Navigation – Plan du site
Varia

Classer les livres selon le Système figuré des connaissances humaines

La bibliographie en Révolution : une deuxième chance pour la classification encyclopédiste ?
Bibliography in Revolution: a second chance for the Encyclopédie’s system of classification?
Valérie Neveu
p. 209-224

Résumés

La première partie de cet article (n° 48) a retracé les tentatives faites, entre les années 1760 et 1780, pour construire des systèmes bibliographiques à trois divisions (Mémoire, Raison, Imagination) fondés sur le « Système figuré des connaissances humaines ». Une seconde phase, que nous étudierons dans cette seconde partie, s’étend de la Révolution à l’Empire. On y assiste à l’affirmation du baconisme classificatoire en France, mouvement d’abord spontané illustré par le catalogue de la vente Mirabeau (1791), puis bénéficiant d’un bref soutien officiel sous le Directoire, avec la tentative du ministre de l’Intérieur François de Neufchâteau de faire du baconisme le nouveau système bibliographique des écoles centrales (1798). Cet essai ne sera tenté que par une poignée de bibliothécaires. La dernière production baconienne issue du ministère de l’Intérieur date de 1812, sous une forme abâtardie, combinant théologie et tripartition encyclopédiste. L’État renonce ensuite à défendre un système qui n’a jamais reçu l’adhésion des bibliographes, et la classification des libraires de Paris reprend dans les bibliothèques la position hégémonique qui sera la sienne jusqu’à la fin du xixe siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le catalogue Mirabeau : une inspiration encyclopédiste
La passion encyclopédiste du ministre François de Neufchâteau
Quelques systèmes baconiens vers 1800
Achard, Laire, Coste, Peignot…
Survivances sous l’Empire

Aperçu du début du texte

Dans un premier temps, nous avons suivi, depuis la parution de l’Encyclopédie jusqu’aux années 1780, l’émergence d’une nouvelle doctrine en matière de classification des bibliothèques, fondée sur le Système figuré des connaissances humaines. En France, ces tentatives restèrent timides ; mais c’est de l’étranger que vint l’application la plus convaincante du système, avec l’élaboration, par Thomas Jefferson, vers 1782, d’une classification baconienne pour sa bibliothèque privée. La seconde phase, que nous retracerons ici, est celle de l’affirmation, puis du déclin définitif du baconisme classificatoire en France, pendant les quelques années allant de la Révolution à l’Empire. Après un cheminement de l’idée chez des réformateurs isolés (dont le catalogue de la vente Mirabeau peut constituer le premier jalon dans les années 1790), le ministre de l’intérieur François de Neufchâteau, en 1798, tenta de faire de la classification encyclopédisto-baconienne le système bibliographique de la R...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Neveu, « Classer les livres selon le Système figuré des connaissances humaines », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 209-224.

Référence électronique

Valérie Neveu, « Classer les livres selon le Système figuré des connaissances humaines », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://rde.revues.org/5166 ; DOI : 10.4000/rde.5166

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org