Navigation – Plan du site
Comptes-Rendus

Laurence L. Bongie, La Bastille des pauvres diables. L’histoire lamentable de Charles de Julie, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, 2010,445 p. ISBN : 978-2-251-43026-3.

Henri Duranton
p. 355-357

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Charles « de » Julie, la particule étant de fortune, est né bâtard en 1725. Adopté sans formalité par une bonne bourgeoise qui sera mal payée de ses soins, il bénéficie d’une bonne éducation, ce qui ne l’empêche pas d’entamer fort tôt une existence aventureuse. Entré dans la compagnie prestigieuse des Gendarmes écossais (1744), il en est promptement chassé pour « friponnerie ». Il sert alors dans les Volontaires bretons, où il ne restera guère. On le retrouve vite au For-l’Évêque, convaincu de diverses filouteries, notamment d’être l’auteur de lettres de change frauduleuses.On l’expédie ensuite à la Charité de Senlis, d’où il s’évade mais est promptement repris. Il tente de faire signer une lettre de change de 10 000 livres à un faible d’esprit, ce qui lui vaut un nouveau séjour de quatre mois au For-L’Évêque, malgré d’incessantes lettres au lieutenant de police, Berryer, qui ne se laisse pas attendrir. Enfin il est libéré en décembre 1748.

2On perd ensuite sa trace pendant quelque temps. Après un séjour militaire sur lequel on sait peu, on le retrouve à Paris où il se remet à fréquenter individus louches, filles faciles et mères maquerelles. Il réussit à acheter pour 3 400 livres une charge d’exempt de Robe courte, mais se heurte au refus formel de Berryer qui ne veut pas entendre parler d’un agent au passé aussi chargé. Il survit tant bien que mal en sous-traitant de basses besognes, nageant en eaux troubles, tentant avec des fortunes diverses de se faire indic au profit de personnalités policières, ou de gens haut placés, notamment rien moins que le duc de Richelieu.

3Julie fait tout, mais en vain, pour se faire bien voir de l’inflexible Berryer. Il s’implique dans plusieurs affaires délicates, sans que cela fasse évoluer sa situation. Il ne sera jamais employé par la police de manière régulière. Admirablement au fait des moeurs parisiennes, « De » Julie a alors l’idée de diffuser des nouvelles à lamain d’un genre très particulier et de les vendre fort cher à quelques amateurs huppés. Il en aura quatre, pas un de plus : le duc de Richelieu, Bouret le fermier général, Villemur l’aîné et rien moins que le duc d’Orléans. Il en pouvait coûter 100 livres par mois.Chaque bulletin avait sa spécialité : par exempleàRichelieu les aventures des femmes du monde, ou au duc d’Orléans des nouvelles galantes ayant lieu dans ses jardins du Palais-Royal.

4La petite entreprise de Julie constituait un bureau de correspondance au complet comprenant des « journalistes-enquêteurs » (notamment des mères maquerelles obligeantes), un groupe limité mais très choisi de souscripteurs et un système relativement sûr de distribution, le tout habilement géré par son concepteur, que son expérience et son talent d’écrivain désignaient comme l’éditeur idéal de ces « feuilles particulières ».

5Tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes quand Berryer siffla la fin de la partie : le 11 août 1753, l’inspecteur Meusnier arrêta Julie et ses collaborateurs, et conduisit tout ce petit monde à la Bastille. Julie va y passer deux terribles années dans un isolement absolu et pendant longtemps sans livre ni de quoi écrire. Ce qui nous vaut une description minutieuse de la vie dans la célèbre forteresse qui a son quartier VIP (où ont séjourné Voltaire, Fréron ou Marmontel) et ses culs de basse-fosse immondes. Ce qui distingue la Bastille des autres prisons (Bicêtre, For-l’Évêque, La Salpétrière) qui sont surpeuplées, c’est l’isolement des prisonniers. Il n’est pas sûr que cette dernière situation soit bien préférable.

