Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Denis Diderot, Jean-Jacques Rousseau, Exemples singuliers de la vengeance d’une femme, Préface de Yannick Séité, Paris, Éditions des Équateurs, 2014, 143 p., ISBN 978-2-84990-339-1

Odile Richard-Pauchet
p. 377-379

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Plus que le préfacier, Yannick Séité se fait ici l’éditeur de deux « contes » ou récits en prose, l’un de Diderot, l’autre de Rousseau, dont l’argument impose il est vrai l’évident rapprochement. Il s’agit d’une part de l’Histoire de Mme de la Pommeraye et du Marquis des Arcis, détachée de Jacques le Fataliste par un destin éditorial bien étonnant, et de l’autre, des Amours de Milord Édouard Bomston, fragment également détaché de La Nouvelle Héloïse par Rousseau lui-même. Outre l’argument similaire, autour de l’idée de vengeance féminine consécutive à une infidélité masculine, Yannick Séité a vu, dans le statut éditorial particulier de ces deux fragments détachés, une raison de plus de les rapprocher, afin d’en réaliser comme un collage ou un diptyque qui les rendrait l’un et l’autre encore plus signifiants.

2Un mot de ce statut, tel qu’exposé dans une préface particulièrement stimulante et malicieuse : Jacques le fataliste a d’abord été connu des seuls lecteurs de la Correspondance littéraire, où il parut de 1778 à 1780 en quinze livraisons : parmi eux, Schiller, en Allemagne, qui détache et traduit le fameux épisode, pour le publier en mars 1785 dans La Thalie rhénane sous un titre allemand, Merkwürdiges Beispiel einer weiblichen Rache (aus einem Manuskript des verstorbenen Diderot gezogen). C’est même grâce à ce fragment, retraduit en français ( !) et publié à Londres en 1793 par un certain Doray de Longrais, officier de cavalerie et homme de lettres à ses heures, que le public français connaît par anticipation Jacques le fataliste, au moins par ce morceau détaché intitulé Exemple singulier de la vengeance d’une femme, conte moral, ouvrage posthume de Diderot. Enfin le roman est publié à Paris dans son intégralité (An V de la République) grâce à une copie de la Correspondance littéraire fournie par le prince Henri de Prusse. Quant à Milord Bomston, c’est Rousseau lui-même qui, hésitant à confier à la Julie, dans sa totalité, l’histoire amoureuse un peu leste, en tout cas ambiguë de son sublime héros, en enrichit les deux copies autographes qu’il réserve à ses deux meilleures amies de l’époque, Mme d’Houdetot et Mme de Luxembourg.

3Ces deux anecdotes soulignent au moins sur le plan romanesque le caractère d’exception de ces fragments, qui devait les faire distinguer tant de leurs auteurs que de leurs éditeurs et lecteurs — et leur conférer cette capacité singulière d’autonomie. Reste bien entendu à tirer de leur rapprochement une leçon contemporaine, peut-être morale, sinon métaphysique, afin d’éclairer le sens que les deux anciens amis philosophes donnent, chacun à travers son récit, aux idées de fidélité, de mariage, de jalousie et de vengeance. L’élégant marquis des Arcis épouse et pardonne la jeune et méprisable D’Aisnon ; l’honorable Milord Bomston ne sait choisir entre sa maîtresse italienne et la vertueuse Laure. Là où, étrangement, Diderot paraît plus mièvre et Rousseau plus réaliste, il faut sans doute lire la complexité des situations humaines et la finesse de leurs analystes. Bien plus : chacun d’eux eut, en son temps, tout loisir d’expérimenter la large palette des sentiments amoureux lorsqu’ils se compliquent de leurs nuances sociales. Chacun put — ou non — se prononcer sagement sur la question. Et nous la retourner à loisir pour qu’à notre tour, en toute liberté, avec en sus l’éclatant témoignage d’une actualité présidentielle que le préfacier évoque avec humour, nous nous fassions une idée juste des mœurs des humbles et des grands. Ne serait-ce qu’à ce titre, que Yannick Séité en soit vivement remercié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Richard-Pauchet, « Denis Diderot, Jean-Jacques Rousseau, Exemples singuliers de la vengeance d’une femme, Préface de Yannick Séité, Paris, Éditions des Équateurs, 2014, 143 p., ISBN 978-2-84990-339-1 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 50 | 2015, 377-379.

Référence électronique

Odile Richard-Pauchet, « Denis Diderot, Jean-Jacques Rousseau, Exemples singuliers de la vengeance d’une femme, Préface de Yannick Séité, Paris, Éditions des Équateurs, 2014, 143 p., ISBN 978-2-84990-339-1 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 29 novembre 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rde.revues.org/5254

Haut de page

Auteur

Odile Richard-Pauchet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org