Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Grimm, Correspondance littéraire, tome VIII, 1761, édition critique par Ulla Kölving, avec la collaboration de Else Marie Bukdahl et Melinda Caron, Centre international d’Études du XVIIIe siècle, Ferney Voltaire, 2013. ISBN 978-2-84559-097-7

Marie Leca-Tsiomis
p. 310-311

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1On ne répétera plus ce qu’on a écrit des premiers volumes de la Correspondance littéraire des années Grimm : cette excellente édition, qui remplace depuis quelques années maintenant, les volumes de Tourneux, est d’ailleurs indispensable à tout dix-huitiémiste tant elle recèle d’informations sur la vie politique, sociale et culturelle de son temps, toutes émanant d’une érudition précise et d’une rigueur méthodologique tout à fait remarquables.

2Pour ce qui concerne Diderot, ce volume, couvrant l’année 1761, contient notamment la lettre « à mon frère », peut-être (hypothèse judicieuse !) née de la lecture de l’ouvrage du protestant La Broue,

3L’Esprit de Jésus-Christ sur la tolérance ; la lettre sur Tancrède à Voltaire et la réponse de ce dernier ; la traduction que fit Diderot de la « première chanson erse, Shilric et Vinvela », selon une copie différente de celle publiée dans DPV. Il contient bien sûr l’important Salon de 1761, accompagné du relevé systématique des interventions de Grimm dans l’autographe de Diderot (interventions que l’édition Chouillet du Salon dans DPV donnait en notes de bas de page). On y trouve aussi le compte rendu critique et abondant de la représentation du Père de Famille par les Comédiens-Français ; plus tard, l’annonce de la parution du premier volume de planches « mais comme le mot d’Encyclopédie est devenu plus odieux encore que celui de philosophe on n’a osé le prononcer ». Grimm éreinte longuement La Nouvelle Héloïse, et« la rage de dogmatiser » de son auteur, ne faisant grâce qu’au « rêve » de Julie mourante, mais — nous signale une note très bienvenue — cette admiration pourrait bien venir du copiste principal de Grimm ... Ce dernier n’appréciait guère les Mélanges de D’Alembert et « les réflexions souvent triviales dont cet essai est farci ». Le volume contient aussi les fictions philosophiques de Mme d’Épinay, dont le longtemps mystérieux Qu’en pensez-vous ?, rendu enfin à son véritable auteur, et on lira avec intérêt sa comparaison avec le conte du jeune Mexicain dans l’Entretien d’un philosophe avec la Maréchale de ***, preuve, s’il en était encore besoin, de la circulation constante des idées et des textes autour de Diderot, d’une véritable « dynamique des échanges » dont la Correspondance littéraire elle-même est un des exemples les plus achevés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Leca-Tsiomis, « Grimm, Correspondance littéraire, tome VIII, 1761, édition critique par Ulla Kölving, avec la collaboration de Else Marie Bukdahl et Melinda Caron, Centre international d’Études du XVIIIe siècle, Ferney Voltaire, 2013. ISBN 978-2-84559-097-7 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 310-311.

Référence électronique

Marie Leca-Tsiomis, « Grimm, Correspondance littéraire, tome VIII, 1761, édition critique par Ulla Kölving, avec la collaboration de Else Marie Bukdahl et Melinda Caron, Centre international d’Études du XVIIIe siècle, Ferney Voltaire, 2013. ISBN 978-2-84559-097-7 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rde.revues.org/5192

Haut de page

Auteur

Marie Leca-Tsiomis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org