Navigation – Plan du site
Diderot. Politique. Peinture
4

Entendre l’invisible. La voix de l’œuvre et ses enjeux esthétiques dans les écrits de Diderot

Listening to the invisible. The work’s voice and the aesthetic importance of Diderot’s writings
Nathalie Kremer
p. 71-85

Résumés

Cet article étudie les écrits sur le théâtre et la peinture de Diderot pour montrer que dans toute œuvre il existe une voix qui se manifeste au-delà des mots, qui se fait voir et entendre à la fois, sans se réduire au mot ni à un implicite, mais à une énergie qui a valeur de vérité, et qui entre en résonance avec la sensibilité du spectateur. Dans sa recherche de cette voix non prononcée dans l’œuvre, Diderot montre comment il tente de reconstruire l’œuvre en étant à l’écoute de celle-ci, de ce qu’elle offre à entendre au creux de son signe, faisant de l’écoute une « continuité créative ». Diderot s’érige ainsi en paradigme d’un nouveau spectateur, un « spectateur sentant », qui renverse la hiérarchie des sens basée sur la vue pour chercher, au-delà de l’imitation, l’expression intrinsèque de l’œuvre.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Au début de l’essai De la poésie dramatique on lit cette affirmation remarquable de Diderot : « Ce n’est pas des mots que je veux remporter du théâtre, mais des impressions ». En instaurant des impressions en lieu et place des mots au sein d’une théorie du théâtre, le philosophe installe une opposition nette entre le langage et le sensible, faisant ainsi émerger un projet esthétique inédit. En effet, dans sa réflexion sur le propre de l’effet émotif qu’une œuvre dramatique ou picturale peut produire, il semble que Diderot soit à l’écoute d’une « voix invisible » de l’œuvre : une voix qui parle en-deçà des mots prononcés et qui est pourtant fortement perceptible, sans qu’elle puisse se confondre avec les mots de l’auteur, des personnages ni des acteurs. Diderot apparaît ici comme la figure paradigmatique d’un nouveau type de spectateur comme « être sentant ». Ce spectateur sentant affranchit le jugement de l’œuvre d’art des critères dits mimétiques pour chercher, par l’entremise d’un...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Kremer, « Entendre l’invisible. La voix de l’œuvre et ses enjeux esthétiques dans les écrits de Diderot », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 71-85.

Référence électronique

Nathalie Kremer, « Entendre l’invisible. La voix de l’œuvre et ses enjeux esthétiques dans les écrits de Diderot », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, document 4, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rde.revues.org/5150 ; DOI : 10.4000/rde.5150

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org