Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Revue d’histoire des sciences, no 66-2, juillet-décembre 2013. Dossier « La guerre en lettres : La controverse scientifique dans les correspondances des Lumières ». ISSN 0151-4105

Pierre Crépel
p. 321-323

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les éditions soignées de correspondances de savants des Lumières ont connu un grand essor depuis quelques décennies. Inventaires, transcriptions minutieuses, apparats critiques, études des papiers, des cachets, des adresses, etc. sont devenus le quotidien de nombreux historiens des sciences et de la littérature. Ces corpus et instruments de travail solides permettent alors de se pencher sur des questions anciennes ou nouvelles de façon moins anecdotique ou subjective.

2Le numéro semestriel 66-2 de la Revue d’histoire des sciences consacre son dossier (coordonné par Siegfried Bodenmann et Anne- Lise Rey) aux controverses scientifiques des « Lumières », ce mot étant entendu dans un sens assez large, puisque les cinq exemples traités ici s’étendent environ de 1630 à 1780.

3L’une des thèses centrales de ce dossier est que « la controverse n’est pas un élément singulier et exceptionnel de la vie d’un savant ou du processus scientifique en général mais est omniprésente parce que constitutive de la pratique scientifique et indissociable du dialogue savant » (p. 374).

4Comme il s’agit ici d’une recension pour les RDE, nous rendrons compte de cette revue à travers un prisme plus « encyclopédiste » qu’objectif. C’est pourquoi nous commencerons par la dernière contribution, celle de Siegfried Bodenmann, relative à Euler dans ses relations tant avec D’Alembert (co-directeur de l’Encyclopédie) qu’avec Lesage (collaborateur occasionnel). L’auteur nuance particulièrement l’image du « bon Euler », brave père de famille, « savant désintéressé » au-dessus des controverses. Si Euler évite assez soigneusement les polémiques avec ce savant « irrégulier » qu’est Lesage, c’est surtout parce que celui-ci le fatigue un peu et qu’il souhaite s’en débarrasser. Lesage n’en est pas dupe, si l’on en croit cette aimable notice personnelle sur un dos de carte à jouer que l’on trouve dans ses archives et que S. Bodenmann reproduit p. 371 : « Mr. Euler. Borgne. Sot dans le monde, et dans toute matière non-Mathématique. Communicatif et officieux. Aimant l’argent. N’a pu résoudre aucun des Problèmes que lui a posé Mr. Lambert. Religieux jusqu’à la superstition. »

5Les choses se passent tout autrement dans les relations triangulaires Clairaut-Euler-D’Alembert sur la crise de la théorie de la Lune entre 1747 et 1749, et même au début des années cinquante. Il s’agit alors d’une question scientifiquement décisive (puisqu’elle touche à la pertinence ou non de la gravitation universelle) où le prestige, la reconnaissance et la priorité apparaissent essentielles aux acteurs. On trouvera d’autres informations, sur lesquelles s’appuie bien sûr S. Bodenmann, dans l’introduction de Michelle Chapront-Touzé au vol. I/6 des O.C. de D’Alembert (2002) et sur le site « Clairaut » d’Olivier Courcelle. Il serait intéressant de croiser aussi ces correspondances avec les tribulations alphabétiques et chronologiques des articles de l’Encyclopédie sur le sujet.

6Nous continuerons par l’avant-dernière contribution, que Hubert Steinke consacre au réseau de Haller, collaborateur important du Supplément. On y voit le savant bernois « patron dans son réseau », on aurait même tendance à l’y trouver dictateur et manipulateur, ses correspondants sont des « outils importants pour rassembler des informations, coordonner les actions, construire des alliances et finalement servir de médiateurs dans les controverses et réconcilier les adversaires ». H. Steinke ne se contente pas d’examiner les relations et les rapports de forces entre les protagonistes, il aborde aussi les contenus scientifiques en question, par exemple ceux liés à l’irritabilité et à la sensibilité, thèmes importants dans l’œuvre de Haller. Nul doute que ceux qui étudient le Supplément de l’Encyclopédie sauront, après cela, regarder les inimitables articles de Haller d’un œil moins ingénu.

7Même si les autres contributions ne portent pas sur des collaborateurs de l’Encyclopédie, elles sont instructives à certains égards pour l’étude de cet ouvrage. Celle de Catherine Goldstein, à propos du réseau du Père Mersenne, concerne plutôt la théorie des nombres, discipline assez absente malheureusement de l’Encyclopédie, mais elle est très instructive sur les relations entre mathématiciens dans l’exercice de leurs recherches. Celle d’Anne-Lise Rey sur la controverse entre Leibniz et Papin, relative notamment à ce qu’on pourrait appeler la préhistoire de la querelle des forces vives, peut nous éclairer sur des articles comme « Force » ou « Mouvement » de l’Encyclopédie ; ses considérations sur les « expériences de pensée » nous aideraient aussi à mieux contextualiser le « Discours préliminaire » ou des articles comme « Éléments des sciences », « Expérimental », etc. Enfin, la façon dont Jean-Pierre Schandeler nous conduit à travers les débats apparemment feutrés mais de fait assez violents à l’Académie des inscriptions et belles-lettres à propos des certitudes et incertitudes de l’histoire (notamment des débuts de Rome) donne des informations utiles pour mieux apprécier comment l’Encyclopédie entend la scientificité de l’histoire. En d’autres termes, cet ensemble, même s’il ne parle pas explicitement de l’Encyclopédie, nous fournit indirectement une source de réflexion pour situer divers aspects de l’ouvrage phare des Lumières.

8Ce numéro 66-2 de la Revue d’histoire des sciences contient aussi une étude d’histoire de l’optique sur Arago, Biot et Fresnel, ainsi qu’un compte rendu de lecture relatif à l’Archéologie du savoir de Michel Foucault.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Crépel, « Revue d’histoire des sciences, no 66-2, juillet-décembre 2013. Dossier « La guerre en lettres : La controverse scientifique dans les correspondances des Lumières ». ISSN 0151-4105 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 321-323.

Référence électronique

Pierre Crépel, « Revue d’histoire des sciences, no 66-2, juillet-décembre 2013. Dossier « La guerre en lettres : La controverse scientifique dans les correspondances des Lumières ». ISSN 0151-4105 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/5196

Haut de page

Auteur

Pierre Crépel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org