6Julie qui n’a jamais été informé des raisons de sa détention et qui en ignore la durée, est de fait soumis au bon vouloir du lieutenant de police. Il passe par tous les états, espoir et découragement, exaltation et dépression, tentant sans relâche de nouer un étrange dialogue avec son jugebourreau- père sévère, le terrible Berryer, qui en général ne répond pas à ses interminables missives,mais qui à d’autres moments se préoccupe de lui faire tenir quelques guenilles aux frais de l’administration. Ayant enfin obtenu plume et papier, il s’improvise poète et aligne inlassablement les vers par milliers avec une remarquable rapidité d’écriture. Naissent sous sa plume des petits vers satiriques, des poèmes élégiaques, mais aussi une épopée de 1100 vers célébrant la belle Judith, triomphatrice d’Holopherne et, plus tard, un poème chrétien en cinq chants destiné à chanter les souffrances du Christ. Grâce aux brouillons conservés, le lecteur est à même d’apprécier par de nombreux extraits cette verve qui, après tout, en vaut bien d’autres. Sera même fournie en appendice du livre l’intégralité d’un long poème ayant pour titre « la guerre de Vénus et de Bacchus ». Malheureusement ce déluge lyrique, bien loin de dérider son impassible juge, n’attira de sa part qu’un commentaire laconique : « Julie est fou ».

7Ce n’est donc pas à ses talents d’avocat ou de poète que le malheureux devra d’être élargi au terme de vingt-quatre mois d’une éprouvante détention, mais par le fait du prince, au gré du plus parfait arbitraire. Rescapé de la terrible forteresse, mais abandonné à la plus parfaite misère, le pauvre Julie ne devait pas jouir bien longtemps de sa liberté recouvrée : il mourut obscurément quelques mois plus tard, sans doute dans les derniers jours de l’année 1755. Il avait 30 ans.

8On aura compris que le livre de Laurence Bongie, fondé sur de nombreux documents inédits, est de bout en bout passionnant. L’auteur y fait constamment preuve d’un véritable talent de conteur, et même de styliste, ce qui se perçoit à travers l’excellente traduction.Àvrai dire, son travail est facilité par les talents de graphomane de ses héros, tant policiers que voleurs : au premier rang l’intarissable inspecteur Meusnier, dont les rapports avaient naguère déjà nourri l’excellente thèse d’Érica- Marie Benabou sur la prostitution parisienne,mais aussi bien Charles de Julie, qui multiplie suppliques ou rapports selon les aléas du temps.

9Par-delà le cas individuel d’un déclassé, tout un monde plus ou moins souterrain accède au grand jour. S’y mêlent voyous et policiers, prostituées et maquerelles, des« mouches » par centaines, chargées d’informer les autorités des remous de l’opinion publique. Mais aussi bien des personnalités connues, saisies dans des pratiques sexuelles fort peu avouables.Outre des luxurieux patentés tels le maréchal de Richelieu ou le fermier général Bouret, défilent, au gré d’un carnet mondain d’un genre particulier, l’inspecteur d’Hémery,Helvétius, lemarquis de Paulmy, le duc d’Orléans… et D’Alembert lui-même, pour ne citer qu’eux.

10Une haute société s’y dévoile crûment, obsédée par le sexe, prête à dépenser des fortunes pour assouvir son fantasme-roi : déflorer des fillettes à peine nubiles, souvent vendues par leurs propres mères, qui d’ailleurs souvent s’arrangent pour renouveler plusieurs fois une opération si rentable. À côté de ces bas-fonds hantés par filles vénales et amateurs sado-masochistes, malfrats prêts à tout et inspecteurs de robe courte se payant sur la bête, le Neveu de Rameau fait figure d’aimable bluette.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Duranton, « Laurence L. Bongie, La Bastille des pauvres diables. L’histoire lamentable de Charles de Julie, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, 2010,445 p. ISBN : 978-2-251-43026-3. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 47 | 2012, 355-357.

Référence électronique

Henri Duranton, « Laurence L. Bongie, La Bastille des pauvres diables. L’histoire lamentable de Charles de Julie, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, 2010,445 p. ISBN : 978-2-251-43026-3. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 47 | 2012, mis en ligne le 05 octobre 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/4968

Haut de page

Auteur

Henri Duranton

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org