Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Recueil d’études sur l’Encyclopédie et les Lumières, revue de la Société d’études sur l’Encyclopédie, Tokyo, no 2, mars 2013, ISSN 2186-4284

François Pépin
p. 307-310

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ce volume est le deuxième publié par la Société japonaise d’études sur l’Encyclopédie, après un premier numéro paru en mars 2012. On souhaite vivement que ce soit le début d’une longue série, car la qualité des textes confirment l’importance des recherches menées au Japon autour de l’équipe de Yoichi Sumi. En outre, alors que seuls trois articles du premier numéro étaient en français, tous le sont dans ce deuxième volet issu d’un colloque sur l’Encyclopédie (organisé à Tokyo en septembre 2012) — mis à part un texte en anglais. L’ensemble est donc parfaitement accessible au lecteur francophone.

2Les textes composant ce numéro peuvent se distribuer en trois catégories. La première comprend six articles de chercheurs japonais sur l’Encyclopédie (Y. Sumi, M. Terada, T. Hemmi, H. Ida, T. Koseki, S. Inoue, R. Kojima). C’est l’une des parties les plus intéressantes du recueil. La plupart de ces contributions associe une lecture précise de l’Encyclopédie, la rigueur du travail sur les « sources » (au sens relatif que ce terme doit avoir dans le contexte d’un dictionnaire) ou les usages et une réflexion sur le devenir des textes repris, recopiés, modifiés, d’une œuvre à l’autre — que l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert soit le terme provisoire ou au contraire le point de départ de ces processus. Ces articles éclairent ainsi la manufacture encyclopédique en faisant servir les analyses de détail et la confrontation des textes à une meilleure compréhension du travail encyclopédiste et de sa, ou plutôt de ses « philosophies ».

3On retiendra en particulier les trois premiers articles du recueil, celui de Y. Sumi sur les rééditions italiennes de l’Encyclopédie, celui de M. Terada sur le rôle de Haller dans le supplément, et celui de T. Hemmi sur l’ajout de Diderot à l’article Ame. Chacun à sa manière, ces articles associent avec brio une mise en place de l’état de la recherche, l’établissement d’informations inédites, parfois insoupçonnées jusqu’ici, et l’élaboration de perspectives interprétatives nouvelles. Deux de ces articles présentent des travaux en cours, exposant avec précision des champs de recherche fructueux : la comparaison systématique des éditions de Lucques et Livourne (avec leurs annotations) avec le dictionnaire parisien (Y Sumi) et l’apport méconnu de Haller journaliste au supplément (M. Terada). On attend avec impatience la suite de ces recherches ! Mais ce travail méticuleux s’accompagne déjà de mises en perspectives conceptuelles et méthodologiques stimulantes sur ce qu’est une note en marge d’un dictionnaire, sur le journalisme et l’érudition, etc., bref, sur les pratiques d’écritures et les manières de penser le recueil et l’usage des connaissances. L’article de T. Hemmi constitue plutôt le parachèvement d’une recherche précédente sur les sources et la composition du supplément rédigé par Diderot à l’article Ame d’Yvon (publiée dans le premier numéro du RÉEL). C’est ainsi la pratique philosophique de Diderot qui est interrogée en relation avec sa conception du temps. S’appuyant sur de nouvelles confrontations textuelles, T. Hemmi montre de belle manière comment Diderot construit, pour la connaissance comme pour la nature, une temporalité multidirectionnelle qui s’écarte des conceptions classiques de la causalité et de la vérité. Se dessine ainsi une attitude philosophique originale et puissante qui subvertit toute norme absolue dans le devenir des savoirs. Saluons enfin l’étude de H. Ida, qui propose une typologie des pratiques de citations ou d’usages textuels développés par d’Alembert dans ses articles de Méchanique et de Physique comportant une référence à Chambers. Ce travail impressionnant par son envergure conduit vers l’hypothèse intéressante — qu’on se serait peut-être davantage attendu à trouver à propos de Diderot ou de Jaucourt — de l’existence d’un discours scientifiques à voix multiples.

