Navigation – Plan du site
Diderot. Politique. Peinture
3

C’est à Dusseldorp ou à Dresde que j’ai vu... : Le souvenir de la Galerie électorale chez Diderot

It was in Dusseldorp or Dresde that I saw... : Diderot’s memories of the Elector’s Gallery
Daniel Droixhe
p. 59-70

Résumés

Diderot visita en 1773 les célèbres collections artistiques de la Galerie de l’Électeur palatin à Düsseldorf et de la Galerie royale à Dresde. Il mentionne, dans ses Pensées détachées sur la peinture (1776) et dans une liste intitulée Noms des peintres et leur genre, certaines œuvres qui s’y trouvaient conservées. S’il localise correctement à « Düsseldorp » le Saltimbanque de Gérard Dou, il hésite sur la galerie conservant la Chasse au sanglier de Snyders. La critique a estimé que Diderot avait vu la peinture à Dresde. On peut croire qu’il se réfère en réalité à une version de l’œuvre de Snyders que mentionne le catalogue de la galerie de Düsseldorf publié en 1778. Cette dernière possédait également le tableau des Vierges folles de Godefroi Schalcken, que l’écrivain croit avoir vu à Dresde. Celui-ci localise par contre correctement La Vierge et l’enfant Jésus vénérés par différents saints de Gaspard Crayer et opère avec Rubens un rapprochement que proposera également Joshua Reynolds. Rubens intervient aussi dans la réalisation de Latone change en grenouilles les paysans de Lycie, que Diderot mentionne sans localisation dans les Pensées détachées sur la peinture, mais qui appartenait aux collections palatines. On évoque pour terminer les visites à Düsseldorf effectuées, presque au même moment, par Diderot et Fragonard.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le catalogue de la Galerie de Düsseldorf
La Chasse au sanglier de Snyders
Les Vierges folles de Godefroi Schalcken
La Vierge et l’enfant Jésus vénérés par différents saints de Gaspard Crayer
Rubens, Latone change en grenouilles les paysans de Lycie
De Spa à Düsseldorf, de Diderot à Fragonard

Aperçu du début du texte

On sait comment Diderot entreprit en 1773 de rendre visite à Catherine II et, quittant Paris le 1er juin, se dirigea d’abord vers La Haye. L’écrivain y restera trois mois « jusqu’à ce que S. M. Impériale lui envoyât son chambellan, M. de Nariskin, pour hâter le départ », a raconté Roland Mortier dans son ouvrage fondateur sur Diderot en Allemagne :

« Le 20 août commençait le grand voyage qui allait, par petites étapes, conduire le Philosophe de La Haye à Saint-Pétersbourg. Nous possédons, depuis les recherches de M. Dieckmann, l’itinéraire exact de Diderot, rédigé de son propre main, et nous ne pouvons qu’en déplorer la sécheresse. Le 24 août, il pénètre en territoire allemand et s’arrête à Düsseldorf. Il visite évidemment la fameuse galerie d’art, dont les plus belles toiles feront plus tard la gloire de la Pinacothèque de Munich ; il est ensuite l’hôte du riche philosophe F.H. Jacobi dans sa belle résidence d’été de Pempelfort, aux bords du Rhin. »

Le 14 septembre, Diderot allait é...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Droixhe, « C’est à Dusseldorp ou à Dresde que j’ai vu... : Le souvenir de la Galerie électorale chez Diderot », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 59-70.

Référence électronique

Daniel Droixhe, « C’est à Dusseldorp ou à Dresde que j’ai vu... : Le souvenir de la Galerie électorale chez Diderot », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, document 3, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/5149 ; DOI : 10.4000/rde.5149

Haut de page

Auteur

Daniel Droixhe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org