en fait foi), d’autres commandés pour l’Encyclopédie (confirmés par le Livre de dépense) et de mettre en place la logique productive de ses investigations.

6Pour le lecteur informé, à qui elles sont destinées, les 882 mentions du catalogue sont pour la plupart autant de confirmations, souvent émouvantes. La diversité des références couvre l’arc infiniment vaste des préoccupations et des compétences de Diderot. Elle renvoie à tel ouvrage célèbre qu’il a composé, à tel article dans une revue, à telle anecdote connue, à tel épisode relaté, à telle rencontre, à tel engouement ou à telle controverse. Mais il y a aussi des trouvailles, sources d’utiles interrogations. La bibliothèque de Diderot en voie de reconstitution, c’est le Philosophe qui reprend vie devant nous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Chartier, « Sergueï V. Korolev, La Bibliothèque de Diderot. Vers une reconstitution, Centre international d’Études du XVIIIe siècle, Ferney-Voltaire, 2014, 132 p. ISBN 978-2-8455-9093-9 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 50 | 2015, 393-395.

Référence électronique

Pierre Chartier, « Sergueï V. Korolev, La Bibliothèque de Diderot. Vers une reconstitution, Centre international d’Études du XVIIIe siècle, Ferney-Voltaire, 2014, 132 p. ISBN 978-2-8455-9093-9 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 29 novembre 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://rde.revues.org/5259

Haut de page

Auteur

Pierre Chartier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org