Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Kate E. Tunstall, Blindness and Enlightenment: an Essay, Continuum, 2011, xii + 238 p. ISBN-13: 978-1-441-11345-0

David J. Adams
p. 296-297

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La Lettre sur les Aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749) demeure l’un des ouvrages les plus intrigants de Diderot. Les diderotistes anglophones s’y sont particulièrement intéressés ces dernières années : en plus du présent ouvrage, on pense, par exemple, à l’édition critique du texte procurée par Marian Hobson et Simon Harvey (Garnier-Flammarion, 2000). Tunstall nous propose un commentaire du texte, avec en plus une nouvelle traduction anglaise à la fois élégante et idiomatique. Elle aborde la Lettre en le situant dans son contexte historique avant de l’analyser, parfois minutieusement, pour en faire ressortir les (très nombreuses) complexités et ambigüités. C’est ainsi qu’elle est nécessairement amenée à résumer non seulement la pensée de Diderot jusqu’en 1749, mais aussi l’histoire du problème de Molyneux qui est au centre de la Lettre, et les liens qui la rattachent, par exemple, à la pensée de Descartes, de Berkeley, de La Mothe le Vayer et de Roger de Piles. Tous avaient réfléchi sur les rapports entre le toucher et la vue, parfois en se contredisant les uns les autres, mais en tout cas mettant en vedette les problèmes épistémologiques suscités par la cécité. Diderot fait donc partie d’une tradition plus longue et plus compliquée qu’il ne l’avoue dans la Lettre. Si cette mise au point historique est indispensable pour la compréhension de l’ouvrage, c’est l’analyse serrée du texte qui constitue la valeur principale de cet Essay. On doit admirer les commentaires très fins et subtils qui éclairent de nombreux aspects du livre : les rapports de l’aveuglené de Puiseaux avec l’article « Bonneterie » de l’Encyclopédie, ou le sens ambigu de l’apostrophe que Saunderson adresse au « Dieu d’Abraham » avant de mourir, et le fait que pour Diderot tous les sens sont faillibles, si bien que le problème de Molyneux est mal posé. Ceci dit, on ne peut s’empêcher d’émettre des réserves quant à la validité de certains arguments de l’auteur. On a du mal à comprendre, par exemple, pourquoi les aveugles, dont la pensée est fondée sur l’abstraction, rejetteraient l’idée que la matière peut penser (p. 85), d’autant plus que la Lettre dit le contraire (p. 83). Il est d’ailleurs curieux de lire qu’à l’époque les planches insérées dans les livres étaient souvent retournées pendant l’impression, car la gravure, exécutée sur une seule face du cuivre, n’admettait évidemment pas cette possibilité. Il est surtout regrettable que Tunstall ait eu l’idée de désigner l’auteur de la Lettre par trois astérisques : pourquoi ne pas dire carrément « Diderot » ou « le narrateur », plutôt que « *** », usage qui finit par irriter le lecteur ? Si l’interprétation du texte que nous propose Kate Tunstall est en général convaincante, on doit signaler une erreur majeure dans son commentaire, qui se reflète aussi dans la traduction. Dans la Lettre, Saunderson se sert de ses démonstrations mathématiques pour conclure « tous les hommes voient donc les uns comme les autres » (DPV, t.IV, p. 69), du moins en ce qui concerne les formes géométriques. Dans son analyse des paroles du géomètre, Tunstall omet cette phrase (p. 138), et dans la traduction, elle la transforme en une interrogation : « must everyone therefore see in the same way ? » (p. 216), ce qui donne à deux reprises une idée fausse du texte. Elle soutient en plus que, pour Diderot, cette conclusion montre seulement que la géométrie est une série de conventions humaines, plutôt que de vérités éternelles (p. 139). C’est oublier que « la projection de deux lignes parallèles sur un tableau doit se faire par deux lignes convergentes [...] la proposition est vraie pour un aveugle comme pour [n’importe qui] » (DPV, t.IV, p. 71). Comment cette proposition peut-elle être « vraie » sans avoir une valeur universelle ? Ici, semble-t-il, lecture serrée est synonyme de lecture partielle, dans les deux sens du terme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David J. Adams, « Kate E. Tunstall, Blindness and Enlightenment: an Essay, Continuum, 2011, xii + 238 p. ISBN-13: 978-1-441-11345-0 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 48 | 2013, 296-297.

Référence électronique

David J. Adams, « Kate E. Tunstall, Blindness and Enlightenment: an Essay, Continuum, 2011, xii + 238 p. ISBN-13: 978-1-441-11345-0 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 48 | 2013, mis en ligne le 12 décembre 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://rde.revues.org/5074

Haut de page

Auteur

David J. Adams

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org