Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Recueil d’études sur l’Encyclopédie et les Lumières, revue de la Société d’études sur l’Encyclopédie, Tokyo, no 1, mars 2012, ISSN 2186-4284

Hisashi Ida
p. 305-307

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les articles réunis dans ce recueil ont pour origine les communications orales données par les membres de la Société japonaise d’études sur l’Encyclopédie lors des journées d’études consacrées à l’Encyclopédie qui ont eu lieu le 3 et le 4 décembre 2011 à l’Université Keio-Gijuku de Tokyo. Le recueil présente aussi les résultats appliqués d’un projet de recherches mené depuis 2008 au Japon par la même Société en vue d’établir une base de métadonnées électronique sur les sources et les références documentaires de l’Encyclopédie (voir notamment Yoichi Sumi et Takeshi Koseki, « Pour une édition critique informatisée de l’Encyclopédie, RDE, 44, 2009, p. 207-218 et Yoichi Sumi, « Puiser aux sources de l’Encyclopédie », RDE, 46, 2011, p. 227-232). Le premier numéro du Recueil contient des études très variées qui portent autant sur le texte de l’Encyclopédie que sur ses relations intertextuelles avec les ouvrages des auteurs des Lumières. Il faut d’abord noter la contribution sérieuse de quelques études philologiques sur les sources de l’Encyclopédie, qui montrent des exemples des méthodes adoptées par l’équipe japonaise avec une application minutieuse. On trouvera des découvertes également stimulantes et révélatrices parmi les études analysant les ouvrages des auteurs des Lumières, qui comptent, en plus de « grands écrivains » comme Diderot, Rousseau et Buffon, des savants et écrivains moins connus, tels Rouelle, Roucher et Delille.

