Navigation – Plan du site

Presentation

Marie Leca-Tsiomis
p. 3-4

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Très diverses sont les contributions qui ont été réunies dans ce numéro pour rendre l’hommage le plus chatoyant possible à Diderot, en cette année de tricentenaire de sa naissance.

2A cette occasion, Annie Angremy nous a confié quatre lettres inédites de Diderot, qu’elle commente savamment : chacune d’elles est révélatrice, la lettre à Suard en particulier, qui contient de précieuses indications sur le travail encyclopédique et le fameux article Jouissance.

3Comment s’est élaborée la poétique de Diderot traducteur, mûrissant sa propre conception en s’éloignant des leçons de Port-Royal, c’est la réflexion que mène Yoichi Sumi, lui-même traducteur de Diderot et particulièrement attaché aux enjeux toujours actuels de cette poétique.

4Rousseau n’est jamais très loin et contribua, à sa manière, à former l’esthétique diderotienne : c’est ce que montre Pierre Frantz pour qui les nets changements que l’on perçoit entre les écrits sur le théâtre dans les années 58 et les textes tardifs comme le Paradoxe sur le Comédien sont dus au choc profond que représenta pour Diderot la mise en cause morale du théâtre dans la Lettre à D’Alembert sur les spectacles.

5L’iconographie diderotienne est riche, mais pourrait un jour s’enrichir encore, suggère Françoise Launay qui a découvert que la mère de Sophie Volland posséda un buste du « Philosophe », de nos jours, hélas, introuvable.

6C’est au Diderot passionné par ce que nous nommons « les sciences du vivant » que François Pépin se consacre, pour tenter d’évaluer la fécondité de l’approche diderotienne au prisme d’une théorie biologique récente, l’ontophylogenèse : et si, comme la biologie peut l’envisager aujourd’hui, et comme Diderot l’a suggéré, l’espèce et l’individu n’étaient que les aspects provisoires d’un processus généalogique central... Autre Diderot : le casuiste, dont on connaît le souci de morale pratique et la fermeté des fondements matérialistes. Ses lettres à Sophie pose bien des « cas » : celui qu’analyse Odile Richard Pauchet s’apparenterait-il à notre moderne questionnement « bioéthique » ?

7Si proche de Diderot, la famille Volland demeura longtemps une sorte nébuleuse, où les uns étaient volontiers pris pour les autres : grâce aux recherches avisées de Françoise Launay et d’Emmanuel Boussuge, la généalogie des Volland a enfin des contours nets et ses membres, une identité.

8L’Encyclopédie suscite de plus en plus l’intérêt de toute une nouvelle génération de chercheurs, dont les travaux sont accueillis, comme il se doit, dans les Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie : ainsi, Khanh Dao Duc, analysant le traitement du leibnizianisme dans le Dictionnaire raisonné, de Diderot à Formey et à D’Alembert, nous montre un cas précis de ce que fut la polyphonie encyclopédique. Luigi Delia mène un travail novateur puisqu’il étudie la « jurisprudence » dans l’Encyclopédie, matière importante qui n’avait guère été l’objet d’un examen suivi jusqu’ici. Autre étude novatrice, celle de Nathan Martin, découvrant un manuscrit de Rousseau destiné aux planches de musique de l’Encyclopédie, et nous révélant un Rousseau curieux, par anti-ramisme, de musique extra-européenne.

9C’est à la réception de l’Encyclopédie que sont consacrés les deux articles suivants. Frank A. Kafker et Jeff Loveland examinent précisément la recension chaleureuse qu’en fit Adam Smith. Quant à Valérie Neveu, elle nous apprend que le « Système figuré des connaissances » a pu servir d’inspiration à certains classements bibliographiques et notamment à celui de Jefferson aux USA.

10Enfin, l’article d’Alexandre Guilbaud, qui signe pour toute une équipe, présente et détaille un nouveau projet international, celui d’une Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie (projet ENCCRE), manière contemporaine de rendre aussi hommage à Diderot, l’infatigable directeur de l’Encyclopédie.

11Dans les glanes, on trouvera d’abord l’important supplément au Dossier du Fils naturel d’A.-M. Chouillet, que David Smith a constitué grâce à la correspondance de Mme de Graffigny ; puis le rapport présenté par Ezster Kovacs, sur les traductions en cours de Diderot en langue hongroise ; enfin, repéré par Eric Vanzieleghem, le triste sort d’un Diderot de bronze et de son ami Sedaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Leca-Tsiomis, « Presentation », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 48 | 2013, 3-4.

Référence électronique

Marie Leca-Tsiomis, « Presentation », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 48 | 2013, mis en ligne le 12 décembre 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/5018

Haut de page

Auteur

Marie Leca-Tsiomis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org