Navigation – Plan du site
L’ENCYCLOPÉDIE d’Yverdon
7

La correspondance de F.-B. De Felice : une source pour l’étude des transferts culturels dans l’Europe des Lumières

F.-B. De Felice’s correspondence : a source for the study of cultural transfers in enlightened Europe
Léonard Burnand
p. 107-121

Résumés

Fortunato Bartolomeo De Felice (1723-1789) fut le maître d’œuvre de l’Encyclopédie d’Yverdon (1770-1780), une refonte complète et originale de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Inséré dans un vaste réseau scientifique et commercial, De Felice était en relation épistolaire avec de nombreux savants et libraires de l’Europe des Lumières. Restée presque entièrement inédite jusqu’à sa récente publication sous forme électronique, la correspondance de De Felice constitue une véritable mine d’informations : ces lettres apportent un éclairage précieux sur l’encyclopédisme, le marché du livre et la circulation des savoirs à la fin de l’Ancien Régime. La présente étude se propose de montrer en quoi cette riche correspondance documente de manière renouvelée la question des transferts culturels au XVIIIe siècle : à la lumière de cette source exceptionnelle, De Felice apparaît en effet comme un intermédiaire culturel de premier plan.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La Suisse de Haller
L’Italie de Beccaria
La Hollande des libraires
L’Allemagne de Formey
Marché du livre et rivalités commerciales

Aperçu du début du texte

Si les lecteurs d’une revue telle que les Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie ont déjà eu l’occasion de croiser le nom de Fortunato Bartolomeo De Felice (1723-1789), c’est parce que cet éditeur suisse d’origine italienne fut le maître d’œuvre de l’Encyclopédie d’Yverdon (1770-1780), une refonte complète et originale de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Longtemps considérée — à tort — comme une simple contrefaçon du célèbre dictionnaire parisien, la monumentale entreprise yverdonnoise (58 volumes, 75′ 000 articles, 1261 illustrations) est désormais appréciée à sa juste valeur : il est maintenant établi que cette refonte à tonalité protestante propose à la fois une vaste remise à jour des connaissances scientifiques et une importante réorientation idéologique fondée sur la volonté de réconcilier religion et Lumières. Prouesse intellectuelle et éditoriale de premier plan, l’Encyclopédie d’Yverdon apparaît dorénavant comme l’une des contributions majeures de la Suisse au...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léonard Burnand, « La correspondance de F.-B. De Felice : une source pour l’étude des transferts culturels dans l’Europe des Lumières », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 107-121.

Référence électronique

Léonard Burnand, « La correspondance de F.-B. De Felice : une source pour l’étude des transferts culturels dans l’Europe des Lumières », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, document 7, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://rde.revues.org/5157 ; DOI : 10.4000/rde.5157

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org