Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

« Lire la correspondance de Diderot (I) », Marc Buffat, Geneviève Cammagre et Odile Richard-Pauchet (dir.), ÉPISTOLAIRE, Revue de l’AIRE, no 40, Paris, Champion, 2014. ISSN 0993-1929

Laurence Mall
p. 379-382

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Intitulée « Diderot en correspondance », une partie du numéro 40 de la revue Épistolaire accueille en douze contributions la première moitié des actes du colloque international « Lire la correspondance de Diderot » tenu à Toulouse en mars 2013 et organisé en collaboration avec l’AIRE. M. Buffat, G. Cammagre et O. Richard-Pauchet en sont les responsables. La publication du reste des actes est prévue pour 2015 dans la même revue, regroupant des études sur la notion d’engagement et les questions d’édition. La correspondance de Diderot pourra ainsi bénéficier d’un recueil équilibré d’études récentes, comme celle de Rousseau à la suite du récent colloque de Brest dans l’ouvrage Rousseau en toutes lettres paru aux PU de Rennes en 2014 sous la direction d’Éric Francalanza.

2Dans la première partie, « Le monde sensible », sens et sentiments sont abordés dans l’intimité de l’échange épistolaire où l’expérience existentielle occupe le premier plan. Y sont traités successivement les rythmes du temps vécu, le discours du corps (nourri, malade) et la sympathie.

3Dans une méditation éclairante, Anne Chamayou observe d’abord que, si Diderot se plaint abondamment de l’excès asservissant du travail, l’étude (en robe de chambre) est pour lui libératrice. Elle s’attarde ensuite sur le « mobilier du sage », le fauteuil, pour en faire un motif privilégié du discours sur le repos et finalement de la vieillesse — discours où le père (mort dans son fauteuil) est fantomatiquement installé. En parallèle, Marc Buffat, éminent spécialiste de la correspondance, précise avec beau- coup de clarté la version diderotienne de l’opposition — si courante au XVIIIe siècle — entre ville et campagne. Du côté ville, rythmes effrénés et épuisants, cacophonies et discordances, aliénation de soi ; du côté campagne, une « triple communication » : de soi à soi, de soi avec autrui, de soi avec la nature, Diderot vieillissant y puisant une acceptation sereine de sa condition mortelle. Selon une approche plus philosophique, à l’aide d’un utile détour par Henri Bergson, Brigitte Weltman-Aron cerne subtilement diverses modalités du temps vécu logées dans le grain fin des lettres, entre pensée de l’intervalle et sentiment de la durée, qu’il s’agisse de l’« histoire de mes moments » rédigée pour Sophie, du temps mort au théâtre, porteur de la vie du sens, ou encore du temps dit perdu, qui, dans la perspective d’une vie, est parfois gagné.

4Place au corps. Béatrice Fink, dans un article bref et alerte, nous rappelle qu’au XVIIIe siècle, dans le sillage d’une esthétique sensualiste, l’art culinaire atteint le statut d’une science. Quand il parle de ce qui se mange — mets mis en mots —, Diderot y infuse ses plus chères idées. Moins réjouissants, les détails médicaux. Notons qu’ils abondent dans les écrits du for privé avec une franchise et un détail parfois surprenants pour les lecteurs modernes, comme le montre par exemple la correspondance de Françoise de Graffigny. Diderot ne fait pas exception à la règle, mais Nadège Langbour s’efforce d’y porter un éclairage neuf en délinéant des usages peut-être originaux de la description du corps souffrant et de l’évocation des maladies dans sa correspondance. Outre que le philosophe s’en sert dans le protocole épistolaire pour relancer un échange défaillant, il crée de véritables feuilletons médicaux (N. Langbour se penche sur cinq d’entre eux) où se mêlent réflexions scientifiques et dissections psychologiques dans une écriture parfois humoristique. C’est finalement dans les lettres à Sophie Volland que s’épanouit l’écriture du monde sensible aux deux sens du terme, comme le démontre Hélène Cussac dans son riche essai sur la sympathie. La fascination des Lumières pour ce concept à la fois médical, moral et social n’est plus à démontrer. L’intérêt de la correspondance avec la femme aimée est que Diderot, dans une écriture « jouissive » et sensuelle, en fait un laboratoire expérimental, lui permet- tant d’exploiter toutes les résonnances d’une sympathie de longue haleine.

5Dans la seconde section, « Esthétique et poétique », sont retracées des présences actives (Montaigne, Richardson), des formes (l’anecdote, la lettre de conseil), et des considérations sur l’art. Les affinités de Diderot avec Montaigne sont reprises sur nouveaux frais par Cécile Alvarez qui se concentre d’abord sur l’appellation de « mauvais raisonneur », attribuée à Montaigne dans un échange avec Falconet sur la gloire, pour retrouver le chemin assez familier des similarités entre le style des Essais et celui de Diderot, et déboucher sur une invitation à explorer davantage la « présence sourde » de Montaigne dans la correspondance. La contribution passionnante d’Odile Richard-Pauchet (la dernière de l’ensemble), elle, a pour objectif de démontrer tout ce que la correspondance de Diderot avec Sophie Volland, à lire aussi bien comme un roman d’amour épistolaire, doit à la fréquentation de Richardson. Fin 1755, l’année où il rencontre Sophie, ou début 1756, Diderot a pu lire le romancier anglais dans le cercle de Madame d’Épinay dans une nouvelle traduction, celle de G.-J. Monod, plus littérale que la traduction de Prévost. C’est dans le milieu Volland, véritable vivier d’expériences, qu’il observe les réactions au roman sentimental richardsonien ; c’est sous l’éclairage et d’après le modèle du romancier anglais que les lettres à Sophie — dans l’élaboration de leurs incidents, leurs personnages, leurs passions — se construisent.

