Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Expositions et Spectacles : Diderot Bagarre, adaptation théâtrale de Régis de Martrin-Donos et Muriel Brot, scénographie de Gérard Espinosa. Spectacle donné en 2013

Rémy Oppert
p. 341-342

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Diderot a écrit Le Paradoxe sur le comédien car il s’est beaucoup intéressé au théâtre et aux comédiens, mais le véritable paradoxe est de constater que le philosophe est aujourd’hui plus connu au théâtre par les adaptations faites à partir de ses textes que par ses propres pièces de théâtre, qui ont été quelque peu oubliées. C’est le cas du spectacle « Diderot Bagarre », qui a été donné l’an dernier au Théâtre de Poche-Montparnasse à Paris, pour rendre hommage au philosophe en l’année du tricentenaire de sa naissance : il ne s’agit pas d’une pièce à proprement parler mais d’un montage de lettres adressées notamment à sa famille et plus particulièrement à sa chère Sophie Volland. Les auteurs de ce spectacle, Régis de Martrin-Donos et Muriel Brot, ont pris le prétexte original d’une rencontre bien entendu fictive entre Diderot et un jeune éclairagiste qui prépare un spectacle sur la scène du théâtre. S’engage alors un dialogue subtil entre ces deux « hommes des Lumières » au cours duquel Diderot développe des idées qui lui sont chères sur la religion et la morale, l’athéisme et le matérialisme. Il évoque également ses relations avec sa famille et avec son « ennemi intime », Jean-Jacques Rousseau. L’adaptation est assez habile car l’éclairagiste possède « quelques lettres » acquises au cours de ses études et peut ainsi répliquer au Maître et lui poser les bonnes questions en jouant en quelque sorte le rôle d’un « Candide », voire de Rousseau lui-même à un certain moment. La mise en scène est sobre : la pièce se déroule sur une estrade rouge, « un ring » (sans les cordes !), lit-on dans le programme, d’où le titre du spectacle, « Diderot Bagarre », allusion sans doute à toutes les accusations et les polémiques auxquelles il a dû faire face tout au long de sa vie. Les spectateurs entourent les comédiens sur les quatre côtés ce qui favorise une intéressante proximité avec eux ; il ne peut donc y avoir de véritable décor sur ce « ring », mais seulement deux tabourets et des projecteurs que manipule l’éclairagiste et qui aiguisent la curiosité scientifique de Diderot. Le texte est bien défendu par les deux comédiens et notamment par Jean-Baptiste Marcenac qui incarne Diderot avec une parfaite maîtrise technique et beaucoup d’intelligence de texte et d’émotion ; peut-être manque-t-il l’humour de Diderot qui n’apparaît pas dans les lettres qui ont été choisies, ce qui donne au spectacle un caractère plutôt sombre, accentué par le jeu des comédiens ; mais le contraste entre l’homme du XVIIIe siècle et le jeune homme du XXIe siècle est bien rendu ; ce sont deux personnages que tout oppose sauf les lumières ! Dans l’ensemble ce spectacle peut constituer, surtout pour les néophytes, une première approche du parcours et de la personnalité de Diderot et une initiation à ses modes de pensée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémy Oppert, « Expositions et Spectacles : Diderot Bagarre, adaptation théâtrale de Régis de Martrin-Donos et Muriel Brot, scénographie de Gérard Espinosa. Spectacle donné en 2013 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 341-342.

Référence électronique

Rémy Oppert, « Expositions et Spectacles : Diderot Bagarre, adaptation théâtrale de Régis de Martrin-Donos et Muriel Brot, scénographie de Gérard Espinosa. Spectacle donné en 2013 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://rde.revues.org/5206

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org