Navigation – Plan du site
L’ENCYCLOPÉDIE d’Yverdon
6

A la recherche d’une place dans la République des Lettres :

La correspondance de Fortunato Bartolomeo De Felice avec quelques savants italiens
Fortunato Bartolomeo De Felice’s Correspondence with some Italian scholars
Stefano Ferrari
p. 89-105

Résumés

Cette étude est axée sur l’analyse de la correspondance du réformé d’origine italienne, Fortunato Bartolomeo De Felice, avec quelques savants italiens, notamment le journaliste florentin Giovanni Lami et le médecin et érudit Giovanni Bianchi de Rimini. Par ces deux échanges épistolaires on peut éclairer certains épisodes peu connus ou inédits de la première partie de la carrière intellectuelle de l’ancien frère franciscain : d’abord à Naples et puis à Berne. Dans la ville italienne De Felice enseigne la physique expérimentale à l’université et assume la responsabilité de conduire divers projets éditoriaux qui le font connaître pour la première fois dans la République des Lettres. Dans la ville suisse, au contraire, il arrive après s’être défroqué et avoir fui l’Italie. Converti aussitôt au protestantisme, il accepte de bon gré le conseil de s’adonner à l’activité de journaliste, en participant activement à la fondation, la réalisation et la diffusion de deux périodiques littéraires, l’un en italien, Estratto della Letteratura Europea, et l’autre en latin, Excerptum totius Italicae nec non Helveticae Literaturae.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Selon les données qui sont à notre disposition aujourd’hui, on peut dénombrer 11 Italiens parmi les 41 correspondants de Fortunato Bartolomeo De Felice, soit 27 % du total des destinataires. Le nombre de lettres adressées par le réfugié romain à ses compatriotes s’élève à 148 sur 492, ce qui équivaut à 30 %. Le duc romain Onorato Caetani avec ses 64 missives est le troisième correspondant de De Felice de par le nombre de lettres, derrière Jean-Henri-Samuel Formey (101 missives) et la Société typographique de Neuchâtel (98), tandis que le médecin Giovanni Bianchi de Rimini avec ses 33 lettres est le sixième. Au-delà des données quantitatives, il est hors de doute que la correspondance italienne de l’ancien frère a une importance tout à fait particulière par rapport à celle avec tous les correspondants restants. Elle révèle un attachement inébranlable à la culture de la patrie d’origine que l’exil en Suisse, commencé en 1757 et terminé avec la mort en 1789, n’a jamais entamé. Ses cont...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stefano Ferrari, « A la recherche d’une place dans la République des Lettres : », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 89-105.

Référence électronique

Stefano Ferrari, « A la recherche d’une place dans la République des Lettres : », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, document 6, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/5155 ; DOI : 10.4000/rde.5155

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org