6Deux contributions se donnent pour mission d’extraire dans la correspondance les lettres et passages ayant trait spécifiquement à l’art et à l’esthétique. Berenika Palus étudie en particulier le vocabulaire descriptif de Diderot et son lexique pictural (« la palette du poète ») dans le chassé-croisé entre art et nature, et élargit avec brio la réflexion à la problématique de l’expression ; la correspondance témoignerait progressivement d’un « sentiment d’impuissance » de Diderot face à l’insuffisance des ressources de l’art et du langage. Nermin Vucelj énumère commodément les sujets esthétiques traités dans cinquante-cinq des lettres de l’édition Versini — l’ensemble couvrant presque le quart de ce recueil, d’après l’auteur — tels le goût, le génie, l’éthique de l’art ou « le paradoxe diderotien archiconnu » qu’est celui du comédien, suggérant l’intérêt de traiter certaines lettres comme de mini-traités d’esthétique.

7On appréciera l’utile typologie des micro-récits dont Diderot parsème ses lettres dans l’étude de Geneviève Haroche-Bouzinac, à partir des termes utilisés par le philosophe lui-même. On a ainsi les traits, qui regroupés peuvent contribuer à une « anthropologie par fragments » ; l’histoire, épisode plus large ; l’action, geste édifiant ou acte mauvais ; la question et le cas, qui appellent une réflexion morale ; ou encore l’accident et l’aventure. Des pistes d’étude sont esquissées, comme celle des sources de ces microrécits (première main ou non), celle de leur agencement et de leurs fonctions, entre plaisir à partager avec le destinataire, et méditation morale. Une autre étude aborde la lettre de conseil, ici thématiquement unifiée par le théâtre. En effet, Marianne Charrier-Vozel s’attache aux lettres de Diderot à Madame Riccoboni et à Mademoiselle Jodin, deux comédiennes, pour y montrer avec un grand discernement non seulement une pensée en formation sur le jeu de l’acteur, mais aussi tout un jeu de postures très différentes, celles de ces deux professionnels de la parole que sont Riccoboni et Diderot qui les modulent soigneusement pour protéger leur image, et celles qu’adopte un Diderot paternaliste et prêcheur, moralisateur malgré lui face à sa récalcitrante protégée, l’actrice Jodin.

8On peut déplorer qu’aucune référence ne soit faite aux travaux récents sur les écrits du for privé (domaine de recherche fort actif), qui auraient pu enrichir le traitement de questions telles que la santé en le contextualisant. D’autre part, bien des études, dont le livre pionnier de Benoît Melançon (Diderot épistolier. Contribution à une poétique de la lettre familière au XVIIIe siècle, Québec, FIDES, 1996) et les ouvrages de synthèse importants de Geneviève Cammagre (Roman et histoire de soi. La notion de sujet dans la correspondance de Diderot, Paris, Champion, 2000) et d’O. Richard-Pauchet (Diderot dans les lettres à Sophie Volland. Une esthétique épistolaire, Paris, Champion, 2007), ont abordé nombre des questions développées ici, comme l’écriture du corps, la prédilection pour le cas moral, le vocabulaire pictural, les temporalités multiples, etc. Malgré des thématiques parfois bien familières, les contributions sont cependant stimulantes par les angles neufs qu’elles adoptent, et offrent par là un bon aperçu des pistes qu’il reste à explorer. Comme beaucoup de correspondances d’écrivains, celle de Diderot peut être lue comme un fabuleux « épitexte », fournissant aux chercheurs un vaste réservoir de renseignements sur l’évolution de sa pensée, sur la genèse, la rédaction ou la publication des œuvres dites principales, ou encore sur leur contexte au sens large. La correspondance peut tout aussi légitimement être traitée comme une œuvre à part entière, dotée de ses dispositifs et modalités, voire de ses problématiques propres. On le constate à la lecture de ce numéro : c’est de cette double vocation qu’il appartient sans doute aux études les plus fécondes de tirer parti.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Mall, « « Lire la correspondance de Diderot (I) », Marc Buffat, Geneviève Cammagre et Odile Richard-Pauchet (dir.), ÉPISTOLAIRE, Revue de l’AIRE, no 40, Paris, Champion, 2014. ISSN 0993-1929 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 50 | 2015, 379-382.

Référence électronique

Laurence Mall, « « Lire la correspondance de Diderot (I) », Marc Buffat, Geneviève Cammagre et Odile Richard-Pauchet (dir.), ÉPISTOLAIRE, Revue de l’AIRE, no 40, Paris, Champion, 2014. ISSN 0993-1929 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 29 novembre 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rde.revues.org/5255

Haut de page

Auteur

Laurence Mall

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org