Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Éric Szulman, La Navigation intérieure sous l’Ancien Régime, Rennes, PUR, 2014. 376 p. ISBN 978-2-7535-2942-7

Pierre Crépel
p. 323-326

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cette « version allégée et remaniée » de l’importante thèse soutenue par l’auteur en 2011, concerne les encyclopédistes au plus haut point : d’abord Turgot (l’un des personnages centraux du livre avec Bertin), mais aussi Condorcet, Lalande, et quelques-uns de leurs proches comme les Trudaine. Éric Szulman dégage « une nouvelle perception de la circulation selon laquelle l’avènement d’un système de voies d’eau interconnectées serait un moyen pour l’État de construire un marché national et d’unifier son territoire ». Cette question est d’abord un « objet d’administration avant d’être instituée en politique publique à partir de Turgot ». Le livre se compose de huit chapitres et d’un épilogue, ordonnés chronologiquement, de 1660 à la Révolution. Il comporte (en plus de la préface, de l’introduction et de la conclusion) une bibliographie soignée, particulièrement remarquable par ses sources manuscrites (que l’auteur a vraiment consultées !), ainsi qu’un index des noms des principaux acteurs de l’époque ... et des cours d’eau.

2Il s’agit d’une histoire politique, économique et sociale, non d’une histoire technique. Pour l’époque de l’Encyclopédie, ce sont les chapitres II, III et IV, respectivement consacrés aux périodes 1740-1763, 1763-1773, 1774-1776, qui nous intéressent le plus ici. Les chapitres V-VIII sont relatifs à la décennie et demie qui précède la Révolution. L’auteur évoque ensuite brièvement le futur des réalisations, jusqu’au tiers du XIXe siècle, mais sans y insister.

3Sous Louis XIV et la Régence, les routes sont considérées comme le moyen de communication essentiel et celui-ci assure la cohésion de l’État, alors que les rivières navigables et les canaux ne représentent qu’un complément local éventuel, à laisser à l’initiative individuelle. L’intérêt général de la navigation intérieure apparaît progressivement, devient admis par tous ou presque ; naît alors un champ administratif assez autonome, puis une politique publique visant à mettre en place un réseau qu’on dirait aujourd’hui intermodal pour faire communiquer les grands bassins fluviaux, les mers, afin d’assurer la promotion du commerce, de la production, mais aussi de la force militaire.

4Éric Szulman étudie les propositions, les débats, les financements, les réalisations dans le concret, avec une grande précision. Par exemple, les intérêts privés ne sont pas les mêmes pour les députés du commerce (opposés aux péages) et pour les compagnies qui aspirent aux concessions ; pour tel ou tel projet, il existe des discussions, parmi les partisans d’un financement public, sur la part du local et du national. Les voies de l’expertise, des expertises conviendrait-il mieux de dire, entre savants, ingénieurs, administrateurs et particuliers, sont multiples. Et il est absolument indispensable d’entrer dans les détails si on veut comprendre les enjeux ; de même quand on passe au stade des réalisations ou à leur abandon. À cet égard, les schémas, cartes et tableaux indiquant, voie d’eau par voie d’eau, les dates d’aménagements (acceptés ou refusés), les concessionnaires éventuels, les autorités administratives, les modalités exactes des financements et leurs évolutions, les distances en question, etc. (le tout avec les sources précises dans les archives) sont précieux et sortent des généralités filandreuses qu’on voit souvent dans d’autres études.

5L’un des mérites de ce livre est de nous mettre en garde face à des mots anachroniques, aujourd’hui utilisés de façon journalistique, comme « libéralisme » ou « colbertisme », le premier étant de nos jours assimilé à « moins d’État » et à la promotion du privé face au public, à l’opposé du second. Or l’auteur nous montre ici que, sous Colbert, les canaux sont considérés comme du domaine de l’initiative privée et à réaliser sous le régime des concessions à des compagnies privées percevant des péages, alors que, sous Bertin, chantre de la liberté du commerce, il doit s’agir d’une politique publique de canaux gratuits financés par un impôt national direct. Tous les intermédiaires, toutes les nuances existent, tant pour l’initiative que pour la construction et l’entretien des voies d’eau, et tout cela évolue au cours du siècle, avec Trudaine, L’Averdy, Terray, Turgot, Condorcet, etc.

6La lecture du livre imprimé ne dispense pas de celle de la thèse, notamment de ses annexes. C’est par exemple le cas pour ce qui concerne la correspondance de Condorcet, car Éric Szulman a découvert, en particulier, aux archives nationales, dans la série F-14, de nombreuses lettres inédites dont il fait profiter l’inventaire en cours des manuscrits de ce savant.

7Il n’était pas dans l’intention de l’auteur d’examiner comment la navigation intérieure est exposée et appréciée dans l’Encyclopédie et ses éditions ultérieures, mais le chercheur qui voudra s’atteler à cette tâche aura maintenant un cadre très utile à sa disposition. Un petit sondage, par exemple à des articles comme « Canal », « Canaux », « Fleuve », « Navigation », « Rivière », dans la Table du pasteur Mouchon, nous semble confirmer que les encyclopédistes de la première génération n’ont pas vraiment de vision d’ensemble de la navigation intérieure : leurs articles sont d’ailleurs rédigés avant l’action résolue et engagée de Bertin. Il sera particulièrement intéressant d’étudier les différences entre l’édition originale et celle d’Yverdon, puis le Supplément et la Méthodique, notamment à partir des prises en compte de l’ouvrage de Lalande sur les canaux, puisque ce savant est l’un des auteurs les plus importants de ces nouvelles éditions. Plusieurs longs articles, tels « Canal » ou « Canaux » dans le tome II du Supplément, anonymes ou signés de Lalande, Vallet, Béguillet, seraient à étudier en détail. En revanche, il ne nous semble pas que les traces des réflexions de Condorcet sur ces sujets apparaissent dans le Supplément et la Méthodique. Un autre point de contact avec les éditions de l’Encyclopédie, qui ne faisait pas partie de l’objet de l’ouvrage recensé ici, est celui des rapports entre les canaux et l’hydraulique, et on pourrait voir, dans l’esprit des travaux d’Alexandre Guilbaud, dans quelle mesure Bossut s’est impliqué à cet égard dans la Méthodique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Crépel, « Éric Szulman, La Navigation intérieure sous l’Ancien Régime, Rennes, PUR, 2014. 376 p. ISBN 978-2-7535-2942-7 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 323-326.

Référence électronique

Pierre Crépel, « Éric Szulman, La Navigation intérieure sous l’Ancien Régime, Rennes, PUR, 2014. 376 p. ISBN 978-2-7535-2942-7 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rde.revues.org/5197

Haut de page

Auteur

Pierre Crépel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org