Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Diderot Studies. Tome XXXIII, edited by Thierry Belleguic, Genève, Droz, 2013. ISBN 978-2-600-01765-7. ISSN 0070-4806

Geneviève Cammagre
p. 289-292

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ce tome XXXIII des Diderot Studies est, pour l’essentiel, consacré aux derniers volumes à paraître de l’édition des Œuvres complètes de Diderot chez Hermann (l’édition dite DPV) : les Écrits politiques (DPV, XXI, XXII, XXVI) et la Correspondance générale (DPV, XXVIII-XXXII). Dans leur Avant-Propos, les responsables du dossier, Georges Dulac et Didier Kahn, soulignent la nécessité d’une nouvelle édition critique de ces deux séries de textes. Les écrits politiques de Diderot, longtemps sous-estimés, ont connu, jusqu’à présent, une situation éditoriale « particulièrement affligeante » ; quant à la Correspondance générale, elle s’est notablement enrichie depuis l’édition de Georges Roth et Jean Varloot.

2C’est d’abord la question de la datation du Discours d’un Philosopheà un Roi qui est abordée par Gianluigi Goggi. Il met ce discours en relation avec le débat des années 1770-1771 sur le clergé et la sécularisation des biens ecclésiastiques et avance l’hypothèse d’une première rédaction lors de l’ouverture de l’Assemblée du clergé au printemps de 1770. Il ressort de la confrontation avec des publications de l’époque que, loin d’être un penseur solitaire, Diderot reprend des propositions répandues auxquelles il donne une forme incisive.

3Le long article suivant de Georges Dulac « Les Mélanges philosophiques pour Catherine II : un essai de réhabilitation » est passionnant et défend une thèse convaincante. L’auteur part de la méconnaissance et même du mépris dans lequel ces Mélanges ont été tenus. L’édition très fautive de Maurice Tourneux et les confidences tardives de Catherine II ont servi de support à la réputation d’un Diderot philosophe spéculatif ignorant des réalités russes. L’étude attentive du manuscrit dont Georges Dulac relate l’histoire a permis d’établir un texte fiable et de comprendre la démarche de Diderot. Le désordre apparent de la table des matières est, pour G. Dulac, l’indice d’une méthode. Diderot n’était pas sans savoir combien l’impératrice était opposée à un bouleversement de la société russe, très inégalitaire. Aussi a-t-il adopté une démarche oblique faite de retours sur deux idées de fond : d’une part, la « civilisation » de la Russie, cette nation à demi barbare, suppose un enrichissement de son peuple sur les bases de la propriété et de la liberté ; d’autre part, la politique impériale, même mal orientée, peut surmonter certains obstacles grâce à des moyens sur lesquels Diderot fait des suggestions de détail.

4L’enquête de Diderot sur la géographie, l’économie et la politique russes l’a conduit à adresser trois questionnaires respectivement à l’Académie des sciences, à Catherine II puis au comte Ernst Münnich.

5Sergueï Karp livre une description des manuscrits, rappelle le contexte d’une telle enquête, et s’attarde, après Jacques Proust, sur l’interprétation des raisons (condescendance, préservation de secrets d’État ?) pour lesquelles Diderot n’a manifestement pas reçu les réponses à ses questions posées à l’Académie, auxquelles Laxman a cependant répondu au cours d’une séance ultérieure. Il souligne enfin la complexité de la question des sources d’information du philosophe français.

6Le second article de Georges Dulac porte sur les difficultés que pose la publication des Observations sur le Nakaz : la seule version revue par Diderot est informe et illisible en l’état, la dernière version qui a servi de base à la plupart des éditions résulte d’un travail de reconstruction des Vandeul selon l’ordre des articles du Nakaz avec des insertions de morceaux tirés de l’Histoire des deux Indes. L’édition DPV ne pourra, selon G. Dulac, se dispenser d’une recomposition qui, pour être acceptable, devra être accompagnée d’aperçus du manuscrit premier et de toute une documentation nouvelle issue de la recherche critique des trente dernières années. Si Georges Dulac souligne la complexité de l’édition d’un texte resté à l’état d’ébauche et dont les commentaires ont été tributaires d’une transmission éditoriale qui en a faussé la lecture, Catherine Volpilhac-Auger invite à la méfiance à l’égard d’une érudition exclusivement attachée aux sources. Les Principes de politique des souverains, également désignés comme Notes écrites à la marge de Tacite, ont souffert des annotations critiques de Naigeon qui a constamment pointé les infidélités de Diderot à l’égard de Tacite. Se référer au texte prétendument source pour finalement juger d’une œuvre, c’est négliger la pratique diderotienne de la polyphonie.

