Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Expositions et Spectacles : Jacques le fataliste, création au Théâtre national Communauté française(Bruxelles), Dramaturgie et mise en scène : Jean Lambert avec la complicité d’Alfredo Cañavate ; interprétation : Jean-Pierre Baudson et Patrick Donnay ; scénographie : Vincent Lemaire ; costumes : Greta Goiris, Marie Guillon Le Masne ; coiffures, maquillages : Serge Bellot ; éclairages : Guillaume Rizzo ; création sonore : Jeison Pardo Rojas, Sébastien Courtoy ; régie générale : Jani Afar. Spectacle donné en 2013

Éric Vanzieleghem
p. 342-343

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Diderot est adapté dans toute sa modernité. La première partie du spectacle, plus philosophique, aborde les rapports maître/valet mais attire aussi le spectateur dans les considérations de Diderot sur le fatalisme, la responsabilité, le matérialisme et la morale, qui, de toute évidence, n’ont rien perdu de leur intérêt. La seconde partie est consacrée aux grands épisodes bien connus du roman. Jacques et son maître se retrouvent, reprennent leurs discussions et se remémorent leurs aventures. Ils ne se déplacent pas : les étapes du voyage sont racontées au passé, et mimées avec les éléments dont disposent naturellement les voyageurs : les vêtements, une malle, un peu de vaisselle... Ces choix s’écartent du roman, mais transposent le texte à la scène et soulignent la mise en abyme et la pantomime, dimensions importantes de l’œuvre de Diderot. Il faut souligner la qualité de la prestation des comédiens qui passent, avec brio, d’un personnage à l’autre, portent avec énergie le spectacle à bâtons rompus que l’on sait, truffé de digressions, sans perdre le spectateur en chemin. La principale originalité de cette adaptation est d’intégrer le dialogue entre le narrateur du roman et le lecteur. Ici, pas de voix off, mais les comédiens, par moments, s’extraient de la pièce pour apostropher le public, l’associer à une scène, l’interroger ou le prendre à témoin ; en guise de prologue même, les comédiens jouent leur propre rôle de comédiens discutant des derniers détails du spectacle qu’ils s’apprêtent à jouer et confiant au public qui s’installe leurs désaccords sur le ton à donner au spectacle. Cette interactivité avec le public, classique au théâtre aujourd’hui, est justement exploitée pour transposer à la scène le questionnement de Diderot sur la création du texte, le théâtre, les comédiens et le lecteur : qui joue ? qui raconte ? qui triche ? qui mène qui ? Le texte du roman est coupé et, par endroits, adapté, mais la langue, le vocabulaire, le ton, l’humour et même le style sont conservés et font complètement oublier l’âge du texte. Le public s’interroge, rit, réagit, s’offusque, s’ajuste dans son fauteuil, dérangé : Diderot gagne encore ! On peut toutefois reprocher au spectacle sa très grande densité et sa rapidité ; en une heure et demi, le spectateur est emporté d’une réflexion à une situation nouvelle, d’un éclat de rire à une interpellation sans avoir le temps de distiller et de laisser décanter le texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Vanzieleghem, « Expositions et Spectacles : Jacques le fataliste, création au Théâtre national Communauté française(Bruxelles), Dramaturgie et mise en scène : Jean Lambert avec la complicité d’Alfredo Cañavate ; interprétation : Jean-Pierre Baudson et Patrick Donnay ; scénographie : Vincent Lemaire ; costumes : Greta Goiris, Marie Guillon Le Masne ; coiffures, maquillages : Serge Bellot ; éclairages : Guillaume Rizzo ; création sonore : Jeison Pardo Rojas, Sébastien Courtoy ; régie générale : Jani Afar. Spectacle donné en 2013 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 342-343.

Référence électronique

Éric Vanzieleghem, « Expositions et Spectacles : Jacques le fataliste, création au Théâtre national Communauté française(Bruxelles), Dramaturgie et mise en scène : Jean Lambert avec la complicité d’Alfredo Cañavate ; interprétation : Jean-Pierre Baudson et Patrick Donnay ; scénographie : Vincent Lemaire ; costumes : Greta Goiris, Marie Guillon Le Masne ; coiffures, maquillages : Serge Bellot ; éclairages : Guillaume Rizzo ; création sonore : Jeison Pardo Rojas, Sébastien Courtoy ; régie générale : Jani Afar. Spectacle donné en 2013 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rde.revues.org/5208

Haut de page

Auteur

Éric Vanzieleghem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org