4Le recueil comporte aussi quatre articles de spécialistes français de l’Encyclopédie (I. Passeron, A. Guilbaud, O. Ferret, M. Leca- Tsiomis). Le lecteur pourra reconnaître une certaine communauté de démarche entre ces textes et ceux qui précèdent. Avec des perspectives et des objets différents, les contributions s’intéressent en effet aux pratiques des encyclopédistes et à la manière dont ils les concevaient ou dont nous devons nous-mêmes les penser. Qu’il s’agisse de la « compilation de passage » (T Koseki à propos des ouvrages de compilation servant aux encyclopédistes), du « traduit-collé » (I. Passeron à propos du travail de d’Alembert à partir de la Cyclopaedia), de la « question de la manufacture » qui articule la pratique de l’emprunt et la fabrication du dictionnaire (A. Guilbaud), de la « philosophie de l’emprunt » (O. Ferret à propos de Jaucourt), ou encore du « dialogue souterrain » de Diderot avec certaines sources cachées (M. Leca- Tsiomis), chaque fois l’accent porte sur ce que font les encyclopédistes sans séparer l’invention intellectuelle de la matérialité du dictionnaire. La réunion de ces contributions franco-japonaises permet d’esquisser un bilan des lignes de force d’une partie importante des études récentes sur l’Encyclopédie. En partant du travail encyclopédique, de la matérialité des textes et des pratiques d’écriture, on éclaire non seulement l’histoire et la composition du grand dictionnaire, mais encore ses gestes littéraires et philosophiques les plus profonds. Cela permet de dépasser les propos trop généraux sur « l’esprit encyclopédique » ou la structure d’ensemble du dictionnaire, et d’articuler finement les points de convergences et les différences selon les auteurs, les périodes ou les domaines. C’est, à n’en pas douter, une perspective essentielle de la recherche actuelle et à venir. Une dernière section se compose d’articles de chercheurs japonais abordant plus généralement les Lumières (S. Oki, M. Masuda, F. Kawamura, N. Ariga). On s’éloigne donc de l’Encyclopédie et de Diderot, mais il faut remarquer la qualité et l’originalité des études sur la catégorie d’« œconomie » dans l’Académie Royale des Sciences de Paris à partir de la Table de l’Académie des sciences de Paris (S. Oki) et sur le langage dans l’Émile (M. Masuda). En raison de son objet, on soulignera ici la contribution de F. Kawamura sur les relations entre la chimie et la littérature chez Diderot. S’intéressant à la spécificité chimique du pétrissage, F. Kawamura met en avant certaines affinités avec les pratiques littéraires de Diderot, en particulier la manière dont les relations de tension (entre substances, entre personnages, etc.) aboutissent à une certaine fusion unissant les contraires. La perspective est stimulante, et c’est à fort juste titre que la chimie est exploitée pour montrer comment Diderot « pens[e] avec les mains » (p. 228). Cela dit, on pourrait parfois objecter que les rapprochements sont un peu forcés (comme entre l’attitude « fermée » du personnage de d’Alembert dans le Rêve et l’immobilité de la statue de marbre). En outre, il ne faut pas oublier que, dans la chimie de l’époque comme chez Diderot, les processus chimiques comme la fermentation ne sont pas seulement des manières de produire de l’homogène (relatif) à partir de l’hétérogène, mais aussi des signes pointant vers la singularité des êtres. Tel est le sens de la belle formule faisant du Neveu un « grain de levain » (« qui fermente et qui restitue à chacun une portion de son individualité naturelle », Le Neveu de Rameau, DPV, XII, p. 72) : la rencontre de « Moi » et « Lui » ne produit pas une relation d’union, encore moins une homogénéisation, mais une réaction singularisante.

5Ce deuxième numéro est donc une très belle réussite. En saluant le geste consistant à publier en français, on ne peut que souhaiter que le public francophone réserve à ce numéro l’accueil qu’il mérite et espérer que cette revue sera de plus en plus facilement disponible en France et en Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Pépin, « Recueil d’études sur l’Encyclopédie et les Lumières, revue de la Société d’études sur l’Encyclopédie, Tokyo, no 2, mars 2013, ISSN 2186-4284 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 307-310.

Référence électronique

François Pépin, « Recueil d’études sur l’Encyclopédie et les Lumières, revue de la Société d’études sur l’Encyclopédie, Tokyo, no 2, mars 2013, ISSN 2186-4284 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rde.revues.org/5191

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org