Navigation – Plan du site
Varia
12

Joseph Hillmer, Diderot et La Mettrie : sur les traces de l’oculiste prussien de la Lettre sur les aveugles

Joseph Hillmer, Diderot and La Mettrie : on the trail of the Prussian oculist from the Lettre sur les aveugles
Gerhardt Stenger
p. 197-207

Résumés

L’oculiste prussien Hillmer, qui n’a jamais fait l’objet de la moindre notice dans les différentes éditions critiques de la Lettre sur les aveugles, n’était pas un inconnu en France. En 1749, il fut reçu par la famille royale et faillit opérer Montesquieu, qui s’en méfia au dernier moment. Selon les recherches d’Aloys Henning, il fit une carrière extraordinaire en Allemagne avant de disparaître au milieu des années 1770. En 1748, il aurait logé à Berlin à la même enseigne que La Mettrie, qui l’aurait vertement critiqué dans un pamphlet, la Première lettre de M. Jovial médecin de Bourges, à M. Emanuel Koniq, médecin de Bâle. Grâce à une lettre de Mme de Tencin à Montesquieu, nous savons que l’opération de la fille de Simoneau eut lieu peu de temps avant le 23 juillet. Diderot aurait donc écrit sa Lettre en à peine un mois, ce qui paraît invraisemblable. Ne pourrait-on pas penser que l’essentiel en était dans ses tiroirs depuis 1746 ?

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

L’oculiste prussien mentionné par Diderot au début de la Lettre sur les aveugles (DPV, IV, 18) n’a jamais fait l’objet de la moindre notice dans les différentes éditions critiques. Et pourtant, ce Joseph Hillmer (orthographié Hilmer dans l’index de la Lettre [DPV, IV, 74]) n’était pas un inconnu en France au milieu du XVIIIe siècle, bien au contraire. Dès le mois de juillet 1747, on le trouve à Dijon où il procède à plusieurs opérations de la cataracte. En 1748, le Mercure de France informe ses lecteurs que « le roi [de Prusse] a accordé au docteur Hilmer, que plusieurs cures surprenantes ont rendu célèbre dans toute l’Allemagne, le titre de conseiller avec une pension considérable ». Un an plus tard, il arrive à Paris, pour la première fois, semble-t-il. Le 28 avril 1749, Hillmer est reçu à Versailles selon le témoignage du duc de Luynes :

« On vit aussi hier ici un Allemand qui a vingt-huit ans. Il est né à Vienne en Autriche. Il s’est rendu fameux par une grande habileté et une ad...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gerhardt Stenger, « Joseph Hillmer, Diderot et La Mettrie : sur les traces de l’oculiste prussien de la Lettre sur les aveugles », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 197-207.

Référence électronique

Gerhardt Stenger, « Joseph Hillmer, Diderot et La Mettrie : sur les traces de l’oculiste prussien de la Lettre sur les aveugles », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, document 12, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/5165 ; DOI : 10.4000/rde.5165

Haut de page

Auteur

Gerhardt Stenger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org