2Comme la plupart des articles du premier numéro du Recueil sont rédigés en japonais et que celui-ci n’est pas accompagné de résumés en français, on présentera brièvement chacune des douze études pour la commodité des lecteurs francophones. Les marques [F] et [J] signifient « écrit en français » et « écrit en japonais ». Motoichi Terada [F], « Une ‘‘façon’’ copiée-collée de l’Encyclopédie ? Avatars de texte des HMARS à l’Encyclopédie par l’intermédiaire de E. Chambers » : dans la Cyclopædia, Chambers utilise la traduction anglaise, faite par lui- même, des Histoire et Mémoires de l’Académie Royale des Sciences, ce qui révèle un long processus de transformation intertextuelle compliqué par un double détour de traduction. Tatsuo Hemmi, [F] « Les références implicites dans le supplément éditorial de l’article Ame de Diderot » : dans ce supplément éditorial, Diderot remet en question la problématique du siège de l’âme par le foisonnement des autorités empruntées à l’Histoire de l’Académie royale des sciences et au Dictionnaire de médecine de James. Yamato Saito [F], « Rameau comme ramage : une généalogie oblique dans la Satire seconde de Diderot » : le mot « ramage » pris dans le sens de branche d’arbre ou de branche héréditaire, permet d’interpréter la Satire Seconde comme un ques-tionnement généalogique sur l’authenticité du talent. Ryuji Kojima [J], « Pour la réorganisation du monde : étude sur la contribution du Dictionnaire universel de commerce à la nomenclature de l’Encyclopédie » : comparé à l’Encyclopédie, le Dictionnaire universel de commerce de Savary ne fait qu’accumuler des connaissances dans un domaine limité, or l’Encyclopédie doit pourtant à Savary une grande partie de sa nomenclature et de ses informations. Takeshi Koseki [J], « À la recherche des sources des articles géographiques de l’Encyclopédie : usage de quatre dictionnaires par Diderot » : dans les articles de l’Encyclopédie consacrés à la géographie, Diderot emprunte à quatre dictionnaires, le Dictionnaire géographique portatif (1749) de François-Léopold Vosgien, les Dictionnaires de Trévoux (1743), de Moréri (1732) et de Savary (1748). Kantaro Ohashi [J], « Buffon et Diderot dans l’article Animal de l’Encyclopédie » : dans ses remarques critiques qu’il intercale dans l’article Animal (Enc, I) aux citations de Buffon, Diderot essaie de franchir les limites de la généralité positive dont se contentait Buffon en esquissant une causalité métaphysique basée sur les conditions animales du corps. Kurato Hasegawa [J], « Sur le paysage métaphorique dans Le Neveu de Rameau et l’article Encyclopédie de Diderot » : dans le Le Neveu de Rameau ainsi que dans l’Encyclopédie, Diderot a recours à l’image du paysage pour combler les décalages entre la langue artificielle et les objets naturels. Les lecteurs de l’Encyclopédie et le personnage MOI du Neveu de Rameau occupent ainsi la position d’observateurs de ces « paysages ». Fumie Kawamura [J], « La chimie de Rouelle, l’intermédiaire entre la chimie mécaniste et la chimie des encyclopédistes » : Guillaume-François Rouelle (1703-1770), inspirateur des théories chimiques développées par Venel et Macquer dans l’Encyclopédie, était un enthousiaste à l’esprit délirant et rebelle dont les comportements rappellent les pantomimes du Neveu de Rameau. La théorie ambivalente et anti-mécaniste de Rouelle, sous-estimée, confirme une personnalité similaire à celle du Neveu. Masashi Fuchida [J], « La lutte des philosophes pour la chimie au XVIIIe siècle » : dans les Institutions chimiques (1747), texte longtemps ignoré, Rousseau montre une approche autrement motivée que celle des philosophes matérialistes tel d’Holbach. Rousseau s’inspira de la chimie, utile pour éclaircir plus encore les « origines » que les « causes » des objets naturels, et pour fonder une épistémologie qui sert de base à ses œuvres postérieures. Nozomi Orikata [J], « Paradoxe de la nature artificielle chez J.-J. Rousseau : entre ‘‘instinct’’ et ‘‘habitude’’«  : alors que dans l’article Instinct (Enc, VIII) Leroy, en distinguant l’instinct d’avec l’habitude, trouve une sorte de « perfectibilité » chez les animaux, Rousseau soutient que seuls les hommes acquirent la perfectibilité en échange de leur instinct. La nature humaine, défigurée par l’artifice, ne peut se retrouver que par des mesures artificielles capables de créer de bonnes habitudes : une éducation appropriée des individus et l’établissement de lois saines. Chikako Hashimoto [J], « Cercles littéraires et publications culinaires : rencontres autour du discours gastronomique » : dans la Physiologie du goût (1826), Brillat- Savarin distingue le « plaisir du manger » et le « plaisir de la table ». Dans la période post-révolutionnaire, Alexandre Balthazar Laurent Grimod de La Reynière (1758-1837) organisa des dîners dans l’unique but de goûter : sa passion pour la gastronomie s’expliquerait par le regret d’une « utopie » du goût où l’on pouvait jouir du « plaisir du manger » dans une convivialité idéale. Sakurako Inoué [J], « L’histoire naturelle et les descriptions des animaux dans Les Mois (1779) de Roucher et dans Trois Règnes de la nature (1808) de Delille » : Jacques Delille (1738-1813) et Jean-Antoine Roucher (1745-1794), poètes rivaux, s’inspirèrent tous deux de Buffon pour créer des tableaux minutieux de la nature. Sûrs du pouvoir de la description littéraire, ils ont confiance en elle et cette confiance s’étend avec la conviction des naturalistes pour lesquels la description est utile pour l’instruction des lecteurs, comme le prouve D’Aubenton dans l’article Description (Enc, IV). Malgré certaines divergences dans les buts et les niveaux atteints, toutes les études recueillies, fondées sur des lectures précises, témoignent d’une réelle passion pour l’Encyclopédie, partagée par toute l’équipe et nous font espérer des résultats de plus en plus fructueux dans les numéros à venir. Félicitons-nous de la création de ce nouveau recueil spécialisé dans les recherches sur l’Encyclopédie et les Lumières, qui est d’autant plus précieux qu’il est le fruit d’un projet organisé sur les métadonnées de l’Encyclopédie, projet d’une envergure inouïe réalisé grâce à la collaboration de nombreux chercheurs japonais volontaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hisashi Ida, « Recueil d’études sur l’Encyclopédie et les Lumières, revue de la Société d’études sur l’Encyclopédie, Tokyo, no 1, mars 2012, ISSN 2186-4284 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 305-307.

Référence électronique

Hisashi Ida, « Recueil d’études sur l’Encyclopédie et les Lumières, revue de la Société d’études sur l’Encyclopédie, Tokyo, no 1, mars 2012, ISSN 2186-4284 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://rde.revues.org/5190

Haut de page

Auteur

Hisashi Ida

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org