Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Friedrich Melchior Grimm, Correspondance littéraire, tome IX, 1762, éd. critique par Robert Granderoute, Monica Hjortberg & Ulla Kölving, avec la collaboration de Sven Björkman, Centre International d’Étude du XVIIIe siècle, Ferney-Voltaire, 2014. ISBN 978-2-84559-110-3

Marie Leca-Tsiomis
p. 376-377

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Il est inutile de répéter ici les éloges sans réserve qu’année après année mérite cette grande entreprise dirigée par Ulla Kölving et qui est arrivée à son neuvième volume consacré à l’année 1762.

2Volume de lecture passionnante, notamment parce que cette année 1762 est marquée, dans la Correspondance littéraire, par la répercussion, non seulement des nombreux textes accompagnant et visant le déclin des Jésuites, mais aussi et surtout par celle des grands combats contre le fanatisme. À l’automne 1761, l’Inquisition avait condamné au bûcher le jésuite Malagrida devenu sénile et accusé de parricide. Voltaire, pour qui « L’Inquisition a trouvé le moyen d’inspirer de la compassion pour les jésuites », écrit le Sermon du rabbin Akib, superbe plaidoyer satirique, que Grimm publie en janvier 1762, tandis que l’abbé Morellet fait paraître en traduction l’abominable Manuel des Inquisiteurs. En avril, Grimm publie une « Lettre de Voltaire à M. D’Alembert » qui contient une première mention de ce qui deviendra l’affaire Calas. Deux mois plus tard, en juin, Grimm transcrit le long, subtil et émouvant placet au roi de la veuve Calas, document rare, retrouvé par Ulla Kölving et, sans doute, comme elle le suggère, écrit de la main même de Voltaire. On ajoutera à cela une dizaine de pages indispensables sur l’affaire Calas à lire dans l’Introduction.

3Pour ce qui regarde particulièrement Diderot, pas de grand texte en 1762, pas de « Salon », notamment, mais une présence diffuse, notamment parce qu’en l’absence Grimm à l’automne, il assume avec Mme d’Épinay le travail de la Correspondance. On lit cependant une de ses « feuilles pour Grimm », dans les livraisons d’octobre et novembre : son analyse railleuse de l’Essai historique et critique sur les Altantiques de Baer, lequel tentait de démontrer, grâce à des conjectures linguistiques hasardées, la conformité de Platon et de l’Ancien testament ; et Diderot ironise :

4« La bella cosa che la scienza etimologica ! » On lisait aussi, en juin 1762, d’« Anciens vers de M. Diderot », vers certes peu mémorables tout comme la « Chloé » qu’ils célèbraient et probablement destinés à étoffer la livraison, mais dont la lecture est toujours instructive pour les diderotistes. Rappelons au passage que, tant que ses Œuvres complètes DPV ne sont pas achevées, c’est dans cette édition de la Correspondance littéraire que l’on trouve ce qu’Assézat et Tourneux appelaient, en leur temps, les « miscellanea littéraires » de Diderot.

5Grimm, quant à lui, en distribuant éloges et blâmes, annonce les nouveautés : raillant la nouvelle édition du Dictionnaire de l’Académie et son néologisme « tendreté », ou disséquant longuement l’Émile, après avoir éreinté, en son temps La Nouvelle Héloïse. La livraison du 15 janvier annonce très sobrement la distribution du premier volume de planches de l’Encyclopédie. Et, à l’occasion de la parution des volumes 9 et 10 de l’Histoire naturelle, Grimm critique le goût de Buffon pour les systèmes et ses raisonnements « spécieux ». On ne poursuivra pas l’énumération des multiples ouvrages et des auteurs recensés, sauf à signaler que Voltaire en est de loin le « contributeur majeur ».

6Remercions enfin les auteurs de ce volume de nous donner, outre le précieux appareil de notes, leur copieuse et passionnante « Introduction », véritable condensé d’histoire littéraire, artistique, politique — nationale et internationale — diplomatique et sociale, puisée toujours aux meilleures sources : mine de renseignements non seulement sur la réception de la Correspondance littéraire et la publication des autres journaux, mais aussi sur le lectorat princier et ses bibliothèques, les différents copistes, etc. Bref, tout lecteur attaché au XVIIIe siècle tirera profit et plaisir de cette édition, par ailleurs indispensable à tout chercheur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Leca-Tsiomis, « Friedrich Melchior Grimm, Correspondance littéraire, tome IX, 1762, éd. critique par Robert Granderoute, Monica Hjortberg & Ulla Kölving, avec la collaboration de Sven Björkman, Centre International d’Étude du XVIIIe siècle, Ferney-Voltaire, 2014. ISBN 978-2-84559-110-3 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 50 | 2015, 376-377.

Référence électronique

Marie Leca-Tsiomis, « Friedrich Melchior Grimm, Correspondance littéraire, tome IX, 1762, éd. critique par Robert Granderoute, Monica Hjortberg & Ulla Kölving, avec la collaboration de Sven Björkman, Centre International d’Étude du XVIIIe siècle, Ferney-Voltaire, 2014. ISBN 978-2-84559-110-3 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 29 novembre 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rde.revues.org/5253

Haut de page

Auteur

Marie Leca-Tsiomis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org