Navigation – Plan du site
Varia
10

Le cerveau est un « livre qui se lit lui-même ». Diderot, la plasticité et le matérialisme

The brain is a ‘book which reads itself’. Diderot, plasticity and materialism
Charles T.Wolfe
p. 157-178

Résumés

Le matérialisme se présente habituellement soit comme une thèse concernant la nature du monde même, notamment physique, soit une thèse concernant le rapport entre le cerveau et l’esprit. Au XXe siècle, il devient synonyme de « physicalisme » : ce qui est réel, ce sont les entités et processus décrites par la physique actuelle (une ontologie modifiable, donc, suivant les évolutions scientifiques). Ce rapport entre le physicalisme et les rapports cerveau-esprit demeure flou, même dans un contexte nourri par les nouvelles disciplines « cognitives » y compris la neurophilosophie. Or, le premier philosophe à avoir explicitement saisi que le matérialisme, a fortiori s’il veut saisir la richesse de notre activité symbolique, doit se préoccuper du statut particulier du cerveau, des dimensions « cérébrales » de notre vie affective, mentale et intellectuelle, fut Diderot. Après Diderot, les « matérialistes vulgaires » puis les théoriciens matérialistes de l’ « identité » aux XIXe-XXe siècles ont tendance à appauvrir ce matérialisme incarné où notre dimension corporelle et psychologique est centrale, alors que la vision diderotienne des rapports cerveau-esprit ou même cerveau-culture tend crucialement à accentuer la plasticité cérébrale, voire même la plasticité « culturelle » du cerveau - à contre-courant des formes de matérialisme postérieures. On réévalue ici le rapport de son matérialisme à la neurophilosophie contemporaine, et la présence (possible) d’une neurophilosophie, certes programmatique, chez Diderot lui-même.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Cerveau statique, cerveau dynamique : de l’histoire des neuro- sciences à la neuromanie diderotienne
Le cerveau est un « livre [... qui] se lit lui-même » : Diderot et la plasticité
Du cerveau, organe matériel de l’esprit à la sémantique des « énoncés cérébraux » : querelles d’identité
Le cerveau entre scientisme et fiction

Aperçu du début du texte

Y a-t-il une approche matérialiste du cerveau, ou plusieurs, et dans le second cas, où situer la position de Diderot ? Remarquons tout de suite, à la suite de Günther Mensching, que le matérialisme ne procède pas par « un enchaînement de doctrines transmises et modifiées de génération en génération » ; au contraire, s’il est une tradition, elle est de nature « discontinue », puisque chaque époque est obligée de refonder une forme de matérialisme sur des bases neuves : à partir de la théologie elle-même, au moyen d’éléments aristotéliciens et averroïstes, puis de l’histoire naturelle et des débuts de la « biologie », au XVIIIe siècle ; de la biochimie au XIXe siècle, la physique durant la première moitié du XXe siècle et, plus récemment, suivant une inspiration venue des neurosciences. On peut aussi résumer cette diversité de formes, d’articulations et d’« assises » scientifiques par une distinction entre deux types de projets matérialistes, A et B :

A : l’univers dans son essence es...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles T.Wolfe, « Le cerveau est un « livre qui se lit lui-même ». Diderot, la plasticité et le matérialisme », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 157-178.

Référence électronique

Charles T.Wolfe, « Le cerveau est un « livre qui se lit lui-même ». Diderot, la plasticité et le matérialisme », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, document 10, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://rde.revues.org/5163 ; DOI : 10.4000/rde.5163

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org