Navigation – Plan du site
Diderot. Politique. Peinture
1

Les métamorphoses de l’« évidence » : Diderot et les limites du politique

Metamorphoses of ‘the obvious’ : Diderot and the limits of the political
Georges Benrekassa
p. 7-29

Résumés

Pour donner à notre jugement sur Diderot politique une référence centrale, nous avons choisi de nous référer au ralliement à Lemercier de la Rivière, en fonction du concept commun à tous les Economistes : l’ « évidence » — celle des lois qui gouvernent le « monde moral » aussi bien que le « monde physique », ce qui convient au matérialiste aussi bien qu’un système finalisé par le maximum de jouissances. À son ralliement, mais aussi à sa prise de distance progressive, mais non définitive. Nous avons voulu retracer une marche vers une conception critique complexe de l’espace et de l’action politiques qui nourrira les écrits qui non seulement rassembleront les enseignements de l’expérience russe, mais qui les confronteront à une culture politique et sociale dont l’inflexion était déjà sensible depuis les Fragments politiques de 1772. On peut à partir de là mieux comprendre comment coexistent les contributions à la troisième édition de l’Histoire des deux Indes et la reprise et le prolongement dans l’Essai sur Sénèque du « D’abord philosopher » de la lettre à Necker de juin 1775 ; et surtout ce qui distingue la forme de « pratique théorique » de Diderot de la foi en un « art social » qui inspire aussi bien le d’Holbach de L’Ethocratie qu’elle gouvernera Condorcet.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Ordre global, assimilation ou destitution du politique : « évidence contre-force » « évidence expérience » « évidence créée »
Liberté, nécessité, politique : l’improbable souveraineté absolue de l’évidence
De la métamorphose à l’éclipse : bonheur hypothétique, philosophie en progrès, art social toujours suspect

Aperçu du début du texte

Qu’il s’agisse de définir une « pensée politique de Diderot » ou de cerner plus précisément, comme c’est ici notre propos, son rapport au « politique » (la nature et l’intelligence de l’institué), plusieurs sortes de trames bien connues, toutes à certains égards plausibles, toutes non pas récusables, mais susceptibles d’être fragilisées, ont pu être proposées. On sait d’avance que rien n’est plus périlleux qu’un bilan global, d’autant qu’une formule fameuse de l’Entretien avec d’Alembert, sur le primat de la conviction fondatrice à laquelle nous revenons toujours nous interdit d’emblée toute progression dramatique simple. Et on se doit d’approfondir des raisons constantes de son embarras. Il y a d’abord, extérieurement, l’abondance extraordinaire, et la disparité de statut des matériaux qu’il semble souhaitable de dominer, articles de l’Encyclopédie, contributions périodiques, pensées détachées, correspondance(s) et la nécessité de prendre en compte, sans vouloir les unifier à tout ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Benrekassa, « Les métamorphoses de l’« évidence » : Diderot et les limites du politique », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 49 | 2014, 7-29.

Référence électronique

Georges Benrekassa, « Les métamorphoses de l’« évidence » : Diderot et les limites du politique », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 49 | 2014, document 1, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/5146 ; DOI : 10.4000/rde.5146

Haut de page

Auteur

Georges Benrekassa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org