Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Marc Mandosio, Le Discours de la méthode de Denis Diderot, Paris, Éditions de l’Éclat, 2013, 143 p., ISBN 978-2-84162-334-1, ISSN 0760-9620

François Pépin
p. 292-294

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Au premier abord, cet ouvrage déroute et a même de quoi énerver. Il débute en effet par un avertissement précisant qu’il est issu d’une maîtrise de 1984 légèrement remaniée. L’auteur, pourtant universitaire (spécialiste de la littérature néo-latine des XII-XVIIIe siècles), semble pour l’occasion se moquer des normes académiques et peut-être même de ceux qui les respectent. Il précise ainsi qu’il ne voyait pas la nécessité d’actualiser son travail, se contentant de reproduire en annexe la bibliographie de la maîtrise, dès l’origine « peu académique » (selon les mots de l’auteur) et ne mobilisant que fort peu la littérature secondaire. Enfonçant le clou, Jean-Marc Mandosio oppose ce qu’il présente comme un essai subjectif et libre aux carcans et lourdeurs d’une littérature diderotienne qui n’aurait guère progressé depuis le Diderot de Jacques Chouillet (1977). Avouons qu’il est tentant, pour le diderotiste conscient de la qualité et de la quantité des publications de ces dernières décennies, de s’arrêter là et de refermer l’ouvrage...

2Mais résistant à cette tentation, voyons ce que ce petit ouvrage écrit dans un style vif et clair contient. L’idée directrice est de montrer la subversion par Diderot de l’idée de méthode, essentiellement à partir des Pensées sur l’interprétation de la nature. La première partie défend ainsi l’idée d’une anti-méthode, proposant par exemple une analyse intéressante de l’« ordre sourd » dont le « grand art » est d’avoir l’apparence de la spontanéité pour mieux distiller ses effets de persuasion (p. 19-27). La deuxième partie s’intéresse à l’idée d’enchaînement des connaissances, produisant des remarques heureuses sur la subversion de la métaphysique, ramenée à « la réduction en art » (p. 38-39), à des principes a posteriori qui rendent compte d’une manière instrumentale, au lieu de fonder ab initio. Mais l’ensemble reste souvent superficiel et plusieurs analyses sont très rapides, par exemple lorsqu’il est question du scepticisme, des « accents spinozistes et leibniziens », des limites de l’induction, du rapport à Bacon ou à la physique mathématique, du déterminisme, questions importantes dans les études diderotiennes qui méritaient une analyse plus patiente (avec pourquoi pas des références aux travaux classiques).

3Outre se priver de possibilités d’approfondissement, ne pas prendre en compte les discussions et les acquis de la recherche conduit à des raccourcis et des approximations regrettables. Ainsi est-il dit que les articles de grammaire rédigés par Diderot n’apprennent presque rien et n’avaient « guère d’importance aux yeux de Diderot » (p. 67), ce qui est réfuté par les travaux de Marie Leca-Tsiomis, que l’univers est un animal pour Diderot (p. 69), ce qui est tout à fait contestable (notamment à partir de la distinction entre contiguïté et continuité), qu’il existe une filiation allant de la philosophie expérimentale diderotienne au positivisme (p. 80), ce qu’une multitude de travaux contredit, que Diderot « annonce » Lavoisier parce qu’il relativise la notion d’éléments, alors que beaucoup de chimistes le font dès le début du XVIIIe siècle.

4Malgré ces réserves, les deux premières parties de l’ouvrage sont agréables à lire et esquissent une vision de la philosophie diderotienne qui pourra intéresser le non spécialiste. Mais la fin de l’ouvrage (à partir du milieu de la troisième partie) est beaucoup plus critiquable. Plusieurs affirmations sont intenables : que la représentation allégorique de l’expérience soit toujours l’antithèse du travail chez Diderot, que l’effort soit l’antithèse du génie et que l’expérience reproduise l’image mythique d’une connaissance facile (p. 115-117) — assertions que toute la philosophie expérimentale diderotienne dément ! —, que « la philosophie programme sa propre disparition et son remplacement par les disciplines scientifiques et techniques » (p. 118), que le philosophe et l’artiste s’en tiennent à des lois générales et aux formes régulières (p. 125), etc.

5D’une manière générale, le lecteur éprouve un regret, car les suggestions de Jean-Marc Mandosio sont souvent fécondes et plusieurs auraient facilement pu se nourrir de la recherche. En particulier dans sa première moitié, l’ouvrage propose plusieurs perspectives pertinentes, souvent approfondies dans des publications plus ou moins récentes (le rapport à la chimie, la dimension opérationnelle et instinctive de la philosophie expérimentale, la différence entre l’homme naturel de Diderot et Rousseau, la combinatoire, la gradation sans séparation des rapports sensibles aux rapports intellectuels, etc.). Mais il ne suffit pas de congédier la recherche universitaire au prétexte qu’elle serait pesante voire peu féconde pour s’y substituer favorablement. Bref, ce livre pourra séduire le grand public, auquel il semble destiné, mais le chercheur et l’homme instruit des travaux sur Diderot passeront leur chemin. De toute évidence, ce qui fut certainement une bonne maîtrise en 1984 ne constitue pas un ouvrage de référence en 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Pépin, « Jean-Marc Mandosio, Le Discours de la méthode de Denis Diderot, Paris, Éditions de l’Éclat, 2013, 143 p., ISBN 978-2-84162-334-1, ISSN 0760-9620 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 292-294.

Référence électronique

François Pépin, « Jean-Marc Mandosio, Le Discours de la méthode de Denis Diderot, Paris, Éditions de l’Éclat, 2013, 143 p., ISBN 978-2-84162-334-1, ISSN 0760-9620 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/5185

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org