Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Thierry Depaulis, « Des ‘‘figures maussades & révoltantes’’ : Diderot et les cartes à jouer », étude en quatre livraisons de la revue Le Vieux papier, publication de la société éponyme, fascicules 412 à 414 (2014), p. 256-264, 289-298, 342-353 et fascicule 415 (2015), p. 409-421. ISSN 2118-0237

Emmanuel Boussuge et Françoise Launay
p. 382-384

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Prévenons d’emblée que le titre de cette étude très fouillée, très documentée et fort bien illustrée met en exergue une formule qui n’est pas de Diderot comme on pourrait le croire. L’encyclopédiste avait en effet seulement qualifié de « maussades » les figures dont les cartes à jouer étaient peintes à son époque (et dans toute la première moitié du XVIIIe siècle), le second adjectif, c’est la troisième partie de l’article qui nous l’apprend, revient en fait à l’avocat d’un cartier qui avait tenté de remédier à la chose.

2L’étude de Thierry Depaulis est parue en quatre livraisons dans la vénérable revue Le Vieux papier, vouée depuis 1900 à l’étude de la vie quotidienne à travers les documents imprimés et l’iconographie. Elle montre comment l’appréciation de Diderot pourrait avoir suscité et encouragé quelque évolution dans la représentation des figures. Après avoir décrit l’état de la situation antérieure à 1750 dans une première partie, l’auteur consacre la deuxième, qui nous intéresse bien sûr tout particulièrement, à l’article du dictionnaire, et émet l’hypothèse que, faute de documentation disponible avant sa rédaction située entre 1747 et1749 (l’Art du cartier de Duhamel du Monceau ne paraîtra en effet qu’en 1762), Diderot a vraisemblablement enquêté lui-même chez un fabricant, dérogeant ainsi à ses habitudes. Les deux dernières parties, consacrées à l’histoire du cartier Mitoire puis à celle des Mandrou père et fils, nous informent avec précision sur les efforts engagés par ceux qui, à partir de 1770, ont tenté de faire évoluer la représentation pour la rendre plus agréable (le souhait même de Diderot est ainsi formulé), et les difficultés qu’ils ont rencontrées tant sur le plan juridique et économique que sur celui de la résistance des utilisateurs. Les joueurs n’ont en effet jamais beaucoup apprécié qu’on modifie les figures des cartes qu’ils devaient reconnaître le plus rapidement possible au cours de leur jeu.

3Dans sa première partie, l’auteur nous montre les élégantes figures de Guyon Guymier au début du XVIe siècle, puis le charme gracieux de celles du siècle suivant. Là, bien que le métier du cartier soit très réglementé dès 1594 et qu’il existe alors un « standard » parisien, fantaisie et imagination graphiques sont encore présentes, comme dans le jeu de Robert Passerel, cartier parisien, ou celui du Lyonnais Jean Rolichon. L’auteur fait alors le constat que, vers 1750, « les cartes françaises ordinaires atteignent des sommets de laideur », et nous signale que Diderot n’est pas le seul à utiliser le terme de « maussades », repris en 1761 par Lacombe de Prézel dans son Dictionnaire du citoyen. Il nous précise aussi que la demande de cartes ayant été multipliée par quatre entre 1700 et 1750, cela avait entraîné l’abandon des moules en bois pour des plaques de cuivre dont l’usure était beaucoup moins rapide, mais qui ont aussi contribué à raidir les figures.

4Thierry Depaulis analyse ensuite l’article de Diderot dans l’Encyclopédie, et en particulier la partie fabrication (dont il regrette qu’elle ne soit pas donnée dans les éditions des œuvres complètes), jouant alors avec Naigeon contre Proust, et considérant que Diderot est clairement allé sur le terrain pour rédiger son texte. L’argumentation s’appuie sur le manque de sources écrites disponibles à l’époque : la Cyclopædia de Chambers (dont Diderot s’inspire pour le début de l’article) tire ses renseignements du Lexicon de Harris qui traite en fait des cartes dans son entrée concernant l’imprimerie et non dans celle traitant des cartes ; par ailleurs, les quatre planches gravées en 1697 par Louis Simonneau pour la Description des arts et métiers de l’Académie des sciences, que Diderot a sûrement vues, ne seront publiées qu’en 1761, et Diderot ne disposait alors d’aucune description des opérations. L’auteur signale bien l’existence d’un mémoire manuscrit de Pajot d’Onsembray datant de 1730, mais dont la lecture montre qu’il ne peut avoir servi à Diderot. Il en conclut que Diderot, même s’il n’en parle aucunement, n’a pu faire autrement que d’aller en « reportage » dans un atelier, comme Duhamel le fera dix ans plus tard chez Raisin.

