Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bernard Herencia, Les Éphémérides du citoyen et les Nouvelles Éphémérides économiques 1765-1788. Documents et table complète, préface de Philippe Steiner, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2014, xxxii-418 p. ISBN 978-2-84559-105-9

Georges Dulac
p. 326-328

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les Éphémérides du citoyen, principal organe des physiocrates, occupent une place notable dans la vie intellectuelle française, voire européenne, pendant plus de vingt ans : la diversité des sujets abordés, qui sont loin de se limiter au commerce des grains ou aux questions agraires, la qualité et la variété de leurs contributeurs, et aussi de leurs contradicteurs, également une relation particulièrement active avec les lecteurs du périodique, en font un acteur et un témoin important des débats de l’époque. On sait que Diderot, en relations avec Le Mercier de la Rivière et Du Pont, a contribué quelque peu aux Éphémérides (en 1769 et 1770), a soutenu les « économistes », puis les a critiqués, tout en leur conservant son estime et en jugeant bénéfiques leurs multiples interventions sur les questions les plus controversées.

2La présente « table complète », enrichie de nombreuses annexes, est un ouvrage d’une grande utilité, qui surpasse de beaucoup les trois tables précédemment publiées (Kisaki 1975, Pellissier 1978, Spoto 2012), relativement sommaires et d’ailleurs parfois difficilement accessibles. Ses deux aspects les plus novateurs résident dans la précision de l’inventaire des textes insérés, et dans les progrès importants réalisés dans l’identification des auteurs.

3La « présentation » initiale retrace l’histoire des cinq périodes éditoriales du journal, avec ses changements de direction et de formule, depuis sa création en 1765 par Nicolas Baudeau, qui se rallie à la physiocratie un an plus tard, jusqu’à l’ultime relance de 1787-1788, la période centrale (1768-1772) étant celle de la direction de Pierre Samuel Du Pont. La méthode et les moyens utilisés pour réaliser la table sont ensuite détaillés : a été retenue « pour chaque partie, rubrique et article, l’intégralité des titres et sous-titres dans leur niveau le plus étendu ». Quant à l’identification des auteurs, elle est fondée sur une synthèse des travaux antérieurs consacrés aux Éphémérides et aux « économistes », mais témoigne aussi des progrès importants réalisés grâce à l’exploitation d’un exemplaire des Éphémérides annoté par Du Pont (pour la période 1767-1772) et conservé à la Bibliothèque municipale de Lyon (la méthode est illustrée par les indications développées données, à titre d’exemple, sur les multiples sources utilisées pour le tome IV de 1767 : voir la note 19, p. 23). En annexes sont présentées notamment la nomenclature lettrée des signatures, la liste des auteurs désignés par des pseudonymes ou autres désignations cryptées (tous ne sont pas identifiés), et enfin la liste « des auteurs des articles, de leurs paratextes et des documents reproduits » : une cinquantaine au total, qu’on peut retrouver dans l’index final pour repérer leurs contributions (cette liste aurait peut-être pu être fondue dans l’index, moyennant quelques aménagements typographiques).

4La table elle-même occupe les pages 1 à 247. On peut trouver un grand intérêt à voir détailler les différentes rubriques de chaque contribution : on découvre ainsi les multiples subdivisions des huit chapitres du Despotisme de la Chine, de Quesnay, publié dans quatre tomes de

51767, ou, dans trois tomes de 1769-1770, les cent titres organisant les Réflexions sur la formation et la distribution des richesses, de Turgot, ouvrage révisé par Du Pont, au grand dam de l’auteur. Le dispositif adopté permet de suivre aisément les publications fractionnées, et plus généralement de se repérer dans les suites, reprises, objections et réponses qui font des Éphémérides un périodique particulièrement complexe.

6Viennent ensuite en compléments des textes tirés du journal : les « Avis des libraires et avis aux souscripteurs », puis les Avertissements et préfaces des auteurs ou directeurs de tomes, ainsi que les « notice (s) abrégée(s) des différents écrits qui ont concouru en France à former la science économique », publiées à partir de 1769 en remontant jusqu’à 1754, autant d’éléments riches d’informations sur la vie du périodique, ses relations avec son public, et l’ambition de Du Pont de mettre en évidence un solide corpus doctrinal.

7Les deux index qui terminent l’ouvrage, la « liste des articles et suites d’articles » et l’ « index des noms [de personnes] cités » sont évidemment d’une utilité essentielle. Peut-être aurait-il été bon d’y joindre un index des noms géographiques, puisque l’intérêt des contributeurs des Éphémérides se porte aussi bien sur telle corporation parisienne que sur les activités d’un village du Gâtinais, et d’autre part sur une bonne partie du monde habité, de l’Italie à la Russie, de la Chine aux colonies d’Amérique. L’index des noms de personnes souffre d’un certain manque de cohérence, puisque les formes adoptées sont tantôt les formes du texte (Demidoff, Jean IV de Russie, pour Ivan le Terrible), tantôt des formes modernisées (Romanov). Il aurait sans douté été préférable de généraliser les formes modernisées, en y ajoutant des renvois ou des équivalences. Ces incohérences peuvent être parfois gênantes : ainsi l’entrée « Le Clerc, Nicolas Gabriel » renvoie en fait à « Clerc » dans le texte (plusieurs occurrences entre 1769 et 1772) : mais le Dr Clerc n’a pris le nom de Le Clerc que vers 1778, après son anoblissement. On est également surpris de trouver une entrée « Grimm, Friedrich Melchior von », forme qui sauf erreur ne se trouve nulle part : Grimm a certes été anobli en 1772 et fait baron en 1777, mais il peut alors se présenter comme Grimm von Grimstedt, ou von Grimhof. À ce propos, notons que l’index renvoie à une note (p. 260), attribuée à Grimm et proposant une identification, mais la note est en fait de Tourneux, l’éditeur de la Correspondance littéraire, lequel n’est pas nommé ; et il est d’autre part douteux, vu le contexte, que cette identification concerne le personnage nommé dans l’« Avis » placé en tête du « tome extraordinaire » de 1774. On peut noter également quelques omissions : l’entrée « Galiani » devrait renvoyer à la p. 106 (« Lettres de M. l’abbé Baudeau à M. l’abbé G****, sur ses Dialogues anti-économistes »). Signalons enfin une erreur qui peut gêner la consultation de la table à partir de l’année 1774 : elle porte sur le titre courant des pages impaires (p. 183 à 247). Ce ne sont là bien sûr que des détails qui n’enlèvent rien à l’intérêt d’une publication fondée sur un travail très fouillé et une documentation apparemment exhaustive.

8Le site http://bernard-herencia.com/​ephemerides affiche une page destinée à compléter le présent ouvrage : elle comporte des errata et des liens permettant d’accéder aux collections numérisées des Éphémérides (celle de l’université du Michigan est une des plus étendues : http://umich.edu, Quick Links, Catalogue).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Dulac, « Bernard Herencia, Les Éphémérides du citoyen et les Nouvelles Éphémérides économiques 1765-1788. Documents et table complète, préface de Philippe Steiner, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2014, xxxii-418 p. ISBN 978-2-84559-105-9 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 326-328.

Référence électronique

Georges Dulac, « Bernard Herencia, Les Éphémérides du citoyen et les Nouvelles Éphémérides économiques 1765-1788. Documents et table complète, préface de Philippe Steiner, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2014, xxxii-418 p. ISBN 978-2-84559-105-9 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://rde.revues.org/5198

Haut de page

Auteur

Georges Dulac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org