7C’est encore d’interrogations dont fait part Gianluigi Goggi à propos de la collaboration de Diderot à l’Histoire des deux Indes. Diderot, auteur de morceaux d’éloquence infléchissant le sens politique de l’ouvrage, en aurait composé, selon Meister, « près d’un tiers ». Qu’en est-il au vu des manuscrits et des documents du fonds Vandeul dont G. Goggi fait une description détaillée ? L’ensemble est hétéroclite, marqué par l’intervention de Vandeul qui a tenté des regroupements thématiques afin de donner de la lisibilité. Néanmoins l’édition des œuvres politiques se propose de partir de ces documents pour sélectionner les contributions à publier, dans l’ordre où le texte de l’Histoire des deux Indes les présente. Dernière remarque de G. Goggi : il est fort probable que des séries de documents du fonds Vandeul ont disparu. Les éditeurs envisagent d’identifier d’après d’autres sources des passages auxquels Diderot a collaboré et de les reproduire ; seront seulement listés les passages auxquels Diderot a « peut-être collaboré ».

8L’article d’Annie Angremy et Didier Kahn présente les principes de la nouvelle édition de la correspondance. Elle comprendra les lettres écrites et adressées à Diderot, à l’exception de celles, œuvres à part entière ou fragments d’œuvres, qui ont déjà été publiées dans DPV, mais aussi les reçus ou engagements signés par Diderot. La numérotation, établie par année, comportera des numéros suivis d’un astérisque (lettres mentionnées dans des catalogues de vente ou de collectionneurs), de deux (lettres d’authenticité douteuse) ou de trois (lettres connues par des allusions dans des documents contemporains). Le texte de certaines lettres sera corrigé et des dates revues. L’article dresse enfin une liste descriptive de lettres inédites dans l’édition Roth-Varloot : 92 au total. Total sans doute provisoire...

9Les Mélanges sur lesquels s’achève ce tome des Diderot Studies présentent d’abord deux articles à teneur philosophique : « Le jeu de l’imagination et de la fiction chez Hume et chez Bentham » et « Le Leibnizianisme et l’histoire de la philosophie dans l’Encyclopédie ». Dans le premier, Jean-Pierre Quéro s’intéresse au choix de Hume qui, à la suite des classiques, a préféré théoriser la notion floue d’imagination plutôt que celle, apparemment plus solide, de fiction, tandis que Bentham a fait le choix inverse. Largement développée, la problématique de Hume est complexe. Le philosophe écossais a généralement recours pour identifier l’imagination à l’idée de dynamique de forces à l’intérieur du champ psychique. À partir des sensations, l’imagination construit des objets, voire des idées, tout en niant leur construction. En les traitant ainsi, elle protège de leur afflux constant et fabrique de la stabilité. J.-P. Quéro note comment dans l’analyse que fait Hume de l’imagination tout caractère ou toute fonction se renverse en son contraire : distinction entre impression et idée, entre liberté et loi d’association, entre production d’illusion et jugement vrai... Bentham semble avoir résolu une part de ces difficultés en réduisant l’imagination à la fiction, reconnue, elle, comme fausse, même si l’on en tire des effets de vérité. Cependant note J.-P. Quéro — qui est loin d’accorder à Bentham autant d’intérêt qu’à Hume — l’imagination excède la fiction. L’exemple de La Religieuse de Diderot lui paraît probant de la capacité de la littérature à faire « un usage épistémologique » de la fiction. N’est-ce pas la raison pour laquelle la philosophie l’a passablement laissée de côté ?

10L’article suivant de Claire Fauvergue soutient de manière assez convaincante que l’Encyclopédie adopte, de façon plus ou moins explicite, deux idées leibniziennes : celle de l’infinité des points de vue et celle de leur convergence. Du Prospectus à la philosophie des Perses, l’histoire de la philosophie telle que Diderot la retrace comprend nombre d’analogies au-delà de la diversité des systèmes.

11Enfin, Laurence Marie, dans le dernier article, montre que, du Fils naturel au Paradoxe sur le comédien, il n’y a pas eu revirement de Diderot sur le rôle de la sensibilité dans le jeu de l’acteur, mais une évolution dont les étapes sont subtilement analysées : des lettres à Mlle Jodin au Salon de 1767, une place croissante est accordée à l’intériorité de l’acteur créateur d’un modèle idéal auquel son jeu est subordonné afin d’être plus efficace. Le Paradoxe est l’aboutissement de toute une réflexion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Cammagre, « Diderot Studies. Tome XXXIII, edited by Thierry Belleguic, Genève, Droz, 2013. ISBN 978-2-600-01765-7. ISSN 0070-4806 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 289-292.

Référence électronique

Geneviève Cammagre, « Diderot Studies. Tome XXXIII, edited by Thierry Belleguic, Genève, Droz, 2013. ISBN 978-2-600-01765-7. ISSN 0070-4806 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rde.revues.org/5181

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org