5Si tout cela est vraisemblable mais prête évidemment à discussion, ce qui est mieux établi — et il faut admirer-là la perspicacité de l’auteur — c’est que le graveur présumé des planches, Louis Jacques Goussier, s’est, lui, bien renseigné, et l’on sait parfaitement auprès de qui : le cartier Guillaume Mandrou dont à la fois le nom (tronqué il est vrai, en MANDR) et l’enseigne schématisée apparaissent sur la Planche I qui montre des figures ayant « plus de fluidité et d’élégance que le rude portrait de Paris » des années 1760. Thierry Depaulis note que l’on retrouve l’article de Diderot dans plusieurs ouvrages, y compris le Dictionnaire historique de la ville de Paris et de ses environs de Hurtaut et Magny (t. II, 1779) dans lequel il est de plus indiqué que « depuis quelques années, le sieur Mitoire a fait graver de nouveaux patrons [...], il passe pour être parvenu à ôter aux cartes cette grossièreté qui les rendait rebutantes ».

6Remarquons au passage que Hurtaut était un proche de Diderot à la fin des années 1740, à la fois un voisin de la place de l’Estrapade et un familier des mêmes cercles (autour des Depuisieux, de Toussaint, d’Eidous), ainsi que l’un « des coopérateurs distingués de l’Encyclopédie » comme le rappellera le Journal encyclopédique (juin 1775, p. 445), et comme l’atteste le registre des libraires de 1748, 1749 et 1750 publié par Louis-Philippe May en 1938. Ajoutons qu’il serait sans doute intéressant de considérer les emprunts de son dictionnaire de Paris à l’Encyclopédie à la lumière de sa participation aux débuts de la grande entreprise. Le rôle de Hurtaut aurait-il pu aller au-delà des travaux de copie pour lesquels il fut rémunéré une fois selon le livre de comptes tenu par Briasson ? C’est une question dont on pourrait alors mesurer la pertinence mais que ce genre de reprise invite d’ores et déjà à se poser.

7La troisième livraison est consacrée tout d’abord aux « Nouvelles cartes à jouer » gravées par Papillon d’après Moreau le jeune pour le cartier Jean Baptiste Mitoire évoqué dans le dictionnaire de Hurtaut et Magny, cartes apparues sur le marché en 1770, et annoncées par voie de presse. La nouveauté fut si peu couronnée de succès qu’il n’en subsiste actuellement aucun jeu complet ! L’auteur en vient alors aux productions du cartier Mandrou (Jacques Guillaume, le fils), qui avait lui aussi tenté de sortir des sentiers battus, et qui se heurtait en 1784 aux syndics de la communauté des maîtres papetiers, cartiers et relieurs, au cours d’un procès qui les opposa en décembre. C’est l’excellent avocat de Mandrou qui, dans sa plaidoirie, ajouta aux « maussades » de Diderot le qualificatif de « révoltantes » aux cartes anciennes qu’il avait voulu transformer pour les rendre plus agréables, et c’est lui qui l’emporta contre les syndics. Force est de constater cependant qu’aucun écho ne sera fait dans la presse en faveur de ces cartes, dont un jeu aux initiales du cartier (JGM), récemment découvert, nous est présenté dans une planche en couleur. Le dessinateur et le graveur des cartes n’est pas connu, mais l’œil avisé de T. Depaulis retrouve dans le jeu de Mandrou « un petit quelque chose » des cartes de la planche I de l’Encyclopédie, qui lui permet de faire l’hypothèse que Louis Jacques Goussier aurait pu en être l’auteur.

8La dernière livraison revient sur les Mandrou père et fils, donnant les précisions nécessaires à une meilleure compréhension de leurs parcours professionnels imbriqués, le père (gendre du maître cartier Noyal) cédant le fonds entier de son commerce de la rue de l’Arbre-Sec à son fils en 1781, et le fils, trop occupé par sa propre manufacture de papier lancée dans l’Oise en 1787, la rétrocédant à son père en 1789, tous deux disparaissant à six mois d’intervalle, le fils en 1799 et le père en 1800. Ils n’étaient donc plus là pour servir Napoléon qui confia la réalisation de nouvelles cartes à Jacques Louis David en 1808. Le complet échec de ce dernier auprès des utilisateurs ne fut pas réparé par son successeur Gatteaux, et « il fallut revenir aux anciens modèles, ceux d’Ancien Régime, mais revisité par l’esthétique néo-classique en vogue sous l’Empire ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Boussuge et Françoise Launay, « Thierry Depaulis, « Des ‘‘figures maussades & révoltantes’’ : Diderot et les cartes à jouer », étude en quatre livraisons de la revue Le Vieux papier, publication de la société éponyme, fascicules 412 à 414 (2014), p. 256-264, 289-298, 342-353 et fascicule 415 (2015), p. 409-421. ISSN 2118-0237 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 50 | 2015, 382-384.

Référence électronique

Emmanuel Boussuge et Françoise Launay, « Thierry Depaulis, « Des ‘‘figures maussades & révoltantes’’ : Diderot et les cartes à jouer », étude en quatre livraisons de la revue Le Vieux papier, publication de la société éponyme, fascicules 412 à 414 (2014), p. 256-264, 289-298, 342-353 et fascicule 415 (2015), p. 409-421. ISSN 2118-0237 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 29 novembre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rde.revues.org/5256

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Boussuge

Articles du même auteur

Françoise Launay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org