Navigation – Plan du site
Diderot. Politique. Peinture
2

Diderot et Greuze : questions sur L’Accordée de village *

Diderot and Greuze : questions about L’Accordée de village
Antoinette et Jean Ehrard
p. 31-53

Résumés

À la fin de 1761 le tableau de Greuze connu sous le titre de L’Accordée de village (ce qui n’est pas son titre d’origine), œuvre très attendue par les visiteurs du Salon du Louvre, suscite un engouement dont Diderot témoigne pour la Correspondance littéraire de son ami Grimm. L’objet de notre étude du Salon de 1761 (DPV XIII), étude menée en parallèle avec un examen attentif du tableau conservé au Louvre, a été de vérifier sur un exemple précis l’efficacité de la critique d’art de Diderot, et aussi de comprendre les raisons de son enthousiasme. Posant à la toile de Greuze les questions même que le critique lui adresse, notamment sur sa composition, nous nous sommes interrogés sur son titre et son sujet, sur le moment et le lieu de l’action représentée, enfin sur le personnage principal. Nous pensons avoir ainsi mis en évidence la cohérence et la précision du commentaire de Diderot. Surtout, nous avons voulu dégager l’idée principale que le critique découvre dans une œuvre qui le touche profondément, au plus intime de sa sensibilité, et pas seulement pour des qualités formelles ; d’où nos réflexions sur la place du thème de la paternité dans la pensée de Diderot et dans celle des Lumières.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

* Cette étude reprend une conférence à deux voix donnée à l’Université Blaise- Pascal en décembre 2012, dans le cadre de l’Année Diderot, à l’initiative de l’association des Amis des Musées d’art (AMA) de Clermont-Ferrand.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Y aurait-il donc lieu, à propos du tableau de Greuze et du commentaire qu’en donne le Philosophe dans le Salon de 1761, de s’interroger beaucoup ? Quelles énigmes, quelles incertitudes dans une scène de vie quotidienne apparemment limpide ? Dans ce « tableau de famille » de son ami Greuze Diderot veut voir un Téniers à la française, plus élégant, moins « grossier » que les scènes d’auberge et les kermesses du peintre flamand, mais tout aussi vrai. À sa date le rapprochement est particulièrement élogieux. Au XVIIIe siècle David Téniers est de plus en plus prisé des amateurs français. En 1708, dans l’étonnante Balance des peintres qui attribue des notes aux meilleurs artistes européens, selon les quatre critères de la composition, du dessin, de la couleur et de l’expression, Roger de Piles assignait à Téniers une place très honorable, au milieu de la quarantaine d’artistes qu’il jugeait dignes d’être comparés les uns aux autres ; pour la composition, dans une échelle de notes qui va d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoinette et Jean Ehrard, « Diderot et Greuze : questions sur L’Accordée de village * », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 31-53.

Référence électronique

Antoinette et Jean Ehrard, « Diderot et Greuze : questions sur L’Accordée de village * », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, document 2, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/5147 ; DOI : 10.4000/rde.5147

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org